DOIT ON REFUSER A UN VOLEUR LE DROIT D’ÊTRE ENTERRÉ ?

Isma Sow est un des braqueurs de la station EDK de Saint Louis qui a été abattu par la gendarmerie lors des échanges de tirs.
Aujourd’hui le corps de ce jeune homme est devenu encombrant du fait de son lourd passé. Malgré son jeune âge (21 ans) il était impliqué dans plusieurs cas d’agression, de vol de bétail, de vol avec infraction dans plusieurs maison de la ville de Mpal.

Les parents de ce jeune garçon doivent certainement avoir honte au fond d’eux même pour la gêne occasionnée par les agissements de leur fils. Ce dernier est même vomi par les populations qu’il terrorisait de jour comme de nuit. Cela repose la question de l’éducation de nos enfants dès le bas âge. Il est de notre responsabilité de les inculquer les vraies valeurs humaines, les valeurs qui fondent notre société pour éviter de pareilles situations.

Même mort, Isma Sow continue d’alimenter les débats parce que l’imam de la ville refuse qu’il soit enterré dans le cimetière. A t-il le droit ? N’a t-il pas outrepassé ses prérogatives d’imam ?

Nous sommes tous des êtres humains avec nos qualités et nos défauts. Personne ne peut jurer qu’il n’a jamais commis de pêchés dans sa vie, c’est la raison pour laquelle nous implorons le bon Dieu de nous pardonner nos péchés visibles et invisibles. Il est le seul a savoir les véritables intentions des uns et des autres et par conséquent les juger dans un sens ou dans un autre. Limitons nous a nos prérogatives d’être humain et laissons a Allah soub xana wa ta Allah les siens lui qui ne se trompe jamais. Et puis si on pousse un peu plus loin, l’adultère est beaucoup plus grave que le vol et pourtant c’est une pratique tolérée dans notre société, ceux qui sont coupables de ce délit ne sont pas marginalisés et ont droit a un enterrement décent.

Et puis cela peut créer une jurisprudence qui fait qu’à partir de maintenant tous les voleurs de poules, vache, mouton….
Les voleurs de deniers publics appartenant à la communauté et qui ont brisé le rêve de plusieurs concitoyens, tous ceux la n’auront donc plus accès au cimetière après leur mort.

On comprend le sentiment qui anime les populations de Mpal qui ne veulent pas associer le nom de cet individu a leur localité, mais limitons nous a nos prérogatives d’être humain et laissons a Dieu le soin de décider du sort de cet individu, lui qui est le meilleur juge.

Mouhamadou Aidara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *