Alioune Sarr sur les projets du secteur aérien : “Nous ne pouvons plus accepter des délais aussi longs pour la mise en œuvre des projets”

Le monde est secoué par l’une des plus graves crises sanitaires de son histoire. Face à un avenir de plus en plus marqué par des incertitudes, le ministre du Tourisme et des Transports aériens, instruit ses administrés à se préparer à ce qu’il appelle : “le monde d’après”.
A cet effet, Alioune Sarr ne veut pas que le transport aérien, “qui est l’un des secteurs les plus impactés par la pandémie”, soit en reste. Il insiste à ce que les projets concernant le secteur aérien soient entamés dans les plus brefs délais.
“Nous ne pouvons plus accepter des délais aussi longs pour la mise en œuvre des projets. Parce que d’abord le monde ne nous attend pas, la compétition est là. Les autres sont en train d’avancer. Donc, tout pays qui prendra un retard dans la mise en œuvre des projets sera laissé en rade”, insiste-t-il.
Désormais, les règles du jeu ont changé, car pour le ministre, il n’est plus question de trainer les pieds ou de verser dans la complaisance. Le ministre attend donc plus de rigueur et de pragmatisme, et moins de complaisance. Il a ainsi instruit les autorités de l’aéroport international Blaise Diagne à accélérer la cadence, afin que tous les projets soient entamés. Dans la mouvance du ‘’Fast Track’’ érigé en mode de gestion, il considère qu’il faut un mode “super fast-track”.
“Pas de bureaucratie, ni de bras cassés qui ne suivent pas. Ces projets, il faut les mettre en œuvre. Je n’accepterai pas une quelconque complaisance, que les projets soient mise en œuvre dans les délais”, insiste-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *