Ziguinchor : Les filles de joie menacent de descendre dans les rues

GFM – (Ziguinchor) – Les prostituées à Ziguinchor souffrent le martyr. Elles sont, disent-elles, traquées jusque dans leurs derniers retranchement par la police. Dans la dèche, elles menacent de descendre dans les rues pour crier leur colère et réclamer leurs droits.

«Nous ne pouvons plus supporter les tracasseries policières dont nous sommes victimes tous les jours et toutes les nuits», se désole M. ND. A l’en croire toujours, «nous n’osons plus sortir la nuit même munies de nos cartes professionnelles. Au vue de cette situation, nous rongeons nos ongles car, nous n’avons plus rien. Nos nuitées sont, depuis plus d’un mois, réduites à zéro. Pire, les bars qui nous accueillaient sont même fermés» Pour sa copine et fidèle compagne Mariéme Mbaye qui n’a pas requis l’anonymat, «cette période est la bonne pour nous. C’est période est celle des rencontres hot. Elle connait en ce moment une vitesse exponentielle tant et si bien qu’on pourrait, sans trop exagérer, la qualifier de saison faste des rencontres sexuellement chaudes et intensives à Ziguinchor», dit-elle.
Mariéme Mbaye d’ajouter, «nous sommes dans ce plus beau et vieux métier du monde depuis plus de 15 ans. Nous avons nos cartes professionnelles, c’est pourquoi, nous devons exercer librement notre métier. Malheureusement, depuis quelques temps, nous sommes traquées par la police qui ne nous a accordé aucune parcelle. Nous n’avons plus la possibilité de rencontrer nos clients. C’est scandaleux et nous en appelons à la conscience des autorités de Ziguinchor car, nous sommes une partie intégrante de la société. Nous travaillons comme tout le monde dans la légalité», a soutenu Mariéme Mbaye. Plus audacieuse, «nous n’excluons pas de descendre dans les rues si la police continue de nous traquer. Nous sommes formels car, nous n’entendons pas reculer. Nous sommes très fatiguées», crache à son tour B. D.

A signaler par ces temps, la ville de Ziguinchor est envahie par bon nombre de prostituées venues d’horizons divers et qui se rivalisent d’ardeur tous les jours et toutes les nuits avec leurs belles tenues dans les boites de nuit, voire même dans les rues, dans les night clubs les plus huppés de la place. Les jeunes filles, bras dessus dessous à côté de leur compagnon y déambulent tranquillement à partir de 1h du matin. C’est seulement à partir de 3 heures de la nuit, quand on entend la chanson des pigeons perchés du haut des arbres qui plombent les rues de la commune, que la vraie ambiance commence. En quête de leur pitance, les prostituées se lancent à leur manière à la recherche de leur client.

IGFM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *