Par Adama Gaye

En me réveillant ce matin, à l’aube d’un nouvel an, ma conscience refuse de céder à la fête face à la question pressante qui la torture: la nouvelle loi contre les viols est-elle une monumentale bourde, grosse de bavures judiciaires en puissance dont les victimes pourraient être des citoyens innocents, ordinaires?
En clair, le Sénégal a-t-il commis sa plus grave erreur judiciaire par son silence au moment du vote de cette loi, la semaine dernière? L’irresponsabilité habituelle des parlementaires, de nouveau réunis en chambre d’enregistrement, combinée au populisme calculateur voire dictée, du gouvernement, ont accouché de cette mesure qu’il importe de remettre, dès ce matin, sur l’ouvrage. Parce qu’il y a péril en la demeure…
Je veux, d’emblée, être plus que transparent: nul ne peut défendre le viol. Sa criminalisation, sa punition et même son bannissement font partie des actes qui font avancer une société. Et celle du Sénégal où, semble-t-il, les viols ont connu une progression fulgurante, affectant, pour commencer, les familles au sein desquelles ils se perpètrent le plus, ne peut donc pas se permettre de rester les bras croisés face à un tel fléau.
Il fallait agir. Je veux donc saluer l’effort initial de légifération pour l’endiguer engagé par l’Etat sénégalais. C’est salutaire que d’envoyer un signal pour indiquer le rejet, par une sanction exemplaire, sévère, des potentiels fauteurs de viols.
Cela dit, comment pourrais-je me taire face aux questions qui m’assaillent en voyant la précipitation, l’absence de discussions, et le militantisme de certains groupes opportunistes, comme le mouvement des femmes de l’Onu, derrière la mise au monde de cette monstrueuse loi. Je reste très circonspect quant à la crédibilité des promoteurs de cette loi, dont beaucoup traînent des casseroles dans leurs familles et en société, plus portés par leur souci de booster, ou sauver, leurs carrières, dans les instances internationales et nationales.
Surtout qu’il n’a échappé à personne que celles et ceux qui sautillent, comme des cabris, pour saluer cette loi, ne sont pas forçément connus pour leurs postures sur les dérives du gouvernement en matière de droits de l’homme. Qui a entendu l’Onu, dirigée au Sénégal par Mohamed Ibn Chambas, et sa branche féminine, se prononcer une seule fois dans les nombreux cas de violences en tous genres, politiques et humaines, balafrant l’image de la nation sénégalaise? Personne.
Cette loi est née dans la précipitation et même le forcing toute de légèreté d’une Assemblée nationale qui semblait avoir la tête à la fête, ailleurs, et à ses factures d’électricité à la hausse…
L’incapable Malick Sall, faussaire dans sa carrière professionnelle et monstrueux dans ses relations avec les femmes, comme beaucoup d’entre-elles peuvent sortir du bois pour l’attester, a sauté sur ce terrain glissant pour tenter de redorer ce qui pouvait l’être de son blason définitivement sali. N’ayant plus le droit d’arborer le statut de ministre de la justice parce qu’ayant aligné les plus graves bourdes judiciaires, criminelles, il a surfé sur cette question sur laquelle, peu courageux, pour ne pas dire peu audacieux, les sénégalais hésitent à monter au créneau pour appeler à la raison, à la retenue, à l’approche juste, de peur d’être accusés d’avoir quelque chose à se reprocher.
Je le répète, il faut punir sévèrement les viols mais punir suppose, au préalable, arbitrer avec justesse. Or, au fil des années, s’il y a eu des cas, nombreux, inacceptables de viols dans notre pays, autant il y a eu, ces temps-ci, des accusations fomentées de viols cyniquement déployés par des femmes dont le seul projet est de détruire, de se venger, ou de se faire une publicité financièrement rentable sur le dos de leur victime.
Combien d’hommes, ayant commis la bêtise de prendre à bord de leurs voitures des femmes en auto-stop, se sont-ils vus accuser de viols ou je-ne-sais quoi dans les villes du Sénégal, ces derniers temps?
Combien de faux viols sont déclarés juste pour participer à un complot moyennant retour d’ascenseur, en espèces sonnantes et trébuchantes? N’importe quelle femme, surtout ces monstres qui émergent dans notre société en quête de clinquant, matérialistes, pourrait devenir une arme de destruction massive d’hommes innocents pendant qu’irresponsable la société va se mettre à applaudir sans souci de creuser pour savoir où se trouve la vérité. Quand j’ai été arbitrairement arrêté, la société n’a-t-elle pas indécemment voulu suivre les charges, fausses, du pouvoir sénégalais alors que je ne faisais qu’assumer mes droits constitutionnels d’écrire sur les enjeux politiques, économiques et les frasques sexuelles de Macky Sall?
Je dis donc NON à l’adoption d’une loi qui va être une arme de destruction massive de ses ennemis…en plus d’être au service d’opportunistes et cyniques accusatrices, sans pour autant ici couvrir quelque fautif de viol que ce soit: la vérité doit être dite et recherchée, pas dans cet aventurisme législatif !
En adoptant une loi pour punir par la condamnation à perpétuité les fauteurs de viols, l’Etat du Sénégal donne l’air de vouloir être dur alors que sur d’autres crimes, aussi graves, notamment le pillage des ressources économiques et les fraudes électorales, sa passivité dépasse tout entendement. C’est comme s’il cherche à s’appuyer sur le malheur des femmes violées pour se refaire une…virginité.
Gare à des condamnations de personnes innocentes. C’est une grande possibilité quand on sait combien notre système judiciaire et représsif, de manière générale, est déréglé, sous anesthésie d’un pouvoir politique lui faisant faire ce que bon lui semble.
Pour avoir été injustement arrêté, le 29 Juillet dernier, mis en prison, inculpé surtout à partir d’écrits fabriqués par l’Etat pour me les imputer, je suis la preuve vivante que le gouvernement du Sénégal ne mérite pas d’avoir ce pouvoir exorbitant de jeter en prison à vie qui que ce soit sur la base d’une accusation de viol.
Tout me donne à penser que ce n’est là qu’une vaste fumisterie politiciennte. En plus d’être, d’abord, une arme politique, inédite, vue nulle part ailleurs au monde, dont il s’est doté, pendant que le peuple, ses représentants au Parlement, avaient la tête ailleurs. C’est une arme de répression qui peut s’abattre sur n’importe lequel d’entre-nous tant il est aisé au gouvernement, mafieux, de trouver des accusatrices pour salir et faire inculper quiconque se trouverait sur sa ligne de mire.
En prison, j’ai rencontré des jeunes et adultes pressés de me raconter comment ils se sont retrouvés derrière les barreaux à la suite de délations autour de viols qu’ils m’ont dit n’avoir jamais commis. J’y ai même vu un Monsieur d’un certain âge, mal-habillé, plus semblable à un talibé échappé de l’école coranique, être libéré après avoir passé près d’un mois avec, sur le dos, une telle accusation.
En conclusion, oui, il faut punir et sévir. Le viol n’est pas défendable. La société doit créer, au delà du gouvernement, ses propres mécanismes pour que cette forme de violence soit rejetée par ses membres et qu’aucun ne s’y adonne. La loi, oui, doit être dure. Elle doit frapper. Donner l’exemple. Sans oublier de développer un discernement indispensable pour que les comploteurs, femmes ou Etat, ne puissent pas aussi utiliser la loi pour faire passer leur propre agenda.

Ce matin, je m’inscris en faux contre l’unanimisme autour d’une loi dont l’essence pourrait être maçonnique.
Et je pose cette autre question: venant de toi Malick Sall c’est quoi ce zèle, toi, l’anti-modèle méritant d’être farfouillé es-tu qualifié pour donner des leçons sur le sexe avec ces groupies onusiennes douteuses?

Le chemin de l’enfer est décidément pavé de bonnes intentions.

Dieu sauve le Sénégal.
Bonne année à toutes et à tous.
Adama Gaye, le Caire, 1er Janvier 2020.

PS: Monument de la Décadence Sexuelle, mêlé à tous les lobbies, Malick Sall est l’un des gros dangers de la République. Il y a les violeurs et le violeur ! Fouillons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *