“Madiambal Diagne: Journalisme ou pyromanie, la chronique de trop” (Par Pape Mamadou Diémé)*

A l’image du Maître Thierno dans l’Aventure ambiguë de Cheikh Amidou Kane, beaucoup de sénégalais ont dû avoir sursauté comme s’ils eurent marché sur une des dalles incandescentes
de la géhenne promise aux mécréants, à la lecture du brulot de Monsieur Madiambal Diagne, contre Ousmane Sonko, l’ethnie Diola et subtilement la Casamance, intitulé Le prix de l’honneur d’un « fils de Casamance », paru dans le site en ligne https://lequotidien.sn, le 22 mars 2021. Hier c’était le juge Téliko qui faisait les frais de sa plume acerbe, à l’encre sanguine, dans un
article intitulé Téliko, juge ou opposant politique, paru dans le même site, le 21 Septembre 2020 et dans lequel il avait indexé les « origines guinéennes » entre autres éléments de sa
diatribe à l’encontre d’un digne magistrat de la République.

Aujourd’hui il éparpille encore sa haine hideuse sur le Président Ousmane Sonko, l’ethnie Diola et la Casamance, dans le même registre de l’appartenance ethnique et régionale. Coutumiers des faits, récidiviste et intello-pyromane, dire que Monsieur Diagne déshonore la presse sénégalaise est un doux euphémisme.

Mercenaire de la plume, propagandiste à dessein, prompt à sauter, sur commande, sur les adversaires politiques ou autres dénonciateurs des dérives d’un régime aux abois, Monsieur Diagne est sans nul doute le khalife des sous-fifres du pouvoir et a ouvertement tourné dos à la défense des intérêts du peuple sénégalais. Peuple qui, faudrait-il le lui rappeler, s’était mobilisé pour le faire libérer, lorsqu’il avait été mis en prison sous le régime de Abdoulaye Wade, pour ses écrits. Ainsi, de chroniqueur dénonciateur des dérives des régimes au Sénégal, Monsieur Diagne est passé chroniqueur casseur d’opposants et naturellement vomi par ce peuple qui lui accordait encore une parcelle de crédit naguère.

Après avoir vainement tenté de nuire au projet politique du Président Ousmane Sonko, Monsieur Diagne, loup Alpha et sa meute de mercenaires de la plume, s’attèlent désormais à construire le
dernier étage de la fusée visant à expédier le Président Ousmane Sonko, vers une exoplanète loin de la lumière du soleil vers lequel le leader de PASTEF et d’autres dignes fils de ce pays,
comptent conduire le Sénégal.

Il le fait sous le regard complaisant d’une justice « qui a démissionné » et d’actuels commis politiques du régime qui croient ainsi pouvoir conserver les manettes au-delà de 2024. Il le fait en provoquant stupeur et sidération avec une rhétorique ouvertement haineuse, de diabolisation et de stigmatisante d’un homme, d’une ethnie et d’une région. Jamais, depuis l’indépendance de notre pays, il n’avait aussi clairement été appelé à en finir avec un leader politique, le Président Ousmane Sonko pour ne pas le nommer. Dans le plus pur style « madiambaliste » et collaborationniste, Le Président Ousmane Sonko est déclaré salafiste, indépendantiste du MFDC (Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance), communautariste malgré sa dimension cosmopolite voulue par le destin. Le Président Ousmane Sonko est déclaré fourrier d’un « anti-Sénégal » digne des ligues antisémites de la fin du XIX -ème siècle et du régime de Vichy. Et quoi encore Monsieur Diagne ?

amais ne fut publié et si complaisamment relayé un aussi net appel à la diabolisation d’un leader politique, d’une ethnie et d’une région. En l’occurrence contre le Président Ousmane Sonko, les Diolas et la Casamance, cibles d’une vindicte délirante, abusivement désignés en bloc comme les agents d’une « déstabilisation du Sénégal » par Monsieur Diagne et d’autres dont nous avons entendu les propos odieux, tenus dans le nord du pays, contre le Président Ousmane Sonko, il y a quelques jours de cela. L’analyse de Monsieur Diagne, à faire vomir un verrat, est truffée d’incohérences indignes de l’homme de médias qu’il prétend incarner.

Dans le brulot de Monsieur Diagne il est écrit ceci : « On aura noté que les rares personnalités politiques de l’Apr et originaires de la Casamance qui ont osé afficher une position publique critique à Ousmane Sonko et/ou favorable au Président Macky Sall sont des ethnies peulh (Moussa Baldé, Doudou Kâ), mancagne (Victorine Ndèye), manjack (Dr Ibrahima Mendy). Il reste curieux que les personnalités politiques « diola» les plus en vue dans le camp présidentiel sont encore aux abonnés absents dans le débat public sur cette affaire. ».
Monsieur Diagne affirme ainsi indirectement, logique pour logique si logique il y a dans son brulot, que les personnalités politiques de l’Apr et non originaires de la Casamance qui ont osé afficher une position publique critique à Ousmane Sonko et/ou favorable au Président Macky Sall l’ont fait parce qu’elles ne sont pas Diola.

Argumentaire boomerang qui lui éclabousse le pif. Monsieur Diagne ne s’est manifestement pas relu ou alors il insulte de manière outrancièrement offensante l’intelligence de ses lecteurs et des Sénégalais. Monsieur Diagne, dans son brulot, écrit ceci « Après sa libération par la justice, Ousmane Sonko a eu un message ou un mot d’ordre particulier à l’endroit des rebelles du Mfdc à qui il a demandé de « déposer immédiatement les armes ». Atika, la branche armée du Mfdc, ne s’est pas fait attendre et a répondu favorablement à l’injonction. Il a alors été observé dans certains quartiers de Dakar des jeunes gens reprendre les bus pour retourner d’où ils venaient, dès le lendemain de l’annonce unilatérale de cessez-le-feu par Ousmane Sonko. »

Dans un Etat de droit, ces propos extrêmement graves, les raccourcis dangereux qu’il emprunte pour établir un lien entre Ousmane Sonko, les manifestations de ces dernières semaines et le MFDC devraient suffire à le faire convoquer et à l’entendre sur les fondements de ses allégations. Monsieur Diagne parle d’une Casamance dont il ignore totalement l’histoire et la sociologie. Au-delà de sa dangerosité, sa sortie instaure la grande confusion par la trituration des faits. Il promeut, sciemment ou inconsciemment, l’équivalence aussi ridicule qu’odieuse entre ambition
politique national de tout fils ou toute fille du Sénégal, originaire de la Casamance et projet indépendantiste, entre autres délires qui font basculer le propos dans l’irrationnel.

Dans notre pays le Sénégal, le premier fait d’une grande gravité tient à la perméabilité nouvelle des sorties de l’acabit de celle de Monsieur Diagne, à propos de la Casamance, sur l’espace médiatique. Après les propos du député Aliou Dembourou Sow, un cran nouveau dans la standardisation du discours ethnique vient d’être franchi et la justice devrait rappeler à l’ordre Monsieur Diagne et tout citoyen qui joue les pyromanes sur le dossier de la Casamance. On n’oubliera d’ailleurs pas le néologisme absurde « Nordiste », figurant dans le brulot de Monsieur Diagne, digne du sabir « madiambaliste ». Monsieur Diagne n’est en cela que l’expression de l’obscurantisme qui s’ébroue sous d’autres contrées dans le monde, mais qui ne prospérera pas au Sénégal. Ce que Monsieur Diagne présente comme analyse n’est au fond qu’un récit tragique détaché de toute forme de rigueur scientifique qui fait du Sénégal une personne menacée.
A le lire, le peuple sénégalais essentialisé serait ainsi menacé par le Président Ousmane Sonko, les diolas et la Casamance.

A le lire, aucune construction politique portée par « un fils de la Casamance », pour reprendre sa formule, n’est permise, aucun libre arbitre n’est laissé à l’être humain sénégalais originaire de la
Casamance. Au nom de son « bon sens » et de son « réalisme », Monsieur Diagne s’affranchit de toute recherche de la vérité et de toute approche rationnelle. Le monde des médias du Sénégal, auquel il appartient et qu’il n’honore pas, est spectaculairement investi par de nouveaux acteurs. Légitimés par l’écrit, voici certains propulsés sur les plateaux de télévision, invités à donner leur point de vue sur tous les sujets d’actualité, à promouvoir dans le débat public leurs opinions et leurs thèses. Le crédit qui leur est ainsi apporté
instaure une normalisation d’idéologies mises au tapis depuis plusieurs décennies dans notre pays. Cette entreprise doit être méditée par chaque sénégalais, à l’heure où la liberté de la presse se meurt au Sénégal dans la quasi-indifférence ; à l’heure où dans certains cercles on s’acharne à pousser « l’Humanité » à l’agonie ou à l’effacer du débat public, ici au pays de la « téranga ».
La responsabilité des médias est immense qui promeuvent, de plus en plus au Sénégal, ces clowns tristes, de Monsieur Diagne à certains de ses pairs et pseudo-chroniqueurs de la presse écrite, sur les plateaux télé et dans les radios.
Voici que, pour se justifier, les porte-plumes et autres porte-micros invoquent « la liberté d’expression ». Or, nous parlons ici de propos dont quasiment chaque phrase tombe sous le coup de la loi et relève donc des tribunaux. Dans un autre registre, Monsieur Diagne écrit « Le Sénégal verra fatalement ses taux d’endettement fortement renchéris, d’autant plus que de nombreux investisseurs réfléchiront à deux fois avant de s’installer dans un pays où, pour la moindre bourrasque, des biens et commerces étrangers peuvent ainsi être en proie à la furie de manifestants.

De toute façon, il n’est pas besoin de jouer aux oracles pour dire que le classement du Sénégal dans le «Doing business» sera dégradé, vu le climat des affaires devenu on ne peut plus précaire. » Toujours dans la ligne de la propagande, Monsieur Diagne nous fait croire qu’à cause des manifestations qui ont suivi l’arrestation du Président Ousmane Sonko, au début du mois de mars 2021, les investisseurs vont tourner le dos au Sénégal. En lieu et place de ces affirmations gratuites puisque fondées sur aucune étude sérieuse, Monsieur Diagne devrait aller lire le rapport sur les IDE (Investissements Directs Étrangers) au Sénégal, publié par la banque BNP PARIBAS sur le lien suivant et mis à jour en ce mois de mars 2021 : (https://www.tradesolutions.bnpparibas.com/fr/implanter/senegal/investissement). Selon le rapport de BNP PARIBAS, la faiblesse des Investissements Directs Étrangers au
Sénégal s’explique entre autres par :
 Une administration lente et corrompue qui ne met pas en place suffisamment rapidement les réformes structurelles attendues par les marchés
 Malgré des améliorations certaines l’environnement des affaires est toujours perturbé par une forte tendance du gouvernement à l’interventionnisme, une justice partiale et lente et des régulations globalement défaillantes
Au jeu de la propagande bornée, tel est pris qui croyait prendre !
La sortie de Monsieur Diagne, cache-sexe d’une volonté inavouée et d’une conception ethniciste de la nation sénégalaise, est brandie alors qu’elle ne résiste à aucune analyse sérieuse, aucun
chiffre ni aucun fait sur le Président Ousmane Sonko, les diolas et la Casamance.

Le projet de PASTEF n’est pas un projet du Président Ousmane Sonko, pour les diolas encore moins pour la Casamance. Le projet de PASTEF est un projet sénégalais, porté par des Sénégalais et pour les Sénégalais, d’Est en Ouest, du Nord au Sud. Sans distinction de race, d’ethnie, religion ou d’appartenance régionale.

Pape Mamadou Diémé
Secrétaire Général Adjoint
Mouvement National des Cadres de PASTEF (MONCAP)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications