La gestion un peu spécial de la pandémie de coronavirus par le président tanzanien John Magufuli met le pays sous les projecteurs mondiaux. Aujourd’hui, John Magufuli est à la recherche d’un second mandat.

Lorsque le Covid-19 est arrivé en Tanzanie, le président ne comprenait pas les gens qui restent chez eux. Il voulait qu’ils se rendent dans les églises et les mosquées pour prier.

“Le coronavirus, qui est un diable, ne peut pas survivre dans le corps du Christ … Il brûlera instantanément”, prêchait Magufuli, un pieux chrétien, le 22 mars depuis l’autel d’une église de la capitale tanzanienne, Dodoma.

Il critiquera plus tard la distanciation sociale et le port du masque. Il mettra aussi en doute l’efficacité des tests. Le président tanzanien fait faire des tests de coronavirus à des animaux et des fruits. Il annonce qu’une papaye, une caille et une chèvre sont positifs au coronavirus. Le président explique ensuite qu’il ne peut accepter de sacrifier l’économie et critique les pays voisins qui l’ont fait.

Bien que beaucoup pensent que l’approche de Magufuli est excentrique, on peut la considérer comme emblématique de son style combatif.

Un homme quitte une cabine d'inhalation de vapeur à Dar es Salaam, en Tanzanie, le 22 mai 2020

Lorsque John Magufuli est élu président à 56 ans, en octobre 2015, il semblait être le genre de personne dont la Tanzanie avait besoin – un président efficace et incorruptible. Ses actions axées sur les résultats sont également jugées comme applicables à d’autres pays africains – une dose de ce dont le continent a besoin pour faire face à ses problèmes de gouvernance.

Dès le premier jour de sa présidence, il envoie un message soulignant qu’il ne tolérerait pas l’absentéisme chronique dans la fonction publique. Une déclaration faite après une visite dans les bureaux du ministère des Finances pour constater les absences et les retards.

Il purge également la masse salariale publique de milliers de “travailleurs fantômes”, des employés essentiellement inexistants – et renvoie de la fonction publique des fonctionnaires considérés comme corrompus ou pas performants. Parfois, cela se faisait même en direct à la télévision.

Et il supprime ce qu’il considère comme des dépenses extravagantes, annulant les célébrations de la fête de l’indépendance pour la première fois en 54 ans. Il ordonne aussi un nettoyage public, se salissant les mains en ramassant des déchets devant le palais présidentiel.

Au cours de la première année de la présidence de Magufuli, cette approche lui a valu de nombreux éloges, inspirant le hashtag : #WhatWouldMagufuliDo.

Certains messages se moquent, cependant, de la politique austère du président – par exemple quelqu’un a écrit: “J’étais sur le point de m’acheter un four puis je me suis demandé #WhatWouldMagufuliDo”.

D’autres personnes ont appelé les dirigeants africains à imiter son style de leadership. En 2017, un professeur kenyan est allé jusqu’à appeler à la “Magufulication” de l’Afrique lors d’un discours à l’Université de Dar es Salaam.

Mais dès le départ, il est également clair qu’il y a un côté plus sombre à son leadership, qu’un certain nombre de ses initiatives vont lentement miner l’espace démocratique du pays.

La chanson rap qui est devenue réalité

En janvier 2016, à peine deux mois après le début de son mandat, son administration annonce que la télévision d’État ne diffusera plus en direct les débats parlementaires, par mesure de réduction des coûts. L’opposition y voit de la censure, car c’était l’une des rares façons dont elle pouvait demander des comptes au gouvernement. Elle prévoit des manifestations contre cette décision, mais le gouvernement interdit tout rassemblement.

Un autre exemple de censure, c’est la réponse de Magufuli à une chanson du populaire rappeur tanzanien Nay wa Mitego en 2017. Moins d’un jour après sa libération, Mitego se retrouvé en garde à vue.

“Y a-t-il encore de la liberté d’expression dans ce pays?”, rappe l’artiste à la voix rauque, de son vrai nom Emmanuel Elibariki,

“Et si je parle et que je me retrouve plus tard au [commissariat de police] central?”

“Y a-t-il des leaders qui prennent des décisions stupides? Il y en a!”

“Y a-t-il ceux à qui manquent [l’ancien président] Jakaya Kikwete? Il y en a!”

Il est accusé d’insulter le président et de calomnier le gouvernement. La peur d’être arrêté à propos de laquelle il chantait devient réalité – il est détenu au commissariat central de Dar es Salaam auquel il fait référence dans les paroles de la chanson.

Bien que le président Magufuli ait ordonné la libération de Nay wa Mitego juste un jour plus tard, il a conseillé que la chanson soit retravaillée pour inclure des paroles sur d’autres problèmes de la société, tels que les tricheries fiscales.

L’administration de Magufuli continue de déployer un cocktail de directives audacieuses et inhabituelles, introduisant de nouvelles lois destinées à augmenter les revenus des sociétés minières multinationales.

En 2017, Acacia Mining, une filiale de la société mère canadienne Barrick Gold, reçoit une feuille d’impôt de 190 milliards de dollars (145 milliards de livres sterling) sur les redevances que le gouvernement déclare qu’elle lui doit bien que la société nie tout acte répréhensible.

Dans le cadre du règlement du litige, Barrick accepte finalement de payer 300 millions de dollars après avoir racheté Acacia, et une nouvelle société d’exploitation, Twiga Minerals, est constituée et dont le gouvernement détient 16% du capital. Barrick et le gouvernement tanzanien conviennent de partager à parts égales les avantages économiques futurs non spécifiés des mines.

Puis il y a son décret très controversé selon lequel les écolières tanzaniennes qui tombent enceintes ne peuvent pas retourner à l’école même après avoir accouché. Et en 2018, la Tanzanie adopte une loi pour punir quiconque remet en question les statistiques officielles, faisant de l’État le seul gardien des données. La Banque mondiale affirme que les changements étaient “profondément préoccupants”.

Faire bouger les transports de la Tanzanie

Mais les critiques s’accordent à dire que Magufuli a contribué au développement de la Tanzanie ces dernières années, en investissant dans plusieurs grands projets d’infrastructure tels que la construction d’un chemin de fer pour relier le pays à ses voisins régionaux, l’expansion des grandes autoroutes et la mise en place d’un système de transport en commun rapide dans le centre de Dar es Salaam. Il a également augmenté la production d’électricité, ce qui réduit le rationnement du courant électrique.

Et il a relancé la compagnie aérienne nationale, Air Tanzania, qui, en proie à des dettes et objet d’une mauvaise gestion pendant des années, était effectivement clouée au sol et n’avait qu’un seul avion dans sa flotte lorsque Magufuli a pris ses fonctions.

Le président a nommé un nouveau conseil d’administration et un directeur général de la société, qui ensuite achète six nouveaux avions et remet en état d’autres qui étaient en maintenance.

Le chef de l’Etat introduit l’éducation gratuite pour tous les Tanzaniens dans les écoles publiques jusqu’à la quatrième année du secondaire.

 Obscurité des données  sur le coronavirus

Mais c’est la gestion par Magufuli de la pandémie de coronavirus qui attire l’attention au niveau internationale sur sa gouvernance ces derniers mois.

Les gens marchent sur un marché sans distanciation sociale le 15 avril 2020.

Après le premier cas le 16 mars, la seule mesure de restriction immédiate concerne l’arrêt des cours dans les écoles et les établissements d’enseignement. Il faudra environ un mois au pays pour introduire d’autres restrictions – telles que l’arrêt des activités sportives et la fermeture des frontières.

Les bus et les transports en commun transportent moins de passagers et le nombre de bars et de restaurants en activité est limité, mais le directeur Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Matshidiso Moeti, accuse la Tanzanie d’agir lentement pour freiner la propagation du virus.

“En Tanzanie, nous avons observé que les mesures de distanciation physique, d’interdiction des rassemblements de masse, ont mis du temps à se mettre en place et nous pensons que ces facteurs ont pu être des facteurs qui ont probablement favorisé l’augmentation rapide dans le pays”, dit le responsable de l’OMS en avril.

Les marchés et autres lieux de travail sont restés ouverts comme d’habitude, tout comme les lieux de culte.

“Nous avons eu un certain nombre de maladies virales, y compris le sida et la rougeole. Notre économie doit passer en premier. Elle ne doit pas dormir … La vie doit continuer”, soutient Magufuli.

“Des pays [ailleurs] en Afrique viendront ici pour acheter de la nourriture dans les années à venir … ils souffriront à cause de l’arrêt de leur économie.”

Début juin, Magufuli affirme que le pays est “exempt de coronavirus” et le ministère de la Santé annonce également la fermeture des centres de traitement et d’isolement du coronavirus, qui sont mis en place dans tout le pays.

Étant donné que la Tanzanie a cessé de publier le nombre de ses cas de coronavirus en mai, il est difficile de vérifier dans quelle mesure l’approche du pays a fonctionné. Le pays comptait 509 infections lorsqu’il a publié son décompte final le 29 avril.Les élèves de l'école secondaire Al-Haramain attendent que leur cours commence alors qu'ils assistent à leur premier jour d'école rouverte à Dar es Salaam, en Tanzanie, le 1er juin 2020.

“Le pays fonctionne sans données”, note l’analyste tanzanien Aidan Eyakuze.

Les hôpitaux à travers le pays semblent fonctionner normalement, bien que les médias indépendants et les ONG n’ont pas été en mesure de vérifier eux-mêmes car l’accès est restreint. En juillet, des médecins déclare à la BBC que les hôpitaux ne sont pas débordés.

‘Je sais ce que signifie être pauvre’

Magufuli tenait à lutter contre le virus, selon ses propres conditions, plutôt que d’être influencé par les actions d’autres dirigeants régionaux et internationaux. Il conçoit sa gouvernance d’après le premier président de la Tanzanie, Mwalimu Julius Nyerere, qui a toujours été farouchement indépendant.L'ancien président tanzanien Julius Kambarage Nyerere

“Notre père fondateur n’était pas quelqu’un à qui on doit dire ce qu’il a à faire… Ceux qui conçoivent ce genre de règles [les restrictions] sont ceux habitués à donner ces directives que notre père fondateur a refusées”, théorise Magufuli, faisant référence à l’habitude de Nyerere de rejeter les conseils venant des nations occidentales, dont le socialiste engagé se méfiait.

Magufuli a grandi sous le règne de Nyerere dans un village du nord-ouest du district de Chato, le long de la rive du lac Victoria. Il dit que son parcours modeste a inspiré son propre désir de travailler pour le peuple tanzanien.

“Notre maison était couverte de chaume, et comme beaucoup de garçons, j’ai été affecté à l’élevage du bétail, ainsi qu’à la vente de lait et de poisson pour subvenir aux besoins de ma famille”, raconte-t-il lors de sa campagne en 2015.

“Je sais ce que signifie être pauvre. Je m’efforcerai d’aider à améliorer le bien-être des gens”, ajoute-t-il.

Après l’école, il a travaillé pendant un an comme professeur de mathématiques et de chimie au lycée avant de reprendre ses études. Il travaille pendant quelques années comme chimiste industriel avant de démissionner en 1995 pour briguer un siège parlementaire dans sa propre circonscription de Chato. Après avoir occupé ce siège, il gravi rapidement les échelons pour être nommé vice-ministre des Travaux publics.

La titulaire principale du ministère, Mama Anna Abdallah, estime que son style sans fioritures, axé sur l’efficacité et les résultats, était tout de suite remarquable. Au cours de sa première année de fonction, il a réussi à obtenir la construction d’une route dont les travaux ont longtemps été retardés.

”C’est une personne qui semble vouloir laisser un héritage… C’est son personnage, il veut s’assurer que les choses sont bien faites”, dit-elle

En 2015, Magufuli se présente à la présidence. Il est considéré comme un candidat consensuel du parti Chama Cha Mapinduzi (CCM) – qui était au pouvoir depuis 54 ans. Les analystes affirment que son manque de base politique était considéré comme un atout plutôt qu’un handicap, son nom n’étant pas associé à la corruption contrairement à certains politiciens.

Les élections sont les plus serrées de l’histoire du pays, mais Magufuli les remporte avec 58% des voix.

Menacé pour avoir pris la parole

Alors que la Tanzanie s’approche du vote pour un nouveau mandat présidentiel, les appels à d’autres dirigeants régionaux pour imiter le style de Magufuli ont depuis longtemps diminué. Il est critiqué par des opposants politiques, la société civile et les pays occidentaux, qui disent qu’il opprime l’opposition, restreint la liberté de la presse.

Mais en tant que président qui s’est souvent présenté comme un nationaliste africain acharné et un catholique assumé faisant la guerre aux puissances étrangères cherchant à faire de la bonne gestion, il est peu probable que Magufuli soit dérangé par une telle critique.

Dans le pays, peu de gens lui ont opposé une résistance, mais pour ceux qui ont essayé, les conséquences ont été graves.

Les déclarations du président sont souvent sans recours, dit Zitto Kabwe, un chef de l’opposition, arrêté plus d’une douzaine de fois depuis 2016.

“L’Etat veut que nous nous taisions, il nous menace. La meilleure arme pour nous est de parler et de nous radicaliser encore plus”, a-t-il indiqué à l’agence de presse AP en juillet.

Le principal candidat de l’opposition aux prochaines élections est Tundu Lissu, du parti Chadema, qui a survécu à une tentative d’assassinat en 2017. Son cas a nécessité près de trois ans d’hospitalisation à l’étranger pour traitement et réadaptation. Personne n’a été condamné dans le cadre de la tentative d’assassinat et on en sait pas beaucoup sur l’enquête policière. Il y a quelques semaines, la commission électorale lui a interdit de faire campagne pendant sept jours pour des allégations de manquements à l’éthique concernant des propos tenus contre le président.

Même si Magufuli décourage ceux qui défient son autorité, il tient à parler directement au public et à entendre ce qu’il a à dire.

À la fin du mois de juillet, il choisit de rentrer chez lui en voiture plutôt que de prendre l’avion après des funérailles nationales afin de pouvoir s’arrêter en chemin pour écouter les inquiétudes des passants. Il s’arrête à Mkuranga et écoute leurs problèmes – accaparement des terres, problèmes conjugaux, des femmes qui avaient été déshéritées, une école sans bureaux. Le président tente de trouver des solutions, notamment en organisant une collecte de fonds sur place.

Un expatrié qui travaillait pour la multinationale Telco juge que “certains Tanzaniens semblent vraiment aimer un président qui fait avancer les choses”.John Magufuli (2e R) prend la parole lors du lancement officiel de la campagne de son parti pour les élections générales d'octobre au stade Jamhuri à Dodoma, en Tanzanie, le 29 août 2020

Alors que la course à la présidence tire à sa fin, Magufuli a l’avantage de l’emporter et il est soutenu par un parti qui n’a jamais perdu la présidence.

Le candidat de l’opposition Tundu Lissu promet une croissance économique et le respect des droits de l’homme. L’autre principal candidat de l’opposition est Bernard Membe, ancien ministre et membre du comité central du CCM, qui représente le parti ACT-Wazalendo.

Si Magufuli remporte un deuxième mandat, il promet de poursuivre le développement des infrastructures et d’améliorer les moyens de subsistance des populations.

Mais à moins que son style de gouvernance ne change, certains militants de l’opposition, journalistes indépendants et critiques peuvent craindre pour leur avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *