Mbour / Programme d’Urgence pour l’emploi et l’insertion des jeunes : Un collectif des enquêteurs pro-Oumar Youm récuse la fiabilité des données

Pour fustiger le comportement de certains responsables politiques et récuser la fiabilité des données présentées, dimanche dernier. En effet, pour les besoins de cette enquête, 200 jeunes issus des 16 communes du département ont été cooptés.
Après un travail de titan pour obtenir 8.150 questionnaires pour un objectif initial de 4.000 questionnaires, les enquêteurs disent avoir eu “la surprise désagréable en constatant avec amertume et consternation que la réunion de restitution et de partage convoquée dans un cadre purement technique, a été transformée en réunion politique et partisane pour ne pas dire en assemblée générale purement politique où aucune restitution n’a pu se faire”, dénonce Sega Diankha, enquêteur et membre du collectif.
“Pire, nous, enquêteurs, n’avons même pas pu pour l’écrasante majorité d’entre nous accéder à la salle de réunion. Des responsables politiques ont acheminé des centaines de militants avec des cars de transports et ont envahi la salle et les alentours. Et dans une cacophonie indescriptible, des discours partisans, sectaires, de règlements de comptes, de divisions, de dénigrements ont été tenus par ces responsables politiques notamment Mahmout Saleh, Sophie Gladima, Saliou Samb”, accuse Séga Diankha, pilote du groupe d’enquêteurs de Nguekhokh.
Le collectif assure que les acteurs territoriaux et les jeunes qui ont participé au processus d’élaboration dudit document, ont été pris de court et sont rentrés frustrés et mécontents de cette situation.
Il se désole que cette réunion de restitution déguisée était une manière pour les responsables “de dénigrer et de régler des comptes à d’autres responsables politiques de Mbour en l’occurrence Maître Oumar Youm, coordonnateur départemental de l’APR et de BBY et les députés du département.
“Cette situation est due à des comportements irresponsables et haineux dont le seul but est de liquider un responsable politique de première ligne”, dit Sega Diankha.
Pour Adama Dioh, acteur de développement à Joal et enquêteur, “Avant de faire une restitution, il faut d’abord faire une enquête. Il se trouve qu’ à Joal , l’enquête n’a pas été faite comme elle se doit. Ils n’ont rien fait. Les résultats fournis par Saliou Samb ne sont pas vrais.
Nous ne les laisserons pas faire. Nous n’accepterons pas qu’ils divisent la jeunesse du département. Ils ont organisé cette rencontre non pour réfléchir sur les besoins d’employabilité des jeunes. Ils ont organisé cela pour abattre un seul homme, qui est Oumar Youm”.
A Diass, Issa Faye, coordonnateur des 10 volontaires de ladite commune s’offusque de voir qu’après les dix enquêteurs de la mairie, Mamadou Ndione a aussi formé dix autres enquêteurs. A quel dessein ? A quelques jours du Forum sur l’emploi qui se tiendra à Diamniadio, le collectif interpelle le chef de l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *