Internet pleure la mort de Juan Joya Borja, alias El Risitas

Gravement malade, il s’est éteint à l’âge de 65 ans.

Certains mèmes font le tour du monde, d’autres rencontrent un succès plus ou moins intense selon le pays. C’est probablement le cas de l’Espagnol Juan Joya Borja, dit El Risitas, qui s’est éteint ce mercredi 28 avril à Séville, comme l’annonce le journal ABC.

Habitant de Séville et humoriste de plateau télé, Juan avait durablement marqué Internet avec une vidéo datant de 2007. Dans cet extrait d’émission, il raconte ses déboires en tant que garçon de plonge dans un restaurant, des faits tellement drôles qu’ils provoquent rapidement chez lui un fou rire incontrôlable.

Rapidement, El Risitas (qui signifie “le fou rire”) fait rire tout Internet avec son hilarité communicative. En France, le mème devient particulièrement populaire et est vite détourné en masse : on place des sous-titres complètement différents de ce qui est dit pour rire de tout et n’importe quoi.

On retiendra particulièrement qu’en France, ce sont les communautés des forums du site Jeuxvideo.com (parfois tristement célèbres pour des faits bien moins glorieux) qui ont rapidement revendiqué la découverte d’El Risitas. Les forums étaient notamment connus pour reprendre le “Jesus”, prononcé maintes fois par Joya Borja, qu’ils transformaient en “issou”, sorte de nouveau “mdr”.

Il y a quelques mois, nous vous disions que le forum 18-25 de JVC, sous l’initiative d’un certain cutface, avait lancé une cagnotte pour El Risitas. En effet, l’humoriste avait contracté un diabète sévère qui avait conduit à une amputation de sa jambe. Au total, c’est 14 000 euros qui avaient été récoltés pour pouvoir, entre autres, lui payer un fauteuil électrique.

Fatigué, il avait en mars dernier tenu à remercier une dernière fois ses fans d’outre-Pyrénées.

Aujourd’hui, Internet pleure un homme mais aussi un long et bruyant rire dont l’écho résonne encore dans chaque petit détournement, dans le moindre YouTube Poop, dans tous les mèmes. El Risitas, c’était la preuve qu’une simple communicabilité pouvait vous propulser, grâce à la magie des réseaux, au rang de star.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *