En utilisant des sacs en plastique emblématique de l’Afrique de l’Ouest, le photographe nigérian Obinna Obioma propose une réflexion sur la migration célébrant la créativité artistique et l’héritage culturel africain.

Reconnu dans le monde entier dans ses variétés bleu-blanc et rouge-blanc, ce sac en toile de Nylon autrefois sans nom en Afrique de l’Ouest a longtemps été particulièrement populaire sur les marchés.

Mais quand, dans les années 80, des centaines de milliers d’immigrants sans papiers, pour la plupart des Ghanéens, y ont précipitamment mis leurs affaires après avoir reçu un court préavis pour quitter le Nigéria, il s’est fait connaitre sous le nom de Ghana Must Go.

Mannequin portant Ghana Must Go

Il est aussi connu sous d’autres appellations comme le ‘Barbès’, d’après le nom du quartier marchand populaire et multiculturel situé à Paris.

Facilement pliable pour tenir à l’intérieur d’une poche et suffisamment grands pour agencer les affaires à ramener avec soi, ces sacs ont longtemps fait office de sacs de voyage.

“Je me souviens avoir interrogé mes parents et d’autres proches plus âgés sur l’origine des sacs, car je trouvais qu’ils avaient un nom intéressant”, a déclaré Obioma, qui est basé à New York.

Dans Anyi N’Aga (Igbo pour We Are Going [On s’en va]), l’auteur réfléchit à la façon dont ces sacs, que l’on apercevaient le plus souvent au sortir de vols long-courriers vers ou en provenance d’Europe, sont devenus symboles des mouvements migratoires “utilisés pour transporter non seulement des biens, mais aussi la culture, le patrimoine et les souvenirs”, écrit l’auteur.

Mannequin portant Ghana Must Go

Mannequin portant Ghana Must Go

En faisant équipe avec Chioma Obiegbu, une artiste visuelle et designer nigériane également basée à New York et la styliste de mode Wuraola Oladapo, ils créent des pièces qu’Obioma décrit comme une fusion de designs occidentaux et africains.

“Dans certains des modèles en deux pièces, le haut est fortement influencé par l’esthétique de la mode occidentale tandis que la jupe a été conçue pour refléter une enveloppe ouest-africaine.

“Il y a aussi un gele [casque] qui est traditionnellement identifié comme une déclaration de mode africaine”, a-t-il déclaré.

Mannequin portant Ghana Must Go

“Les sacs évoquent la migration non pas comme un mot pour décrire les voyages mais comme un être vivant – à chaque frontière franchie – [un migrant] prend quelque chose de nouveau et laisse quelque chose derrière lui”, a déclaré Obioma.

Né au Nigeria, il a d’abord été initié à la photographie par son père, un passionné qui prenait des photos lors de sorties familiales et d’anniversaires.

“Les sacs évoquent la migration non pas comme un mot pour décrire les voyages mais comme un être vivant – à chaque frontière franchie – [un migrant] prend quelque chose de nouveau et laisse quelque chose derrière lui”, a déclaré Obioma.

Né au Nigeria, il a d’abord été initié à la photographie par son père, un passionné qui prenait des photos lors de sorties familiales et d’anniversaires.

Mannequin portant Ghana Must Go
1px transparent line

Mais c’est de sa mère qu’il a reçu son premier appareil photo après son retour de l’école au Royaume-Uni et il attribue son style de photographie conceptuelle, de portrait et de narration à ces années de formation à l’étranger.

“Je me suis retrouvé à utiliser la photographie pour explorer la condition humaine. En particulier, les questions liées à l’identité, à la culture et au patrimoine africain”, ajoute-t-il..

Mannequin portant Ghana Must Go
1px transparent line

Le sac Ghana Must Go a parcouru un long chemin, y compris une interdiction imposée en 2017 par KLM et Air France, qui ont déclaré qu’il pourrait se défaire et ainsi obstruer les systèmes de livraison de bagages.

L’interdiction est toujours en vigueur malgré les protestations des autorités ghanéennes à l’époque, qui l’ont qualifiée de “non seulement insultante mais évoquant le racisme et la discrimination”, étant donné que le sac était couramment utilisé par les voyageurs africains.

Le sac est également associé au Nigéria au fait qu’il est utilisé par des politiciens corrompus pour transporter de l’argent, en particulier pendant les élections. Il a gardé cette réputation même si de nombreuses transactions importantes dans le pays sont désormais effectuées à l’aide de la technologie plutôt qu’en espèces.

Mannequin portant Ghana Must Go
1px transparent line

Mais les sacs Ghana Must Go sont toujours très populaires en Afrique de l’Ouest et se déclinent désormais en différentes tailles et couleurs, allant d’un jaune à motif d’arbre à un gris plus durable, préféré par les commerçants de chaussures d’occasion.

Ils sont toujours bon marché et ont cette capacité apparemment magique de toujours permettre l’ajout d’un article supplémentaire même lorsqu’ils semblent complètement pleins.

Mannequin portant Ghana Must Go
1px transparent line

Obioma se demande cependant s’il est temps d’abandonner le surnom de Ghana Must Go.

“Je crois que Ghana Must Go peut être classé comme une insulte désobligeante qui transcende bien sûr les ressortissants ghanéens”.

“On s’interroge donc sur la question, faut-il changer le nom ou interrompre les sacs ?”.

Mannequin portant Ghana Must Go

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *