Une deuxième vague de Coronavirus pousse l’Europe à retourner au confinement

À partir de vendredi, les Français ne pourront plus quitter leurs domiciles que pour des raisons professionnelles ou médicales essentielles.

Le président Emmanuel Macron a déclaré que le pays risquait d’être “submergé par une deuxième vague qui sera sans doute plus difficile que la première”.

L’Allemagne, quant à elle, impose un confinement national moins sévère.

Les mesures qui entrent en vigueur lundi n’ont pas la même portée qu’en France, mais elles comprennent la fermeture de restaurants, de bars, de salles de sport et de théâtres, a déclaré la chancelière Angela Merkel.

Les infections sont en forte hausse dans toute l’Europe, y compris au Royaume-Uni qui a annoncé mercredi 310 nouveaux décès et 24 701 nouveaux cas.

En Angleterre, une nouvelle étude montre que près de 100 000 personnes attrapent le virus chaque jour, ce qui met la pression sur le gouvernement pour qu’il modifie sa politique en adoptant une approche régionale.

En France, les décès quotidiens de Covid sont à leur plus haut niveau depuis le mois d’avril. Mercredi, 36 437 nouveaux cas et 244 décès ont été confirmés.

Les autorités sanitaires allemandes ont déclaré jeudi que 89 autres personnes étaient mortes au cours des dernières 24 heures, avec un record de 16 774 infections.

“Nous sommes en plein dans la deuxième vague”, a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. “Je pense que le Noël de cette année sera un Noël différent”.

Comment l’Europe est-elle arrivée là ?

La première vague du virus au début de l’année a frappé certaines régions d’Europe de manière incroyablement dure, alors que d’autres régions ont pu échapper au pire.

Deux des plus grandes économies européennes sont en train de rétablir une certaine forme de verrouillage national, alors que le continent est confronté à une augmentation des cas de coronavirus et des décès.

La police patrouille dans les rues de Lille

ctions ont commencé à se lever au début de l’été, avec la réouverture des magasins, bars et restaurants non essentiels et la reprise des voyages. Mais en août, les cas ont recommencé à augmenter, avec une accélération majeure ces dernières semaines qui a alarmé les décideurs politiques.

Short presentational transparent line

Les pays qui n’ont pas été gravement touchés par la première vague – comme la République tchèque et la Pologne – n’ont pas été épargnés cette fois-ci, les experts mettant en garde contre des taux d’infection alarmants sur une grande partie du continent.

Que font la France et l’Allemagne ?

M. Macron a déclaré qu’en vertu des nouvelles règles, les gens devront remplir un formulaire pour justifier leur départ de chez eux, comme cela avait été exigé lors de la fermeture initiale en mars. Les rassemblements sociaux sont interdits.

Mais il a précisé que les services publics et les usines resteraient ouverts, ajoutant que l’économie “ne doit pas s’arrêter ou s’effondrer”.

“Comme tous nos voisins, nous sommes submergés par l’accélération soudaine du virus”, a déclaré M. Macron.

Le Premier ministre Jean Castex a déclaré jeudi au Parlement que tous les élèves âgés de six ans et plus devraient porter un masque en classe “pour protéger tous nos enfants, enseignants et parents”. Jusqu’à présent, les masques n’étaient obligatoires que pour les élèves de 11 ans et plus.

Jean Castex assiste à un débat avec des membres de l'Assemblée nationale française au Parlement à Paris, le 29 octobre 2020

Il a déclaré que les entreprises seraient vivement encouragées à faire travailler leurs employés à domicile “cinq jours par semaine”.

“Nous devons continuer à travailler autant que possible, mais bien sûr dans des conditions sanitaires strictes qui empêchent le virus de se propager”, a-t-il déclaré, ajoutant : “Le chômage et la pauvreté peuvent aussi tuer”

Avant la Toussaint, le 1er novembre – un jour important en France où les familles se rendent traditionnellement sur les tombes de leurs proches – le gouvernement a déclaré que les fleuristes seraient autorisés à rester ouverts jusqu’au dimanche soir.

Contrairement à la fermeture précédente, les marchés, les parcs et les jardins pourront rester ouverts.

En Allemagne, la chancelière Merkel a déclaré que “l’hiver sera dur – quatre longs et durs mois”.

Elle s’est adressée au Parlement jeudi, a déclaré la chancelière :

“Cette pandémie met en avant la question de la liberté. La liberté n’est pas chacun pour soi, c’est une responsabilité – pour soi-même, sa famille, son lieu de travail. Elle nous montre que nous faisons partie d’un tout”.

Lors de son discours, Mme Merkel a été chahutée par les membres du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) qui s’opposent aux restrictions. Le leader Alexander Gauland a accusé le gouvernement de “dictature de la couronne”.

En réponse, Mme Merkel a averti que les théories de désinformation et de conspiration sapaient la lutte contre la pandémie.

L’Allemagne, comme d’autres pays, a connu des protestations de personnes affirmant que les restrictions sont injustifiées.

Bien que l’Allemagne ait un taux d’infection inférieur à celui de nombreuses autres régions d’Europe, la rapidité avec laquelle le virus s’est propagé ces dernières semaines a alarmé le gouvernement.

Une quarantaine de personnes vont maintenant être mises en quarantaine en Allemagne du 2 novembre au 30 novembre, selon les termes convenus par Mme Merkel et les 16 premiers ministres des États fédérés.

Les bars et les restaurants seront fermés, sauf pour les plats à emporter, mais les écoles et les jardins d’enfants resteront ouverts. Les contacts sociaux seront limités à deux ménages de 10 personnes au maximum et le tourisme sera interrompu.

En termes d’aide économique, les petites entreprises et les travailleurs indépendants durement touchés par la fermeture seront remboursés jusqu’à 75 % de leurs recettes de novembre 2019.

Quelle est la situation ailleurs en Europe ?

Une femme portant un masque de protection passe devant une vitrine affichant des têtes de mannequin avec des masques à Paris, France, 28 octobre 2020

La Pologne a fait état d’un nombre record d’infections et de décès par jour jeudi. Les responsables de la santé ont déclaré qu’il y avait 20 156 nouveaux cas et 301 décès. Le pays a imposé un verrouillage de la “zone rouge” à l’échelle nationale qui comprend la fermeture partielle des écoles primaires et des restaurants.

L’Italie, qui était l’épicentre européen au début de la première vague du virus, a déjà introduit de nouvelles restrictions qui seront en place pendant un mois. Tous les bars et restaurants du pays doivent fermer avant 18 heures, mais ils peuvent proposer des plats à emporter plus tard. Les gymnases, les piscines, les théâtres et les cinémas doivent fermer, mais les musées peuvent rester ouverts. Les rassemblements pour les mariages, les baptêmes et les enterrements sont interdits.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, la République tchèque a le pire taux d’infection du continent, avec 1 448 cas pour 100 000 personnes sur 14 jours. Elle a imposé un verrouillage partiel.

La Belgique, qui a le deuxième taux d’infection le plus élevé d’Europe par habitant, a signalé son plus grand nombre d’admissions à l’hôpital pour le Covid-19 depuis le pic du 6 avril. Il y a 5 924 patients hospitalisés avec le virus, dont 993 sont en soins intensifs. Dans un discours national prononcé mercredi soir, le Premier ministre Alexander De Croo a qualifié la situation de “critique”.

La République d’Irlande est entrée dans un second confinement national au début du mois pour une période de six semaines. L’Espagne a instauré un couvre-feu national le 25 octobre, après que le gouvernement ait déclaré un nouvel état d’urgence. Les habitants de toutes les régions, à l’exception des îles Canaries, doivent rester chez eux entre 23 heures et 6 heures.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *