Mbacké Barry vaut bien plus que de la dérision

Mbacké Barry, village situé dans le Jolof, est le lieu de départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba qui y passa des mois en retraite spirituelle avant d’entamer sa mission, la mission qui rend aujourd’hui fier et libre tout nègre sur cette planète. Son fils et deuxième khalife Serigne Falilou Mbacké restaura ce village et depuis le confia à la postérité de Serigne Touba pour la valeur spirituelle et symbolique qu’il a acquise dans l’histoire du mouridisme. C’est dire que depuis lors des efforts humains et matériels importants sont mobilisés pour sauvegarder ce patrimoine du mouridisme et de l’histoire du Sénégal.

Par la faute d’un “marabout” en proie à ses lubies byzantines et ses intrigues sans fin, ce symbole du mouridisme et de l’Islam est devenu le sujet de niaiseries et l’objet de toutes sorte de dérision. Comme si tout ce qui a été fait et continue d’être fait depuis Cheikh Ahmadou Bamba dans et pour ce village n’a jamais mérité de respect. Ce qui est encore plus incompréhensible c’est quel sens y a t-il à donner au Sénégal le nom de Mbacké Barry, avec tout ce que l’on sait des péripéties qui ont marqué la naissance douloureuse de petit ce pays sahélien. En quoi cet acte, serait il admis, pourrait il avoir de l’importance pour la mission de Cheikh Ahmadou Bamba et de ses successeurs, pour l’Islam et pour le Sénégal? Ne serait-ce que par le schisme qu’il suggère, en dehors des fins égoïstes qui lui sont attachées, cette idée de donner au Sénégal le nom d’un village qui vaut sans doute plus pour le mouridisme est dangereuse et absolument puérile.

Partout dans le monde dès que le nom “Touba” est mentionné on pense tout de suite au Sénégal et au mouridisme, si ce n’est à Ahmadou Bamba, même si d’autres lieux en Afrique ont le même nom. Cela n’est il pas largement suffisant pour apprécier l’impact incommensurable de la vie et de l’oeuvre de Cheikh Ahmadou Bamba dans l’identité, l’histoire et la politique internationale du Sénégal, sans compter les mosquées, dahiras, daaras, instituts, etc., à travers le monde ?

Voilà le genre de catastrophes et d’irresponsabilités au plus haut niveau qui me conforte dans mon idée que dans les temps où nous vivons aucun khalife (guide suprême et gardien de l’héritage confrérique) ne devrait abuser du silence et de la maslaha. Nous sommes dans des temps où le kilifa (au sens étymologique de “l’homme droit et juste”), ce n’est pas forcément le descendant d’un saint, le notable, l’élu, le savant, ou la mandataire des urnes.

Aboubakr Tandia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *