MAME MATAR GUEYE, JAMRA : ATTENTION A NE PAS BRULER LE PAYS !

En voulant nous alerter contre le mouvement LGBT qui risque de brûler le pays et notamment à travers les séries télévisées sénégalaises, M. Mame Mactar GUEYE de l’ONG JAMRA a mis de l’huile sur le feu. En effet, en voulant s’insurger contre le fait de donner des noms de saints à certains acteurs qui interprètent des rôles immoraux ou indécents, il a déclaré – délibérément ou accidentellement- qu’en lieu et place du nom Mame Diarra, il fallait utiliser Françoise, Brigitte ou Jeanne. Ma question est simple. Comment détermine-t-on la sainteté d’un nom ? Un nom peut-il être meilleur qu’un autre tout simplement parce qu’il est attaché à une religion, confrérie, ethnie, région, pays et j’en passe ?
Mais c’est quoi la sainteté au fait ?
Voilà une notion pour laquelle nous avons souvent une vision étriquée, préfabriquée et souvent exclusiviste.

Selon la définition du dictionnaire « La sainteté est le caractère de ce qui est saint. Ce terme d’origine religieuse désigne une personne qui recherche la perfection morale aux yeux de Dieu, ou qui a déjà été touchée par la grâce de ce dernier. »

En se tenant simplement à cette définition nous nous rendons compte que la sainteté n’est pas un état de fait ou une situation que nous avons déjà atteinte. Mais c’est une recherche permanente et constante de l’homme à devenir meilleur. C’est pourquoi le Curé d’Ars disait à juste titre que la sainteté nous l’atteignons quinze minutes après la mort. Comme pour dire qu’il est quasi impossible d’atteindre cet état dans ce monde des vivants. Mais la sainteté s’analyse toujours dans une perspective de bonne conduite morale aux yeux de Dieu. Ce qui fait que personne outre que Dieu ne peut savoir qui est saint et qui ne l’est pas. C’est donc Lui qui touche de sa grâce qui il veut et quand il veut. La sainteté ne se décrète donc pas et n’est l’apanage d’aucune race, ethnie, ou religion. La sainteté pour moi est un mystère.

Pour l’Eglise catholique, la sainteté caractérise en premier la nature de Dieu et par extension l’état de vie de ceux qui par leur exemple et leur union au Christ sont des modèles pour les autres. La sainteté c’est l’union au Christ à laquelle tous les baptisés sont appelés. C’est la charité vécue pleinement, c’est-à-dire l’amour de Dieu par-dessus toute chose et l’amour du prochain. Elle est un caractère essentiel de ceux qui veulent être des témoins de Dieu aujourd’hui. L’appel universel à la sainteté fut rappelé par le Concile Vatican II (Lumen Gentium 40).

Dans la cosmogonie sérère, l’au-delà est désigné par le terme Jaaniiw ou Jaaniif selon les régions. Le sérère ne connait donc pas la notion de paradis et d’enfer tel que décrit dans les religions révélées. Mais le sérère connait la communauté des saints. Cette communauté des saints qui se trouve à Jaaniiw est composée de nos ancêtres morts avant nous et qui menaient ici-bas une vie exemplaire, morale, même s’ils n’étaient d’aucune religion dite révélée.

La sainteté et le Paradis pour le sérère consiste à être accueilli dans la joie par cette communauté des saints après sa mort et l’enfer c’est lorsque cette communauté ne vous accepte pas en leur sein. Mais à noter qu’il n’y a pas de condamnation définitive selon le sérère. Cette âme rejetée devient une âme errante qui est dans une sorte de purgatoire et à un certain moment pourra retrouver cette communauté des saints après s’être purifiée.
Nous pourrions ainsi donner raison à Christian Bobin qui écrivait qu’”il n’y a pas de saints. Il n’y a que de la sainteté. La sainteté c’est la joie.”
Mais la conception que certaines personnes ont de plus en plus de la Sainteté me fait penser comme Ernest RENAN qui disait que “L’homme fait la sainteté de ce qu’il croit comme la beauté de ce qu’il aime.”

M. GUEYE, je pense que vous vous trompez de combat et je ne comprends pas pourquoi vous voulez toujours occuper le devant de la scène pour promptement s’ériger en censeur public. Qui vous a nommé pour être le défenseur de nos libertés ? Je ne défends aucune confession religieuse car la religion si on n’y prend garde peut être une arme de destruction massive. Mais je défends cette conception du vivre ensemble de l’homo senegalensis qui fait que quel que soit la religion dans laquelle nous sommes, ce qui nous unis (notre sénégalité) est plus fort que tout.

M. GUEYE arrêter d’embraser les choses et de mettre de l’huile sur le feu. Car l’incendie de la religion, personne n’en sort indemne et nous avons tous intérêt à faire en sorte que ça n’arrive jamais. Aujourd’hui c’est Françoise, Brigitte et autres. Demain ce sera Ngor, Wagane, Diégane, Diboor et j’en passe. Ce qui fait que la personne soit bonne ou mauvaise, ce n’est pas le nom mais l’éducation de base et les valeurs que les parents et la société ont mis en lui. De la position de sentinelle et de soi-disant éveilleur des consciences, certaines ONG et autres responsables en arrivent facilement à verser dans le voyeurisme intellectuel et le plus souvent pour se faire juste un nom. Pourquoi ne pas voir la chose sous un autre angle ? Même si je suis d’accord qu’il y a des séquences de certains films qui ne sont pas en phase avec notre culture, il faut quand même reconnaitre, que c’est le devoir des artistes et autres producteurs de films de mettre à nue les tares de la société pour une sensibilisation des masses et un changement de comportement.

En plus, pourquoi tout ce qu’il y a de tares, de détournements et de mauvaise gestion dans ce pays et la société en général, vous ne vous y attaquez pas ? Pour qui parlez-vous, qui êtes-vous ? Etes-vous meilleur que les autres pour vous ériger en donneur de leçons ? Nous devons tous travailler pour la paix et la stabilité de ce pays. Mais nous devons surtout être ouvert d’esprit et essayer de connaitre l’autre avant de le juger. Il y a des actes et des positions qui marquent la conscience sociale pour toujours et créent une cassure dans l’intelligence collective.

Je me désole de l’inculture de certains « intellectuels » et « responsables » qui soutiennent, que la laïcité est synonyme d’athéisme, personne ne doit parler de Dieu. Ce qui est totalement faux. La laïcité, en tout cas celle que nous connaissons au Sénégal signifie qu’il n’y a pas de religion d’état, c’est la liberté de culte et de pratique religieuse. Ça doit également être clair dans la conscience des gens. Le Sénégal n’est ni un état islamique ni un état chrétien. C’est un Etat laïque dont la devise est « un peuple, un but, une foi ». Alors de grâce, arrêtez d’endormir les consciences et attaquez-vous aux véritables problèmes du pays.

NGOOR BUKAR NJAAY
ECRIVAIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *