Washington évoque un boycott des Jeux olympiques de Pékin en 2022

Le Département d’État américain a annoncé mardi vouloir discuter avec ses alliés de cette éventualité, alors que la pression monte de la part d’ONG, notamment sur la question des Ouïgours.
Les États-Unis ont annoncé envisager une discussion avec leurs alliés sur la question d’un boycott des Jeux olympiques d’hiver de Pékin en 2022, au moment où la pression monte de la part d’associations de défense des droits de l’Homme et de politiciens. «C’est quelque chose dont nous souhaitons certainement discuter», a déclaré mardi 6 avril le porte-parole du département d’État américain Ned Price, interrogé pour savoir si les États-Unis envisageaient un boycott conjoint avec leurs alliés.
À LIRE AUSSI :Les Jeux olympiques, une arme géopolitique
«Nous sommes d’avis qu’une approche coordonnée ne serait pas seulement dans notre intérêt, mais également dans l’intérêt de nos alliés et partenaires», a-t-il précisé, sans révéler la position de l’administration sur la question. Plus tard dans l’après-midi, Ned Price a précisé dans un tweet: «Comme je l’ai évoqué nous n’avons pas d’annonce à faire au sujet des Jeux olympiques de Pékin. 2022 est encore loin, mais nous continuerons à consulter étroitement nos alliés et partenaires pour définir nos préoccupations communes et établir notre approche conjointe envers le Parti communiste chinois.»
Camps d’internement
Plusieurs groupes militants ainsi que des hommes politiques républicains ont multiplié récemment leur appel à un boycott américain des JO de Pékin. Ils s’appuient en partie sur plusieurs ONG et pays qui accusent la Chine de persécuter les musulmans ouïgours, notamment en les plaçant dans des camps d’internement où les membres de cette minorité sont soumis, selon les témoignages de rescapés, à divers sévices.
L’administration du président Joe Biden n’a jamais écarté la possibilité d’un boycott des Jeux olympiques, sans annoncer d’orientation ferme. La porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki avait déclaré en février que l’administration consulterait le Comité olympique américain sur la question. Pékin de son côté dénonce les appels au boycott et rejette toute accusation de génocide envers les Ouïgours, présentant les supposés camps d’internement comme des «centres de formation professionnelle».
Les États-Unis avaient mené un boycott en 1980 des Jeux olympiques de Moscou après l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS, tandis que le bloc soviétique avait répondu quatre ans plus tard avec le boycott des Jeux olympiques de Los Angeles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications