“L’Europe pille les eaux d’Afrique, les Africains envahissent l’Europe”, dit un émigré…

Abdou, est un jeune homme de Diogo, village d’agriculteurs et d’éleveurs de la région de Thiès. Quatorze ans après son émigration en Espagne, il aide ses compatriotes arrivés en pirogue, comme il l’a été aux îles Canaries. Mais, ce technicien de surface jette un regard sur les causes de l’émigration clandestine. Non sans fustiger la politique de son pays et celle de l’Europe en matière de migration. 

Des bras caritatifs

“Papa, pourquoi fais-tu entrer les gens dans la maison”, a demandé son fils aîné à Abdou Kane, après avoir accueilli plusieurs enfants sénégalais venus aux Canaries cette année, par bateau, comme il l’avait fait il y a 14 ans.

“Je rends simplement l’aide que j’ai reçue des autres quand je suis arrivé en Espagne”, dit-il, assis dans la cour de sa maison, aujourd’hui âgé de 38 ans. “J’ai un ami qui dit que tant qu’ils n’arrêteront pas de piller nos ressources, les gens continueront à traverser les frontières.

Pillage des eaux sénégalaises

Le camp du quai d’Arguineguín a disparu, mais le flux de bateaux vers les îles continue, car les nombreuses raisons de l’émigration demeurent. Par exemple, “au Sénégal, il y a beaucoup de pêcheurs qui ne reçoivent plus rien. Les étrangers qui pêchent dans nos eaux se rendent dans des zones où nos bateaux ne vont pas. Ils emportent tous les poissons avec eux”, explique Abdou. “Il y a aussi un sentiment répandu que beaucoup de gens sont morts en Europe à cause de la pandémie, qu’il faut beaucoup de travailleurs. Et comme il n’y a pas de rapatriements, ils pensent que c’est le moment de venir.”

Les mirages de l’Europe

“Vous pouvez leur dire de ne pas émigrer, mais quand vous allez au Sénégal et qu’ils vous voient en tenue de sport, quand ils voient les maisons qui ont été construites là-bas par beaucoup de gens qui sont dehors…. Certaines personnes sont retournées au Sénégal, déçues de leur expérience en Europe, mais la grande majorité a fait mieux. Ici, les salaires seront toujours plus élevés”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *