CES “PETITS CAS” QUI FORMENT UN TOUT DANGEREUX!

Dans l’affaire Guigon, beaucoup ont invoqué “l’urgence pharmaceutique” ou le règlement interne pour excuser l’abus et l’intolérance de la pharmacie.

Mettant en perspective ce cas, et d’autres “petits cas” qui se sont manifestés, j’ai voulu alerté, à côté d’autres compatriotes, sur la montée d’une certaine intolérance contre la liberté de culte.

Cet autre “petit cas” doit être une lumière pour ceux qui n’arrivent pas à toujours circonscrire les enjeux qui se posent à notre société.

L’IEA, une école située à Mermoz, interdit formellement de prier dans l’enceinte de l’établissement en invoquant une loi Française (loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la république).

Une décision injuste et illégale. On est au Sénégal. Si le pays est laïc, il n’est cependant pas a-religieux. On ne vient pas imposer la prière ou n’importe quelle autre pratique religieuse, on veut simplement que les gens puissent rester eux-mêmes, en accord avec les prescriptions religieuses, et partout au Sénégal lorsqu’ils le souhaitent.

Il est temps que les Sénégalais se bougent pour rappeler à l’ordre ceux qui veulent importer chez nous des problèmes que nous ne connaissions pas.

Mouhamadou Lamine Bara LO