France : attentat “terroriste” à Nice, ce qu’il faut savoir

Selon la police, trois personnes ont été tuées lors d’une attaque au couteau dans une église à Nice, au Sud de la France.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a déclaré qu’il y avait eu un “attentat terroriste au cœur de la basilique Notre-Dame”.

Une victime âgée qui était venue prier a été “décapitée”. Un suspect a été interpellé.

M. Estrosi a parlé d’ “islamo-fascisme” et a déclaré que le suspect avait “répété sans cesse ‘Allahu Akbar’ (Dieu est le plus grand)”.

Le président Emmanuel Macron est arrivé à Nice, et a rencontré des policiers sur les lieux de l’attentat de jeudi. Les procureurs anti-terroristes ont ouvert une enquête pour meurtre et la France a porté son système d’alerte de sécurité nationale à son plus haut niveau.

M. Estrosi a comparé l’attentat au récent meurtre du professeur Samuel Paty, décapité près de son école en banlieue parisienne au début du mois.

La police n’a pas suggéré de motif pour l’attaque à Nice. Cependant, il fait suite à des jours de protestations dans certains pays à majorité musulmane, déclenchées par la défense par le président Macron de la publication de caricatures représentant le prophète Mahomet. Des appels au boycott des produits français ont été lancés dans certains pays.

Que sait-on de l’attentat de Nice ?

Deux des personnes décédées ont été attaquées à l’intérieur de l’église, la femme âgée et un homme qui a été retrouvé la gorge tranchée, selon les rapports.

Une femme a réussi à s’enfuir vers un café voisin après avoir été poignardée à plusieurs reprises, mais elle est morte plus tard.

Des policiers français se tiennent à l'entrée de la basilique Notre-Dame de Nice, en France, le 29 octobre 2020
Légende image,Le suspect a été arrêté quelques minutes après l’attaque de la basilique

Un témoin avait réussi à donner l’alerte grâce à un système de protection spécial mis en place par la ville.

Chloé, un témoin qui vit près de l’église, a déclaré à la BBC : “Nous avons entendu beaucoup de gens crier dans la rue. Nous avons vu par la fenêtre qu’il y avait beaucoup, beaucoup de policiers qui arrivaient, et des coups de feu, beaucoup de coups de feu”.

Tom Vannier, un étudiant en journalisme qui est arrivé sur les lieux juste après l’attaque, a déclaré à la BBC que des gens pleuraient dans la rue.

Il y a quatre ans, Nice a été le théâtre d’un autre attentat terroriste, lorsqu’un Tunisien a conduit un camion dans la foule qui célébrait le 14 juillet, jour de la Bastille, tuant 86 personnes.

Présence policière à Nice
Légende image,Selon la police, l’attaque s’est produite peu après 09:00

Désemparés et inquiets

Présence policière à Nice
Légende image,Selon la police, l’attaque s’est produite peu après 09:00

Le niveau de la menace terroriste en France est aussi élevé aujourd’hui qu’en 2015-16, période des terribles jours de Charlie Hebdo, du Bataclan, du tueur de camions de Nice et du meurtre du père Hamel dans son église à Rouen. Les choses allaient déjà mal à l’époque, et ces attentats ont fait de nombreuses victimes. Alors pourquoi cette flambée de violence islamiste est-elle plus inquiétante?

L’une des raisons doit être le symbolisme de la décapitation de Samuel Paty. Le fait qu’un simple professeur d’histoire puisse être assassiné – et non pas choisi au hasard mais en fait désigné pour être assassiné – a été profondément troublant pour les Français. De même, le ciblage aujourd’hui de fidèles chrétiens à Nice.

Mais c’est aussi le contexte : la logique d’action-réaction instantanée qui a suivi la solide défense de la laïcité par le président Macron au mémorial de Samuel Paty il y a dix jours. Il a suffi d’un discours, puis il y a eu les menaces, puis il y a eu les morts.

Avec un nouveau confinement de la population dû au Covid qui fournit une toile de fond sinistre à ces événements, il n’est pas étonnant que les Français se sentent désemparés et inquiets.

Quelle a été la réaction ?

Une minute de silence a été observée à l’Assemblée nationale, où le Premier ministre Jean Castex venait de donner des détails sur les mesures de confinement de Covid-19 entrant en vigueur dans la nuit de jeudi.

Annonçant le relèvement du système d’alerte de sécurité nationale “Vigipirate” à son plus haut niveau, M. Castex a déclaré que l’attentat de Nice était “aussi lâche que barbare”.

Le Conseil français du culte musulman a condamné l’attentat à l’arme blanche et a exprimé sa solidarité avec les victimes et leurs familles.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, tweetant en anglais et en français, a déclaré que le Royaume-Uni était “résolument” aux côtés de la France.

texte ?

L’attentat de jeudi fait écho à un autre attentat commis au début du mois près d’une école au nord-ouest de Paris. Samuel Paty, qui était enseignant à Conflans-Sainte-Honorine, a été décapité quelques jours après avoir montré des caricatures controversées du prophète Mahomet à certains de ses élèves.

Ce meurtre a accru les tensions en France et la tentative du gouvernement de réprimer l’islam radical a provoqué la colère de la Turquie et d’autres pays.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan était parmi ceux qui ont appelé au boycott des produits français.

La situation s’est aggravée après la parution d’une caricature de M. Erdogan dans le magazine satirique Charlie Hebdo.

Une chronologie des récents attentats en France

Octobre 2020 : Le professeur de français Samuel Paty est décapité devant une école de la banlieue parisienne

Septembre 2020 : Deux personnes sont poignardées et gravement blessées à Paris près des anciens bureaux de Charlie Hebdo, où des militants islamistes ont perpétré un attentat meurtrier en 2015

Juillet 2016 : Deux agresseurs tuent un prêtre, Jacques Hamel, et blessent gravement un autre otage après avoir pris d’assaut une église dans la banlieue de Rouen, dans le nord de la France

Juillet 2016 : Un homme armé conduit un grand camion dans la foule qui célèbre le jour de la Bastille à Nice, tuant 86 personnes dans un attentat revendiqué par le groupe de l’État islamique (IS)

Novembre 2015 : Des hommes armés et des kamikazes lancent de multiples attaques coordonnées contre la salle de concert du Bataclan, un grand stade, des restaurants et des bars de Paris, faisant 130 morts et des centaines de blessés

Janvier 2015 : Deux militants islamistes armés entrent de force dans les bureaux de Charlie Hebdo et abattent 12 personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *