Ce calme qui a décontenancé l’Apr…

Ce n’est pas de triomphe modeste qu’il s’agit mais plutôt un sentiment de gêne qui envahit les caciques de l’Apr. Celà se lit sur leur visage lors de leur meeting. La victoire n’est pas belle car elle est le fruit d’une succession de manœuvres préélectorales indignes de notre démocratie. Vous savez ce sentiment de culpabilité qui t’envahit quand, de par la force de la puissance publique, tu a réussi à écarter des adversaires, à vicier le processus électoral, à limiter le nombre de candidatures de manière drastique par le parrainage, etc etc.
Je salue la maturité politique et le sens des responsabilités de l’opposition durant cette courte période avant les résultats. Elle a fait le minimum syndical en rejetant les résultats mais en décidant de ne faire aucun recours. Ils ne pouvait en être autrement.
Les caciques de l’Apr seraient plus à l’aise si cette opposition avaient poussé les gens à guerroyer dans les rues, à déposer des recours pour leur donner du grain à moudre mais ce silence, ce calme, cette dignité en a décontenancé plus d’un.

5 ans, c’est beaucoup dans la vie d’un homme mais c’est infinitésimale dans la vie de la nation sénégalaise. Un jour, dans les cursus de Sciences politiques au Sénégal on donnera des cas d’école de fourberies electorales en évoquant Macky Sall en 2019.

Serigne Mbacké Dieng