Des enfants tués lors de l’attaque d’une école à Kumba au Cameroun

Les autorités ont accusé les séparatistes anglophones d’avoir perpétré l’attaque contre une école privée dans une région en proie à des revendications sécessionnistes.

Selon les témoignages des responsables d’un établissement privé au sud-ouest du Cameroun, des hommes armés ont pris d’assaut leur école, tuant au moins six enfants et en blessant une douzaine.

Et même si l’acte n’a pas été attribuéé de manière indépendante, les autorités locales pensent qu’il est l’œuvre des sécessionnistes anglophones.

Un responsable local de l’éducation a déclaré que les victimes étaient âgées de 12 à 14 ans.

Il a déclaré que c’est vers midi le samedi que des hommes armés circulant à bord de motos ont pris d’assaut l’école « Mother Francisca ».

Selon le responsable, certains enfants ont été blessés après avoir sauté du deuxième étage pour tenter d’échapper au massacre.

Des vidéos téléchargées sur les médias sociaux montrent des adultes qui s’enfuient de l’école en portant des enfants.

“Ils les ont trouvé en classe et ont ouvert le feu sur eux”, a déclaré le sous-préfet de la ville, Ali Anougou, à l’agence de presse Reuters.

La raison pour laquelle l’école a été ciblée reste inconnue et inexpliquée, mais le sous-préfet a déclaré que des insurgés sécessionnistes étaient derrière l’attaque.

Quel est l’objet du conflit ?

Certaines populations des régions anglophones réclament l'autonomie pour les zones du nord-ouest et du sud-ouest du cameroun

Les militants anglophones affirment que la majorité francophone du pays marginalise la minorité anglophone.

Certaines régions du Cameroun sont en proie à des troubles depuis que les groupes anglophones ont intensifié leurs efforts pour obtenir l’indépendance à partir de 2016.

Les écoles des régions anglophones du Cameroun ont récemment rouvert leurs portes après quatre ans de fermeture en raison des menaces des séparatistes qui luttent pour l’indépendance de leur propre Etat qu’ils ont appelé Ambazonie.

Les protestations sur l’utilisation officielle du français dans les tribunaux et les écoles des régions anglophones du Cameroun, du nord-ouest et du sud-ouest, se sont transformées en véritables revendications.

Les séparatistes exigent en priorité l’utilisation de l’anglais dans leur région.

Une répression des forces de sécurité a conduit certains civils anglophones à prendre les armes contre le gouvernement, dirigé par le président francophone Paul Biya.

Des milliers de personnes ont perdu la vie et des centaines de milliers d’autres ont été déplacées à la suite d’affrontements entre les séparatistes et les forces de sécurité.

Quelques heures après l’opération qui a tué plusieurs enfants, un leader sécessionniste a promis une déclaration dans laquelle il condamnera l’acte et exprimera son “dégoût” pour ces meurtres.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *