Le 22 décembre c’est la Journée Mondiale de l’Orgasme !

Ce 22 décembre 2019, c’est le solstice d’hiver mais pas que ! En plus d’être le jour le plus court de l’année, c’est celui où l’on célèbre l’orgasme. Plutôt sympa, isn’t it ? Au cours de l’histoire, les solstices ont toujours été source de nombreuses célébrations et, depuis 2006, on ne boude pas notre plaisir d’y voir associé la journée mondiale de l’Orgasme.

Si la création d’une telle journée a pour but de véhiculer un message de paix, elle est également l’occasion de mettre en lumière les problèmes d’anorgasmie – l’absence d’orgasme – et d’attirer l’attention sur le fait que le phénomène touche plus généralement les femmes que les hommes. 

Déséquilibre orgasmique

Il n’est pas rare d’entendre qu’au cours de leur vie, les femmes vivent moins souvent d’orgasmes que les hommes. Ces dernières auraient-elles plus de difficulté à jouir ? Certains diront d’emblée que les femmes sont par essence des êtres plus cérébraux, plus sentimentaux, plus …. Chut. 

Gâchons le suspens tout de suite : non, les femmes ne sont pas moins aptes que leurs congénères masculins à atteindre ce point culminant du plaisir qu’est l’orgasme. Croire le contraire, c’est établir et maintenir l’inégalité entre les sexes et dans le sexe lui-même. Pourtant, d’un point de vue factuel et de manière générale, force est de constater que les hommes ont la jouissance plus fréquente. La faute à qui, la faute à quoi ? 

Cerné par les normes et les préjugés, le sexe continue aujourd’hui d’être ce tabou universel qu’il est très difficile de lever. La censure de la sexualité pèse tout particulièrement sur celles des filles et des femmes qui voient trop souvent leur libido dégradée, brimée et/ou envisagée comme une perversion.

Nombreux sont les appels lancés en faveur d’une éducation sexuelle égalitaire et d’un apprentissage complet des appareils génitaux des deux sexes (si tant est qu’il n’y en ait que deux). Pour l’instant, il existe un manque réel concernant l’appareil génital féminin à un point tel qu’il est gravement méconnu. 

Qui peut aujourd’hui, au 21è siècle, représenter correctement un clitoris ? 

Quand on sait que l’homme a marché sur la lune 30 ans avant que l’anatomie complète du clitoris soit publiée (c’est-à-dire en 1998), on se dit que peut-être il est temps pour l’humanité de revoir ses priorités et de dépasser ses croyances archaïques pour enfin divulguer de vraies informations sur le sexe et la sexualité. 

Déconstruire le concept de virginité par exemple, dépasser l’idée fausse selon laquelle le vagin est l’équivalent du pénis (ou serait un pénis inversé/nié selon certains). Funfact : Pendant les trois premiers mois de la grossesse, le pénis et le clitoris sont en réalité une structure unique, identique pour les deux sexes. N’est-ce pas incroyable de savoir qu’à l’origine, ces deux organes différents sont créés à partir du même matériau et qu’ils sont par conséquent l’un et l’autre capables de produire une érection et de déclencher l’orgasme ? L’organe qui suscite le plaisir intense tant convoité, messieurs dames, ce n’est pas le vagin mais le clitoris ! (C’est beau de le savoir, encore faut-il le stimuler correctement).

Un autre obstacle à la démocratisation de l’orgasme féminin, c’est la représentation qu’on en fait. Le désir et le plaisir des femmes ne sont pas représentés tels qu’ils sont dans le réel mais par le prisme d’une vision androcentrée. La libido féminine est supprimée, ignorée par moyens de procédés divers et variés tels que le slut-shaming (fait de considérer les femmes ayant une vie sexuelle active comme des salopes), mais aussi la culpabilisation ou encore les mutilations génitales et autres joyeusetés. 

Alors, heureuse ?

Le grand classique

Des études mettent en avant le fait que, lorsqu’elles se masturbent, les femmes atteignent aussi vite ce moment de plaisir paroxystique que leurs homologues masculins tandis qu’au sein des couples hétéros, elles semblent jouir moins et moins vite. 

Serait-il temps de ramener sous le feu des projecteurs la jouissance féminine, trop longtemps éclipsée par son alter ego masculin ? Il n’est pas absurde de penser que, trop souvent concentrées à susciter ce dernier ou encore à se préoccuper de l’image d’elles qu’elles renvoient, les femmes en viennent à oublier leur propre plaisir. Comment peut-on écouter ses propres sensations si le mental parasite le plaisir et empêche l’abandon de soi en soi en prenant toute la place ? Puisque, c’est bien connu, s’il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir. 

” Les sociétés phallocratiques érigent comme modèle la relation sexuelle inégalitaire au profit de l’orgasme masculin. “

Par ailleurs, un frein à l’orgasme féminin, c’est la surexploitation de la pénétration dans les rapports hétérosexuels. Dans la vision androcentrée, la norme n’est autre que la pénétration (du vagin par le pénis). Terriblement réducteur, cela débouche sur les habituelles interrogations primaires à l’adresse des gays et des lesbiens telles que : Qui fait l’homme alors ? Qui pénètre donc ? Mais, dans ce cas, quid ? Tandis que toutes les autres pratiques sexuelles (les mal-nommés préliminaires, la masturbation, les fantasmes, le sexe oral, les sex-toys, le BDSM, etc.) sont reléguées au seconds plan en opposition au ” vrai ” sexe. Par ailleurs, la pratique induit une hiérarchisation des rapports selon la dichotomie gagnant/perdant. Il y a là une idée culturelle et symbolique de dégradation, de possession. 

Tout ceci correspond peu aux valeurs contemporaines d’égalité du plaisir et il est temps de remettre en cause cette pratique surévaluée ! Peu efficace au point de vue de l’orgasme féminin (le vagin n’étant innervé que sur les quelques premiers centimètres, le clitoris quant à lui n’est quasi pas stimulé), elle peut causer douleurs, infections et grossesses involontaires. Chez les hommes, côté plaisir, le résultat est optimal mais la pénétration en tant que norme se transforme souvent en injonction de la performance, provoquant des impératifs angoissants se rapportant à la taille ou la durée du rapport. Pour le couple, c’est l’instauration de la routine avec tout ce qu’elle comporte de frustration et d’ennui (les ennemis du sexe libre et épanoui). Sans parler du fait que la pénétration constitue la norme temporelle – linéaire – du rapport hétérosexuel. Elle l’appauvrit, l’écourte ou l’allonge (le rapport toujours), amène les femmes à nier leur propre droit au plaisir en acceptant que celui-ci soit secondaire. 

À compétences égales, jouissance égale !

La sexualité n’est pas une chose innée, elle doit s’apprendre, nécessite de l’expérimentation, de la pratique. Il faut dédramatiser l’atteinte de l’orgasme. Ne pas céder à la pression sociale ni l’ériger en objectif absolu. Au contraire, démocratisons-le, faisons-en profiter le plus grand nombre. Il est supposément très facile de faire jouir un homme et très difficile de faire jouir une femme. 

On se remonte les manches et on déconstruit ce que l’on considère comme acquis. Les lesbiennes ont des vies sexuelles épanouies et riches en orgasmes. Messieurs, preuve en est qu’il peut être bon de laisser un peu de leadership aux femmes en matière de sexualité, de dégager de la place au profit du plaisir mutuel et partagé plutôt que de tout miser sur l’orgasme d’un seul des partenaires. Cette journée mondiale n’est-elle pas idéale pour se lancer ? 

Les Grenades-RTBF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *