Mamadou Diakhaté dit Junior, l’instituteur qui rénove les écoles grâce au crowdfunding

Utiliser la magie des réseaux sociaux pour une cause noble : la rénovation des écoles vétustes du Sénégal. Voilà l’idée géniale de l’instituteur Mamadou Diakhaté, qui, en pleine pandémie, a décidé de remplacer la craie par la truelle.

A l’aide d’un groupe de bénévoles, il sillonne les villes sénégalaises répondant à l’appel des responsables scolaires désireux de remettre à neuf des bâtiments en ruine qui servent de salles de classe. “On devait préparer les élèves à revenir à l’école, c’est dans cette perspective qu’on a fait le tour du Sénégal et à Dakar en particulier pour le groupe de bénévoles dont je faisais partie pour nettoyer les écoles. Mais nous nous sommes rendus compte que beaucoup d’écoles n’étaient pas prêts, il y avait des soucis de toilettes ou de classes. C’est comme ça que nous avons décidé de les rénover”, raconte l’instituteur de 34 ans.

Pour financer ce projet ambitieux, il a recours à ses dizaines de milliers d’abonnés sur Twitter, Facebook et Instagram.

Ainsi, une cotisation de 100 francs CFA est demandée aux nombreux amis virtuels pour cette cause qui tient à cœur à cet enseignant qui se définit comme “un patriote motivé par la volonté de servir son pays”.

“Lorsque le gouvernement a décidé de rouvrir les écoles restées fermées pendant plusieurs mois, nous avions décidé de nettoyer les salles de classe. Nous avons commencé par l’école élémentaire Issa Kane de Grand-Dakar. Après, nous avons fait le CEM Alioune Diop, les lycées Ngalandou Diouf et Blaise Diagne”, explique-t-il.

L’homme n’en est pas à sa première action communautaire. Déjà jeune instituteur affecté à Sindji Daga, un village situé près de la frontière gambienne, il se rend compte des disparités entre les centres urbains et les localités périphériques.

Dans ce village, les populations se sentent plus Gambiens que Sénégalais. Ils utilisent le dalassi, la monnaie gambienne. Dans sa classe, les élèves n’ont jamais vu de drapeau sénégalais et ne maîtrisent pas l’hymne national. Une réalité que le dakarois qu’il est à du mal à accepter. Il s’engage auprès de la communauté pour aider la population à retrouver ses racines sénégalaises.

Lors d’un séjour à Dakar, il ramène des drapeaux du Sénégal et initie les élèves aux symboles de la République. Il sensibilise les femmes au filtrage de l’eau et à l’entraide sociale. Il convainc aussi les pères à laisser les enfants à l’école. Ce qui, selon lui contribue grandement à réduire la déperdition scolaire.

Fils de militaire

La discipline et la rigueur qui caractérise son action ne sont pas le fruit du hasard. Junior Diakhaté est le fils d’un militaire qui lui a inculqué des valeurs telles que la rigueur, la discipline et le travail bien fait. Très jeune, Mamadou Diakhaté est confronté à la dure réalité de la vie citadine à Grand Dakar, un quartier populaire de Dakar où il est né il y a plus de 30 ans.

Aîné de sa famille, il fait souvent plus de 9 kilomètres à pieds pour aller à l’école. Fondateur du ‘clean up challenge’, une initiative citoyenne pour le nettoyage des endroits très insalubres du Sénégal, Mamadou Diakhaté, père d’une fillette de 2 ans, a fait de petits boulots avant de réussi le concours de l’école des instituteurs.

Patriote sans ambitions politiques

“Si le président de la république m’appelle pour un poste, je lui dirai que je ne suis pas intéressé. Je ne suis pas animé par des ambitions politiques. Un maire m’a accusé d’être un politicien encagoulé quand nous avons souhaité rénover une école dépendant de sa commune. Mais ce n’est pas vrai, nous avons juste envie de rendre service à la communauté”, explique Mamadou Diakhaté.

Ce travail se fait souvent dans des conditions difficiles. Ils sont souvent obligés de sacrifier leur week-end pour se rendre à des centaines de kilomètres de Dakar. Pour l’anecdote, l’équipe de bénévoles a été chassée de l’école Issa Kane de Grand-Dakar par la police sur demande du maire.

”Il nous ne restait que la peinture à terminer. Mais la police a interrompu les travaux. Mais notre expérience dans la culture associative nous a permis de nous forger un mental d’acier”, explique-t-il.

La BBC a tenté d’entrer en contact avec les services du maire pour recueillir leur version mais plusieurs collaborateurs ont refusé de commenter cette affaire.

Réseau sociaux et transparence

Fin de Twitter publication, 3

A la fin de chaque activité Mamadou Diakhaté et son équipe publient les factures des dépenses sur les réseaux sociaux. Une manière pour eux de rendre compte aux nombreux donateurs qui contribuent à financer les activités du groupe.

“Normalement, nous publions chaque soir un rapport qui montre aux internautes ce que nous avons dépensés dans la journée, ce qui reste du budget et quelles sont les cotisations”, dit-il

Le bénévole ne compte pas s’adonner à cette activité toute sa vie. Sa réussite est que plusieurs jeunes de diverses localité du Sénégal sont en train de marcher sur ses pas. Ils entreprennent des actions citoyennes similaires, à Mbour, Podor et Rufisque.

”Même au Cameroun, des personnes nous disent qu’ils vont reproduire le même modèle”, se réjouit-il.