C’est l’homme qui fait la fonction. Porteur des qualités civiles, morales, intellectuelles et techniques propres à propulser le Sénégal sur les rampes de l’émergence, qui est mieux placé que M.Idrissa Seck pour diriger le Conseil économique, social et environnemental  ?

Ancien ministre du Commerce, puis ministre d’Etat, directeur de cabinet du président de la République, avant d’être nommé Premier ministre, M. Seck a la tête de l’emploi, aux commandes de cette institution qui joue un rôle de conseil auprès du chef de l’Etat, définissant la politique de la nation.

La diversité des profils au Conseil économique, social et environnemental, où tous les secteurs d’activités de la vie socio-économique sont représentés, fait appel aux compétences d’un leader proactif, pour tenir synthèse d’autant de propositions concrètes utiles à conduire le pays à l’Emergence économique, à l’horizon 2035.

Cela, d’autant plus que les contrecoups néfastes du coronavirus viennent malheureusement, comme c’est le cas ailleurs, ralentir la trajectoire du Sénégal vers cette émergence. En clair, il faut une réelle « philosophie du sursaut patriotique » par une ouverture à toutes les forces vives de nation pour dépasser ce cap.

En outre, la découverte de ressources naturelles stratégiques au Sénégal doit amener les acteurs à mieux dialoguer dans un contexte sous-régional marqué par des tensions croissantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *