Georges Floyd : quatre faits qui expliquent la colère contre la police américaine

Alors que le procès de l’ancien policier accusé du meurtre de George Floyd se poursuit, l’attention se porte à nouveau sur l’expérience des Afro-Américains en matière d’application de la loi aux États-Unis.

Le problème a également été mis en lumière par la mort d’un homme noir près de Minneapolis, abattu par la police lors d’un contrôle routier.

Nous avons examiné certaines des données relatives à la criminalité et à la justice.

1. Les Afro-Américains sont plus susceptibles de se faire tirer dessus

Les chiffres disponibles concernant les incidents au cours desquels la police tire sur des personnes et les tue montrent que les Afro-Américains ont beaucoup plus de chances d’être abattus par rapport aux autres communautés représentées dans la population américaine.

Tableau des tirs mortels

Selon la base de données du Washington Post sur les tirs impliquant la police, bien que les Afro-Américains représentent moins de 14% de la population, ils ont représenté près de 24% des plus de 6 000 tirs mortels de la police depuis 2015.

Le nombre de cas de tirs mortels est resté relativement stable, la police tuant environ 1 000 personnes par an aux États-Unis depuis 2015.

D’autres recherches montrent que le taux selon lequel la police tire mortellement sur des personnes noires non armées aux États-Unis est plus de trois fois plus élevé que pour les personnes blanches.

2. Les Afro-Américains sont plus susceptibles d’être arrêtés par la police

Des études ont montré que les Noirs sont plus susceptibles d’être arrêtés par la police lors de contrôles routiers.

L’une des plus récentes, une étude réalisée en 2020 par l’université de Stanford, a analysé 100 millions d’arrêts de la circulation effectués par les services de police américains et a révélé que les conducteurs noirs étaient environ 20 % plus susceptibles d’être arrêtés que les conducteurs blancs.

L’étude a également révélé que lors des contrôle les conducteurs noirs sont fouillés jusqu’à deux fois plus souvent que les conducteurs blancs, bien qu’ils soient statistiquement moins susceptibles de transporter des objets illégaux.

3. Les Afro-Américains sont plus souvent arrêtés pour usage de drogues

Les Afro-Américains sont arrêtés pour usage de drogues à un taux beaucoup plus élevé que les Américains blancs, bien que les enquêtes montrent que les drogues sont consommées à des niveaux similaires.

Drug abuse arrests by race. .  Hispanics are not counted separately. Others is Asian, American-Indian, Hawaiian or Pacific islanders..

En 2018, environ 750 Afro-Américains sur 100 000 ont été arrêtés pour consommation de drogue, contre environ 350 Américains blancs sur 100 000.

Les précédentes enquêtes nationales sur la consommation de drogues montrent que les Blancs consomment des drogues à des taux similaires, mais les Afro-Américains continuent de se faire arrêter plus souvent.

Par exemple, une étude de l’American Civil Liberties Union a révélé que les Afro-Américains étaient 3,7 fois plus susceptibles d’être arrêtés pour possession de marijuana que les Blancs, même si leur taux de consommation de marijuana était comparable.

4. Les Afro-Américains sont plus nombreux à être emprisonnés

Selon les dernières données, les Afro-Américains sont cinq fois plus souvent emprisonnés que les Blancs et deux fois plus que les Hispano-Américains.
Population carcérale américaine pour 100 000 habitants. . .

Population carcérale américaine pour 100 000 habitants. .  .

En 2019, les Afro-Américains constituaient environ 13% de la population américaine, mais représentaient près d’un tiers de la population carcérale du pays.

Les Américains blancs constituaient environ 30% de la population carcérale, alors qu’ils représentent plus de 60% de la population américaine totale.

Cela représente plus de 1 000 prisonniers afro-américains pour 100 000 résidents afro-américains, contre environ 200 détenus blancs pour 100 000 Américains blancs.

La population carcérale américaine est définie comme les détenus condamnés à une peine de plus d’un an dans une prison fédérale ou d’État.

Les taux d’emprisonnement ont diminué pour les Afro-Américains au cours de la dernière décennie, mais ils représentent toujours une part plus importante de la population carcérale que toute autre race.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *