Égalité des sexes : Comment contourner les obstacles qui risquent d’anéantir les opportunités existantes (Dr Oumy Ndiaye)

L’égalité des sexes dans la recherche à travers l’intégration du genre. Une problématique que des experts tentent de résoudre. Chercheure et experte en genre à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), Dr Oumy Ndiaye s’est intéressée à la question de savoir «pourquoi devrions-nous promouvoir l’égalité des sexes dans le milieu universitaire et de la recherche ». Un combat dont elle semble avoir fait son cheval de bataille.

Durant le 2ème Congrès scientifique Bca-Wa-Ethics: harmonisation de l’intégration du genre en Afrique de l’Ouest (22 mars au 25 mars), la spécialiste en Économie de la santé à l’Ucad a soutenu qu’en regardant de plus près les statistiques au niveau mondial, l’on est tenté de se poser la question de savoir si la recherche a un sexe. « Parce qu’en réalité, lorsqu’on regarde de plus près les chiffres dans le monde, on voit que seuls 30% des chercheurs sont des femmes tandis qu’elles représentent 48,5% en Europe du Sud-Est, 44,3% en Amérique latine et 16,9% en Asie du Sud. En Afrique, elles ne font que 34% des chercheurs avec des disparités énormes à l’intérieur des pays. Le Cap-vert fait figure d’exception avec 52%, Guinée 6%, Ethiopie 7,6% et au Sénégal, elles sont 29% des cas », a énuméré Dr Ndiaye.

Des pistes de solutions

Selon l’experte en genre, des opportunités existent. Il s’agit, selon elle, des bourses de recherche destinées aux filles/femmes, de la promotion de la gente féminine dans certains projets de recherche, des initiatives en faveur de la promotion des femmes chercheures tels que les programmes d’égalité des sexes, entre autres.

Cependant, elles se heurtent à des contraintes qui font que les femmes ne participent pas dans le champ de la recherche et à progresser dans ce milieu. Parmi ces obstacles, on peut en citer sur le plan institutionnel, familial et environnemental et pesanteurs sociaux. « Cela fait que nous avons jugé nécessaire aujourd’hui de réfléchir sur des pistes de solutions afin de contourner ces obstacles. On a fait un diagnostic individuel déjà pour les femmes chercheures. Donc, ce qu’il faut, sur le plan individuel, c’est de renforcer le leadership des femmes », a fait savoir la chercheure, au cours de cette session virtuelle.

A en croire l’universitaire, la plupart des études montrent que ces femmes manquent de confiance en elles-mêmes. Ainsi, il faut penser à former et à renforcer les capacités des femmes, qu’elles soient outillées d’entreprendre ce chemin ; développer l’autonomie décisionnelle des femmes ; impliquer les hommes dans le processus de sensibilisation afin de les encourager à encourager ces femmes dans ce sens.

Sur le plan stratégique, Dr Oumy Ndiaye a prôné la nécessité d’impliquer les acteurs politiques. « Vu qu’on ne peut pas y arriver sans l’aide des politiques, il faudrait d’abord sensibiliser les acteurs sur la problématique liée à l’égalité des sexes et à l’intégration du genre, développer des programmes susceptibles de promouvoir l’égalité des sexe dans les universités et instituts de recherche, offrir des bourses de recherches aux filles/femmes tout en leur donnant plus de facilités dans la mobilité », a-t-elle déclaré.

Avant de poursuivre : « Il faut encourager les filles à opter les filières scientifiques en posant des mesures d’accompagnement, réfléchir sur la problématique liée au travail domestique qui limite la disponibilité de bons nombres de filles/femmes chercheures et impliquer la communauté dans la lutte pour l’égalité des sexes ».

« L’université de Dakar qui constitue une université de référence n’a pas de garderie d’enfants »

Quant au plan académique et institutionnel, elle a insisté sur la sensibilisation et le renforcement des capacités des acteurs universitaires, le développement des activités de formation et de sensibilisation aux questions de genre et les approches de l’intégration de l’égalité des sexes dans les établissements universitaires et de recherche et la promotion des pratiques sensibles au genre pour soutenir la progression carrière, en sus de l’assurance de l’égalité des sexes au niveau décisionnel. « Les femmes et les hommes doivent avoir un accès égal et une participation équilibrée à la direction et aux structures décisionnelles (formelles et informelles). La prise de décision elle-même doit être sensible au genre (ou sensible au genre) car elle tient compte des différences entre les sexes et vise à promouvoir l’égalité des sexes », plaide-t-elle.

En outre, l’experte en genre de faire remarquer que l’université de Dakar qui constitue une université de référence n’a pas de garderie d’enfants. « On doit assurer une bonne culture organisationnelle et favoriser l’équilibre vie professionnelle/vie familiale avec la mise en place de garderie d’enfants dans les universités et instituts de recherche. En plus de réduire la charge indue en matière de soins, des services de garde d’enfants abordables et de qualité permettent aux mères de participer et de s’épanouir dans leur carrière de recherche », souligne-t-elle. Sans pour autant inciter à combattre le harcèlement sexuel et sexiste et à initier des programmes de monitoring et de coaching individuel. Lesquels sont relativement répandus et s’adressent principalement aux chercheurs en début de carrière.

« L’égalité des sexes est un rang d’égalité des droits, de responsabilité et des chances par des hommes et des femmes. En Afrique, des efforts restent à faire. Donc, ce Congrès est l’occasion pour nous de constituer un réseau solide et de renforcer le plaidoyer pour l’égalité des sexes dans les milieux universitaires et instituts de recherches (Muir) », a laissé entendre Dr Oumy Ndiaye.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications