EndSars: Ces manifestants qui ont forcé le président Buhari à faire marche arrière au Nigeria

Les manifestations généralisées contre l’Escouade spéciale de lutte contre le vol (Sars), décriées au Nigeria, sont le signe que l’importante population jeune du pays trouve sa voix et exige des réformes dans le pays le plus peuplé d’Afrique, caractérisé par des problèmes de mauvaise gouvernance depuis son indépendance, il y a 60 ans.

Bien qu’ils aient forcé le président à dissoudre l’unité, ils ne sont pas satisfaits car ils veulent des réformes totales de la police et que les officiers du département des voyous soient traduits en justice.

Mais cela va plus loin, car la vague de protestations a donné une tribune à une partie de la jeune population du pays qui est profondément mécontente.

Dans les rues, les manifestants sont pour la plupart des jeunes gens aisés, dont certains ont les cheveux teints, le nez percé et le corps tatoué.

C’est le genre de rassemblement que le personnel de sécurité s’empresse d’étiqueter comme criminel, mais en vérité, il s’agit surtout de jeunes travailleurs qui ont dû se débrouiller seuls sans le soutien de l’État.

La majorité d’entre eux ont entre 18 et 24 ans, n’ont jamais connu l’électricité de manière stable de leur vivant, n’ont pas bénéficié de l’enseignement gratuit dans le pays et ont vu leurs années d’université ponctuées et allongées par des professeurs en grève.

La frustration à l’égard de la police est le reflet de la frustration à l’égard de l’État en général.

“Qu’ai-je retiré de ce pays depuis ma naissance”, a demandé Victoria Pang, une diplômée de 22 ans, qui était présente à l’une des manifestations dans la capitale, Abuja – et l’une des nombreuses femmes qui ont été à l’avant-garde des manifestations.

“Nos parents disent qu’il fut un temps où les choses allaient bien, mais nous n’en avons jamais fait l’expérience”, dit-elle.

Pourquoi le Sars était-il si détesté ?

Les officiers de police au Nigeria ont généralement une réputation de corruption, de brutalité et de peu de considération pour les droits de l’homme, mais les gens ici ont des sentiments particulièrement forts contre Sars, qui a développé une notoriété pour le profilage abusif des jeunes.

Un rapport publié en juin par Amnesty International indique qu’il documentait au moins 82 cas de torture, de mauvais traitements et d’exécution extrajudiciaire par le Sars entre janvier 2017 et mai 2020.

“Les autorités nigérianes n’ont pas réussi à poursuivre un seul officier malgré la législation anti-torture adoptée en 2017 et les preuves que ses membres continuent à utiliser la torture et d’autres mauvais traitements pour exécuter, punir et extraire des informations des suspects”, déclare le groupe.

Des manifestants brandissent des banderoles lors d'une manifestation contre des brutalités policières présumées, à Lagos, au Nigeria

Les personnes considérées comme “tape-à-l’œil” ou aisées – qu’elles aient une belle voiture ou un ordinateur portable ou qu’elles portent des tatouages ou des dreadlocks – ont attiré l’attention des officiers du Sars.

Le profilage des jeunes Nigérians est profondément ancré dans la société.

Les jeunes gens aisés dont le style de vie n’est pas conforme aux normes de ce pays conservateur sont souvent étiquetés “Yahoo-Boys” – un terme argotique pour désigner les arnaqueurs sur Internet.

C’est particulièrement vrai pour ceux qui travaillent avec des ordinateurs portables, tandis qu’il existe des récits de voisins qui ont appelé des agents de sécurité sur des jeunes qui travaillent à domicile.

“Ma propriétaire a un jour appelé des policiers pour qu’ils viennent me chercher parce que j’étais toujours à la maison, que j’allumais le générateur et que je vivais bien”, révèle à la BBC Bright Echefu, un développeur de sites web de 22 ans, qui a rejoint la manifestation à Abuja.

Femme tenant une cloche

“Comment le fait d’avoir un tatouage sur le bras fait-il de moi un criminel ? se demande Joy Ulo, une étudiante de premier cycle, lors d’une manifestation.

Et certains d’entre eux sont venus d’en haut.

Le président Muhammadu Buhari, âgé de 77 ans, qui par le passé décrivait les jeunes Nigérians comme “paresseux” devant un public international, a récemment conseillé à ceux dont les moyens de subsistance économiques avaient été anéantis par le confinement de se lancer dans l’agriculture, car ils sont en mesure de s’organiser.

Protestation biologique

Bien qu’il existe un certain niveau d’organisation, les personnes qui semblent coordonner l’action sur les médias sociaux ne veulent pas être identifiées comme des leaders.

Ils ont réussi à tout rassembler, de l’eau, de la nourriture et des banderoles à la mise en liberté sous caution des personnes arrêtées.

L’argent a été collecté par le biais de l’approvisionnement de la foule – une partie des dons est venue de l’étranger, la plupart de sociétés informatiques nigérianes, dont le personnel est facilement la cible de profilage par le personnel de sécurité. Pendant longtemps, les tatouages, dreadlocks et piercings ou le choix de carrières non conventionnelles ont été associés à l’irresponsabilité dans certaines familles, organisations religieuses, communautés et même écoles.

Les coordinateurs non officiels ont refusé de sélectionner les dirigeants du mouvement, disant qu’ils ne veulent pas que quelqu’un négocie avec le gouvernement dans leur dos, un coup pas si subtil aux syndicats du pays, qui ont la réputation de décommander les grèves prévues après avoir rencontré les responsables du gouvernement.

Mais en vérité, le succès des manifestations est dû en grande partie aux célébrités et aux influenceurs des médias sociaux – les stars new-age d’Instagram, Snapchat et Twitter.

Mais la véritable énergie a été injectée plus tard dans la journée lorsqu’une femme nommée Rinu a galvanisé d’autres manifestants à passer la nuit devant le siège du gouvernement à Lagos.

Grâce à l’ajout de célébrités au hashtag #EndSARS, la manifestation s’est hissée au premier rang des tendances mondiales sur Twitter et a bénéficié du soutien international de footballeurs basés au Royaume-Uni comme Mesut Ozil et Marcus Rashford, ainsi que de musiciens et d’acteurs.

Les superstars mondiales du Nigeria, Wizkid et Davido, qui font également partie de cette génération de manifestants, ont été physiquement présents à Londres et à Abuja – où la présence de ce dernier a empêché les policiers de tirer sur les manifestants. Les manifestations dans les rues se sont intensifiées mercredi dernier et ont été renforcées jeudi après l’intervention des musiciens Runtown et Falz.

Les manifestants ont également chassé les reporters des médias traditionnels sur les lieux de la manifestation, les accusant de censurer les informations sur la campagne #EndSARS et de donner un récit différent à ceux qui ne sont pas en ligne.

“C’est une lutte contre l’establishment”, a déclaré M. Echefu.

“Vous êtes pour ou contre nous, il n’y a pas de juste milieu”, dit-il.

Beaucoup de manifestants disent avoir ignoré les avertissements de leurs parents et de leurs employeurs de ne pas se joindre aux manifestations.

Une jeunesse qui n’est plus frivole

Certains pensent que c’est le début de quelque chose de spécial au Nigeria, en ce mois où le pays a célébré le 60e anniversaire de son indépendance.

Plus de 60 % de la population nigériane a moins de 24 ans, selon les chiffres de l’ONU sur la population.

Mais ce groupe a longtemps été accusé d’avoir du temps pour des frivolités – télé-réalité, football et médias sociaux – plutôt que de prêter attention à la gouvernance.

Un policier parle aux manifestants

C’est une phrase que beaucoup d’entre eux ont entendue à plusieurs reprises de la part de la génération plus âgée, mais après avoir forcé le président à dissoudre le Sars et à l’annoncer en direct à la télévision, les jeunes Nigérians auraient maintenant réalisé le pouvoir dont ils disposent.

“Mon peuple, je veux que ce message soit transmis à tous les jeunes Nigérians. Votre voix a été entendue”, déclare Wizkid lors de la manifestation de dimanche à Londres.

“Ne laissez personne vous dire que vous n’avez pas de voix. Vous avez tous une voix ! Et n’ayez pas peur de vous exprimer.

“Les prochaines élections [2023] nous montreront un réel pouvoir”, ajoute-t-il.