Centres redressement de Kara : “Mes neveux passaient leur temps à chanter et à fumer du Yamba”

Et voilà un qui voue aux gémonies les centres de redressement de Serigne Modou Kara, récemment démantelés par la gendarmerie. Pape Samba Mboup, ex-directeur de Cabinet de Wade, proche de Macky Sall, qui s’est confié dans journal Le Quotidien, a révélé que ses neveux, pensionnaires desdits centres, ne faisaient que chanter et fumer du yamba.

Matelas, téléviseur, chaîne à musique accompagnent les enfants

“J’avais deux neveux qui étaient un peu désaxés. J’étais au pouvoir, et je lui ai parlé de mes neveux. Au téléphone, Modou Kara me dit qu’il a un centre où ils seront bien traités. Il m’a envoyé ses hommes qui sont venus chercher les enfants. Mais il fallait voir comment ils sont venus chez moi : comme des commandos. Je leur ai donné un matelas, un téléviseur parce qu’ils devaient partager la même chambre, et une chaîne à musique pour qu’ils ne s’ennuient pas.

19 millions pour leur pension

Au bout de quelques temps, quand j’ai été les voir dans le centre, ils m’ont dit : ’’Ici, on passe notre temps à chanter, à fumer du chanvre indien’’. Vous vous rendez compte ! Quand ils m’ont dit ça, j’ai appelé le marabout. Je lui ai dit ’’moi, je ramène mes neveux à la maison’’. Il me rétorque : ’’Ah, tu me dois 19 millions en une semaine’’. Je dis : ’’Mais où est-ce que je vais trouver 19 millions ? Pour moi, vous le faisiez pour Dieu’’.

Une affaire à régler

Il me dit : ’’Non, tu dois payer’’. Et c’est comme ça qu’ils ont confisqué tout ce que les enfants avaient amené. C’est vous dire que j’ai vécu cette situation, je sais ce qui se passe.” D’où son plaidoyer : “C’est un précédent dangereux. Ici au Sénégal, il faut qu’on dise la vérité. On a l’habitude de punir les lampistes et de laisser tomber les commanditaires. Je crois que c’est une affaire qu’il faut régler définitivement. Ce n’est pas normal que des personnes qui ont confiance et vous remet leurs enfants pour les redresser, vous les torturez, vous leur donnez du chanvre indien. La justice doit aller jusqu’au bout de cette affaire.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *