Élection américaine 2020: qu’est-ce que le collège électoral ?

L’élection présidentielle américaine a lieu le 3 novembre. Mais il est possible que le candidat ayant obtenu le plus de votes du public ne soit pas le gagnant.

C’est parce que le président n’est pas choisi directement par les électeurs, mais ce que l’on appelle le collège électoral.

Alors pour qui les Américains votent-ils ?

Lorsque les Américains se rendent aux urnes lors des élections présidentielles, ils votent en fait pour un groupe de personnes qui composent le collège électoral.

Le mot “collège” désigne ici simplement un groupe de personnes ayant une tâche partagée. Ces personnes sont des électeurs et leur travail consiste à choisir le président et le vice-président.

Le collège électoral se réunit tous les quatre ans, quelques semaines après le jour du scrutin, pour mener à bien cette tâche.

Comment fonctionne le collège électoral ?

Le nombre d’électeurs de chaque État correspond à peu près à la taille de sa population. Chaque État a autant d’électeurs que de législateurs au Congrès américain (représentants à la Chambre et sénateurs).

La Californie a le plus d’électeurs – 55 – tandis qu’une poignée d’États peu peuplés comme le Wyoming, l’Alaska et le Dakota du Nord (et Washington DC) en ont le minimum de trois.

Il y a 538 électeurs au total.

Chaque électeur représente un vote électoral et un candidat doit obtenir la majorité des voix – 270 ou plus – pour remporter la présidence.

En règle générale, les États attribuent tous leurs votes à celui qui a remporté le scrutin des électeurs ordinaires de l’État.

Par exemple, si un candidat remporte 50,1 % des voix au Texas, il obtient la totalité des 38 voix électorales de l’État.

Alternativement, un candidat pourrait aussi récolter le même nombre de voix électorales.

Il n’y a que deux États (le Maine et le Nebraska) qui répartissent leurs votes dans les collèges électoraux en fonction de la proportion de voix que reçoit chaque candidat.

C’est pourquoi les candidats à la présidentielle ciblent des États où le vote pourrait aller dans les deux sens – plutôt que d’essayer de gagner le plus d’électeurs possible à travers le pays.

Chaque État qu’ils gagnent les rapproche des 270 votes des collèges électoraux dont ils ont besoin.

Un candidat peut-t-il avoir perdu le vote du public tout en devenant président ?

Oui. En fait, deux des cinq dernières élections ont été remportées par des candidats qui avaient moins de voix du grand public que leurs rivaux.

Il est possible que les candidats soient le candidat le plus populaire parmi les électeurs au niveau national, mais ne parviennent toujours pas à gagner suffisamment d’États pour obtenir 270 voix électorales.

En 2016, Donald Trump avait près de trois millions de voix de moins qu’Hillary Clinton, mais a remporté la présidence parce que le collège électoral lui a donné la majorité.

En 2000, George W. Bush a remporté 271 voix électorales, bien que le candidat démocrate Al Gore ait remporté le vote populaire par plus d’un demi-million.

Seuls trois autres présidents ont été élus sans avoir remporté le vote populaire, tous au XIXe siècle : John Quincy Adams, Rutherford B Hayes et Benjamin Harrison.

Pourquoi ce système ?

Lors de la rédaction de la constitution américaine en 1787, un vote populaire national pour élire un président était pratiquement impossible. Cela était dû à la taille du pays et à la difficulté de communication.

Dans le même temps, il y avait peu d’enthousiasme pour permettre au président d’être choisi par les législateurs de la capitale, Washington DC.

Ainsi, les rédacteurs de la constitution ont créé le collège électoral, chaque État choisissant les électeurs.

Les petits États ont favorisé ce système car il leur a donné plus de voix qu’un vote populaire national pour choisir leur président.

Le collège électoral était également favorisé par les États du sud, où les esclaves constituaient une grande partie de la population. Même si les esclaves n’ont pas voté, ils ont été comptés dans le recensement américain (comme trois cinquièmes d’une personne).

Étant donné que le nombre de votes électoraux était déterminé par la taille de la population d’un État, les États du Sud avaient plus d’influence dans l’élection d’un président qu’un vote public direct ne leur aurait donné.

Les électeurs doivent-ils voter pour le candidat qui a gagné ?

Dans certains États, les électeurs pouvaient voter pour le candidat de leur choix. Mais en pratique, les électeurs votent presque toujours pour le candidat qui remporte le plus de voix dans leur État.

Si un électeur vote contre le choix présidentiel de son État, il est qualifié d ‘«infidèle». En 2016, sept votes des collèges électoraux ont été exprimés de cette façon, mais aucun résultat n’a été changé par des électeurs infidèles.

Que se passe-t-il si aucun candidat n’obtient la majorité ?

La Chambre des représentants votera ensuite pour élire le président.

Cela ne s’est produit qu’une seule fois, lorsqu’en 1824.

Avec deux partis dominant le système américain, il est peu probable que cela se produise aujourd’hui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *