Les mariées soudanaises sous pression pour avoir des MGF – encore une fois

Dans notre série de lettres de journalistes africains, Zeinab Mohammed Salih examine un phénomène croissant de “recirconcision” au Soudan.
Au Soudan, certaines femmes choisissent de subir des mutilations génitales féminines (MGF) un mois ou deux avant leur mariage pour se faire passer pour des vierges.
C’est même si la plupart d’entre elles ont déjà été excisées en tant que filles – quelque chose qui se produit généralement entre les âges de quatre et 10 ans.
Dans le pays principalement musulman, cela peut impliquer l’ablation du clitoris et des lèvres et comprend souvent des coutures pour rétrécir l’ouverture vaginale – un processus connu sous le nom d’infibulation. Ces points disparaissent lorsqu’une femme a des relations sexuelles.

Si une future mariée opte pour d’autres MGF, l’opération, généralement effectuée par des sages-femmes, peut impliquer de couper davantage les lèvres et de recoudre le vagin.

«Je ne pouvais pas marcher pendant des jours»
“C’était tellement douloureux et j’ai dû aller rester avec un de mes amis pendant des jours jusqu’à ce que je récupère parce que je ne voulais pas que ma mère le sache”,
a déclaré Maha, qui n’est pas son vrai nom afin que son identité puisse être protégée. .
“Uriner était un problème et je ne pouvais pas marcher correctement au cours des premiers jours.”
Maha a subi l’opération avec deux mois pour aller à son mariage avec un homme “un peu plus âgé” qu’elle.
“Il n’aura jamais confiance en moi s’il découvre que j’ai eu des relations sexuelles avant notre mariage”, a-t-elle expliqué.
“Il m’interdirait de sortir ou même d’utiliser le téléphone.”
La diplômée universitaire dans la vingtaine vient d’un État du nord du Soudan, qui interdit les MGF.