“Ousmane Sonko, un Tartufe des temps modernes” (Par Françoise Hélène Gaye, CODDAS)

Dans son livre intitulé “L’art du mensonge politique “, Jonathan Swift pose une question simple : faut-il tromper le peuple pour son bien ? Ousmane Sonko le jeune virtuose du mensonge de la scène politique sénégalaise a clairement choisit des l’entame de sa carrière politique de répondre oui à cette question et d’en faire la sève nourricière de chacune de ses discours et actes politiques.

Fort heureusement pour le peuple sénégalais demeure profondément partisan de l’observation rigoureuse des faits même si à chaque événement la plupart préfère céder à l’émotion. C’est la raison pour l’aquelle le déploiement et les incursions intempestives de sa force de frappe du mensonge lui valent aujourd’hui d’être la risée de tous les esprits libres imperméables aux injures, aux violences verbales et au terrorisme de ses troupes sur les réseaux sociaux. Aucun de ses discours et révélations dont sont si friands les sénégalais ne résistent à l’analyse.

Le chantre du patriotisme qui préfère les effluves et lumières feutrées des salons de massage de la capitale sénégalaise aux effluves celles de ses douces moitiés s’est emmêlé les pinceaux dans l’exercice périlleux de travestissement des faits qui l’opposent à la jeune orpheline Adji Raby Sarr. Un homme de 47 ans face à une jeune femme de 20 ans orpheline, déshéritée, sans structures ni soutiens pour s’en sortir ou même crier à l’aide. Une proie facile toute indiquée pour assouvir les contradictions gargantuesques de sa libido. débridée. Tremblement de terre ! On perd toute panache après s’être dénudé devant une femme : il va ainsi mentir de nouveau en pointant du doigt le coupable tout indiqué le Président de la République. Un banal problème d’addiction aux plaisirs charnels est ainsi travesti en complot politique pour le rendre comestible et défendable. Le summum de la bassesse et de la malhonnêteté intellectuelle car come disait Meister :Tout mensonge est une bassesse, et sans exception…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *