Les acteurs politiques ivoiriens de tous les bords s’accordent à dire qu’à 50 ans on peut encore être considéré comme jeune quand on est engagé en politique.

La classe politique ivoirienne est vieillissante, selon de nombreux analystes et observateurs. On en veut pour preuve l’âge des candidats à la présidence.

Le président sortant Alassane Ouattara, du haut de ses 78 ans se présente pour un troisième mandat avec en face, un ancien président, Henri Konan Bédié, âgé de 86 ans, un ancien premier ministre, Pascal Affi N’guessan, 67 ans et enfin l’ancien député Kouadio Konan Bertin âgé de 52 ans. La moyenne d’âge des quatre candidats est estimée à 70 ans.

Au sein du gouvernement, pour un effectif de 46 ministres et secrétaires d’État, on ne dénombre que deux membres ayant moins de 40 ans et trois âgés de moins de 50 ans.

Pour ce qui est de l’élection présidentielle, le cadre juridique qui régit la compétition exclut d’office les jeunes selon l’analyste politique et écrivain ivoirien Geoffroy Julien Kouao.

“L’élection présidentielle ne concerne pas les jeunes en ce sens que la Constitution fixe l’âge minimum d’éligibilité à 35 ans” explique-t-il.

Pourtant en Côte d’Ivoire, selon l’institut national de la statistique, est jeune la personne dont l’âge est compris entre 14 et 34 ans.

Gérontocratie et culte de la personnalité

Pour Florent Assiélou, secrétaire général du parti CAP-UDD, en Côte d’Ivoire, “l’on fait de la politique sur la base d’intérêts personnels”.

Geoffroy Julien Kouao

Ce que Geoffroy Julien Kouao qualifie de “culte de la personnalité” qui, depuis des décennies, domine la vie politique ivoirienne.

“Nous avons des formations politiques, les principales, qui ne font pas la promotion des jeunes et qui, au sein de ces partis, font du culte de la personnalité une réalité, de sorte que les fondateurs ou les premiers responsables de ces partis ont toujours été les figures tutélaires de ces partis et subséquemment de la vie politique ivoirienne” explique-t-il.

Il ajoute que la jeunesse au sein des partis et des institutions de la République, a toujours travaillé dans “l’ombre tutélaire des gérontocrates”.

Au PDCI RDA (Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain), l’on donne des arguments qui corroborent cette analyse.

Brahima Kamagté, secrétaire exécutif du parti en charge de la jeunesse, insiste qu’au PDCI “on ne raisonne pas en fonction de la tête qui doit nécessairement être jeune, on raisonne en terme d’équipe et quand vous regardez le président Henri Konan Bédié, autour de lui il n’y a que des jeunes.”

Florent Assiélou estime aussi que le manque de formation politique des jeunes est une limite que la “vieille garde” exploite.

“Très souvent, se cachant derrière cette barrière, les politiques, pour parler de l’ancienne génération, utilisent ce manque de formation pour induire le peuple en erreur.”

La politique jeune des partis

Quand on demande aux principaux partis du pays s’ils mettent la jeunesse au cœur de leurs actions, s’ils s’accordent à dire que leurs standards en matière de jeunesse ne sont pas les mêmes que ceux reconnus par les instituts nationaux et internationaux, ils insistent sur le fait qu’une grande place est accordée aux jeunes.

Beh Diabaté

Le FPI (Front populaire ivoirien) branche Affi N’guessan se vante d’ailleurs d’être le parti qui accorde le plus de place à la jeunesse.

Bêh Diabaté, vice-président de ce parti soutient que le FPI a toujours donné la place à la jeunesse. “Pour preuve, moi j’ai été le plus jeune membre du secrétariat général du front populaire ivoirien à 29 ans” ajoute-t-il.

Seulement, il reste difficile de trouver encore des personnes de cet âge au sein du secrétariat général du parti. Bêh Diabaté âgé aujourd’hui de 48 ans reconnaît que les “jeunes” qui se retrouvent au sein de l’organe décisionnel du parti sont de la même tranche d’âge que lui.

Du côté du RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix), parti au pouvoir, l’on affirme que “le parti accorde une place importante à la jeunesse” et on en veut pour preuve le fait que le secrétaire adjoint du parti en charge de la jeunesse a 32 ans.

Selon Mamadou Touré, ministre en charge de la promotion de l’emploi, par ailleurs porte-parole adjoint du RHDP, lui-même âgé de 44 ans, “le président Alassane Ouattara est celui qui aura le plus procédé au renouvellement des générations ces dix dernières années”.

“Il a fait confiance à beaucoup de jeunes trentenaires et quadragénaires, tels que nous autres qui avons des responsabilités importantes et dans le gouvernement et dans le parti” insiste Mamadou Touré.

Au sein du PDCI / RDA, parti dont le candidat à l’élection présidentielle est âgé de 86 ans, l’on insiste que la jeunesse est grandement représentée même si le secrétaire exécutif du parti à la jeunesse n’a pas un âge en deçà de 35 ans.

Brahima Kamagaté, soutient que le parti accorde une place de choix aux jeunes. “Dans sa longue marche, depuis sa création, dans ses années de gloire jusqu’à aujourd’hui, le PDCI a toujours promu les jeunes, le PDCI a toujours su établir un pont entre les différentes générations.”

“Aujourd’hui, au sein du PDCI, 60% des délégués qui sont les représentants du président Bédié dans les départements sont jeunes. Vous avez également près de 60% de jeunes qui sont membres du bureau politique national” détaille Brahima Kamagaté

50 ans et encore jeune

Tous les grands partis affirment accorder une place importante aux jeunes en leur sein. Seulement, leur conception de la jeunesse ne s’aligne pas sur les standards internationaux qui, au-delà de 35 ans, ne considèrent plus une personne comme étant jeune.

En Côte d’Ivoire, beaucoup d’acteurs politiques soutiennent que jusqu’à 50 ans, on est encore jeune quand on est engagé en politique.

Même au sein de la population, l’on estime que Kouadio Konan Bertin, candidat indépendant à la présidence, âgé de 52 ans, est le candidat de la jeunesse.

La cinquantaine passée, Florent Assiélou affirme sans hésiter qu’il est encore jeune.

Florient

“C’est dans la tête que ça se passe, ceux qui sont de cette génération (Ndlr : les dirigeants des grands partis) sont des personnes au-delà de 70 ans, il y en a même qui en ont plus de 80 et par rapport à eux, nous pensons être jeunes.”

“En politique, à 50 ans on est jeune”, renchérit Brahima Kamagaté. Pour lui, “ce n’est plus réaliste aujourd’hui” de considérer comme jeune celui qui a moins de 35 ans. “Hier, toutes les conditions étaient créées pour qu’un jeune à 30 ans, soit en activité, aujourd’hui à 30 ans, certains ne sont pas diplômés, en allant sur cette base, à 50 ans, on est jeune.”

Si Mamadou Touré ne fixe pas la jeunesse en politique à 50 ans, il n’est pas n’ont plus en accord avec les normes de l’Union africaine. “En politique, en termes de responsabilités, on considère que les personnes sont jeunes jusqu’à quand elles sont quadragénaires.”

Toutes ces positions expliquent à souhait le fait que la jeunesse au sens strict du terme, est absente du champ politique.

Les jeunes doivent bousculer la scène politique

Les candidats à la présidentielle ivoirienne

“C’est à la jeunesse de prendre ses responsabilités” s’exclame un abidjanais à qui nous avons tendu notre micro. “S’il faut bousculer la hiérarchie comme ce que KKB (Ndlr : Kouadio Konan Bertin) est en train de faire, c’est une bonne chose” analyse-t-il.

Et selon le politologue Sylvain N’guessan, “on accuse des personnes d’un certain âge d’occuper l’espace politique, mais les femmes comme les jeunes, je pense qu’on ne se bat pas assez.”

Geoffroy Julien Kouao abonde dans le même sens. Il affiche d’ailleurs un certain pessimisme. “Malheureusement, on ne voit pas de jeunes qui prennent des initiatives de créer des mouvements ou des forces politiques” déplore-t-il.

Mais cela peut s’expliquer par une certaine désaffection de la jeunesse à l’égard de la politique. “Depuis trois décennies, les élections et la vie politique en Côte d’Ivoire riment avec la violence. Tout ceci n’est pas fait pour encourager la jeunesse, préoccupée par le chômage et les études dans les conditions pas agréables, à se lancer en politique”, estime notre analyste.

Bêh Diabaté lui, pense que les perpétuelles crises en Côte d’Ivoire ont déçu la jeunesse. “Depuis 2000, la jeunesse ivoirienne s’est vue voler sa jeunesse. Nous avons vécu dix ans de guerre qui a débouché sur une crise électorale. Cela a joué sur la jeunesse.”

Ce qui selon lui, se ressent sur la liste électorale “avec seulement 36% des jeunes inscrits pour un pays dont les 18-36 ans représentent autour de 70% de la population. “

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *