Affaire Sweet Beauté : Les acteurs, les rôles et le scénario

Depuis le 3 février dernier, le feuilleton politico-judiciaire, Sweet Beauté, tient en haleine le Sénégal. Ce dossier de viols et menaces de mort dans laquelle le leader de Pastef, Ousmane Sonko est accusé par une masseuse de 20 ans, Adji Sarr, a failli emporter la stabilité du pays avec 14 morts et 600 blessés et des scènes de pillage jadis inconnues au Sénégal. Déclarations, répliques, incohérences, silences… Seneweb distribue les rôles de ce qui ressemble à un grotesque film de Bollywood, en attendant que la justice rejoue ce court-métrage burlesque. Un, deux, trois…moteur !

Adji Sarr, la ‘’violée’’ ‘’manipulatrice-manipulée’’

Elle est l’actrice principale de ce feuilleton à multiples rebondissements. A 20 ans, cette orpheline de mère, déclare avoir été violée à quatre reprises par Ousmane Sonko dans le salon de massage où elle travaille. Dans sa plainte déposée le 3 février dernier, dont elle déclare être auteure (jusqu’à ce les avocats Me Dior Diagne et Me Papa Samba So se renvoient la responsabilité de la rédaction de cette plainte), elle raconte que son bourreau était armé et l’aurait contraint à entretenir des relations sexuelles.

Des accusations balayées par les différents témoins notamment la deuxième masseuses (Aïssata Ba) et le mari de la propriétaire du salon (Ibrahima Coulibaly). A la suite de ces témoins, les enquêteurs de la Section de Recherches ont, eux aussi, relevés plusieurs incohérence dans les déclarations de la plaignante. Selon Ibrahima Coulibaly, Adji Sarr, toute excitée de revoir son bourreau (comme si elle était atteinte du syndrome de Stockholm), lui aurait demandé à plusieurs reprise quand est-ce que  Ousmane Sonko repassera au cabinet.

Introuvable depuis l’éclatement de cette affaire, sans aucun contact avec ses parents et ses amis, Adji Sarr a fait face au juge du 8e cabinet le 25 février dernier. Après un long silence, elle s’est adressée au sénégalais le Mercredi 17 Mars dans un faux-direct sur Leral.net. Une sortie qualifiée de « dictée mal préparée » (par Me El Hadji Diouf) puisqu’elle embrouille plus qu’elle n’éclaire.

Ousmane Sonko, ange ou démon ?

Le député et leader de Pastef, Ousmane Sonko était depuis longtemps dans la ligne de mire du régime en place qui ne cherchait que l’occasion rêvée pour en finir avec cet opposant trop gênant. L’implication de personnes proches du pouvoir dans cette affaire (Me Dior Diagne, Me Papa Samba So et Sidy Ahmet Mbaye), la précipitation dans laquelle ce dossier a été diligenté aussi bien par le parquet que le juge d’instruction et l’Assemblée nationale, ainsi que la puissance étatique mise au service de la plaignante, semblent créditer la thèse du complot politique.

Le leader de Pastef qui avait décidé de ne pas déférer à la convocation du juge du 8e cabinet avant de se rétracter la veille, a été arrêté, le 3 mars dernier sur le chemin du tribunal, pour trouble à l’ordre public. Une goutte de trop qui fit déborder le vase. 5 jours de tensions sanglantes s’ensuivent, faisant vaciller le pouvoir. Ousmane Sonko sera placé sous contrôle judiciaire par le doyen des juges qui a hérité du dossier après le désistement du juge du 8e cabinet.

Sorti ragaillardi de cette épisode, Sonko met en garde contre une « deuxième vague plus dévastatrice ». Sur les faits qui lui sont reprochés, il jure qu’il n’en est rien.

Aïssata Ba et Ibrahima Coulibaly, les témoins à décharge

Ils sont les deux témoins des faits supposés. Aïssata Ba, la deuxième masseuse présente dans la cabine où a eu lieu le viol supposé, a déclaré devant les enquêteurs n’avoir rien observé d’inhabituel ou entendu aucun bruit qui puisse laisser penser à un viol. Pire encore, Aïssata Ba a déclaré devant les enquêteurs que Adji Sarr lui a proposé 100 000 f contre son silence.

Les deux témoins à décharge ont révélé que la plaignante a quitté le cabinet le jour des faits à 23 heures à bord d’un 4×4 noir qui l’attendait. Des dépositions qui, si elles sont confirmées devant le juge, risque d’être accablantes pour l’accusation.

Sidy Ahmet Mbaye, le transporteur et cerveau de l’affaire

Neveu de Maodo Malick Mbaye de l’Anamo, Sidy Ahmet Mbaye est bien connu des rangs de l’Apr. Celui qu’Adji Sarr considère comme un frère a fait un tour des lieux avant la commission des faits, le 2 février dernier. Il a aussi, nuitamment cherché la plaignante après les faits à 23 heures, avec un 4×4 noir.  Ce, en violation du couvre-feu. Le transporteur affirme avoir été aidé par un ami avocat et un médecin. Il a également soutenu avoir transporté Adji Sarr à l’hôpital Idrissa Pouye de Grand Yoff (ex-Cto).

Dr Alfousseyni Gaye, Le Gynéco

Contrairement à la réquisition de la gendarmerie qui avait requis un examen médical à l’Hôpital principal de Dakar, Adji Sarr et ses ‘’accompagnants’’ se seraient rendus à l’hôpital de Grand Yoff. Dr Alfousseyni Gaye qui l’a consulté a établi une déchirure ancienne de l’hymen.

Ndèye Khady Ndiaye, la propriétaire sous pression

Propriétaire du salon de beauté, Ndèye Khady Ndiaye qui a accouché d’un enfant prématuré n’a pas été témoin des faits supposés. Entendue par le juge du 8 cabinet, le 3 mars dernier, elle a été placée sous contrôle judiciaire. Selon son avocat, elle a été persécutée sur ordre de procureur de la République qui demandait sa garde à vue. Elle déclare avoir fait l’objet de pression de gens qui l’appelait pour qu’elle change de version en chargeant Sonko. Ce qu’elle aurait refusé.

Mes Dior Diagne et Papa Samba So, la guerre des ‘’auteurs’’

Accusée d’être l’auteure de la plainte d’Adji Sarr, Me Dior Diagne qui nie toute implication dans cette affaire s’en est plainte devant le bâtonnier de l’ordre des avocats du Sénégal. Dans sa missive, elle accuse Me Papa Samba So qui serait, selon elle, l’auteur de la plainte contre Adji Sarr qu’on lui colle. De même, elle soutient que le Sms reçu par Me Bamba Cissé de sa part et qui justifierait le complot, n’émane pas d’elle. Elle affirme l’avoir reçu au même titre que Me Cissé.

Pour sa part, Me Samba So est lui aussi monté au créneau pour se laver à grande eau. Soutenant n’avoir jamais écrit la fameuse plainte, Me Papa Samba So soutient en revanche avoir reçu Adji Sarr, 15 jours avant les faits pour lui prodiguer des conseils. De quoi relancer les suspicions.

Me El Hadji Diouf, l’avocat revanchard

L’avocat politicien qui nourrit une haine viscérale contre Ousmane Sonko, s’est lui-même constitué. Depuis, il fait de l’ombre à Me Abdou Dialy Kane qui a été choisi par la plaignante. Il a drivé de bout en bout la dernière sortie d’Adji Sarr dans la presse. D’aucuns pensent que s’il s’est constitué c’est qu’il garde une dent contre Sonko depuis l’affaire des 94 milliards dans laquelle il défendait les intérêts de l’ancien directeur du domaine, Mamour Diallo.

Capitaine Touré et Juge Mamadou Seck, les démissionnaires

Véridique et épris de justice d’après ses proches et ses supérieurs hiérarchique dans la Gendarmerie, le capitaine Seydina Oumar Touré, chargé de l’enquête, a démissionné de la gendarmerie. Une décision qui a eu l’effet d’un tremblement de terre. Le capitaine dont les faits et gestes étaient épiés par des agents de renseignement de l’Etat du Sénégal, s’est braqué. Dans une interview accordée à Zik Fm, il fait des révélations graves sur le rapport d’enquête non sans revenir en long et en large sur les incohérences d’Adji Sarr et de Sidy Ahmet Mbaye ainsi que sur les intrigues qui prouvent à suffisance que cette affaire est loin d’être privée.

L’autre ‘’démissionnaire’’ qui s’est dessaisi du dossier c’est bien le juge du 8e cabinet, Mamadou Seck. Récusé par Ousmane Sonko qui s’était finalement résout à déférer à sa convocation, il a lâché l’affaire en pleine instruction pour « convenances personnelles ».

Serigne Bassirou Guèye, le maître des…”persécutes”

Certains l’accusent d’avoir stoppé l’enquête alors que celle-ci se dirigeait vers « les comploteurs ». La froideur avec laquelle il a demandé le placement en garde à vue de Ndèye Khady Ndiaye alors que celle-ci devait s’occuper de son enfant prématuré, a ému plus d’un. La manière expéditive avec laquelle il a diligenté le dossier, a été renversante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *