Le Président de la République son Excellence Macky SALL, à la faveur de la cérémonie de prestation de serment le 02 avril 2019, avait évoqué je cite « des changements dans la Gouvernance de l’exécutif pour un meilleur suivi des politiques publiques » révélant ainsi sa volonté résolue d’insuffler une nouvelle dynamique à la conduite des affaires publiques.

En parfaite cohérence avec ce postulat de base, et en le réitérant, dans son message du 05 avril 2019 faisant suite à la démission du Premier Ministre, par une détermination à resserrer l’organe Gouvernemental, et à recentrer les missions essentielles de l’Etat, le Chef de l’Etat s’est ainsi attaché à rester cohérent avec trois viatiques de base qui fondent la performance publique :

C’est d’abord la simplicité dans l’organisation ;
C’est ensuite la souplesse dans l’action et le fonctionnement ;
C’est enfin la clarté et la lisibilité des échelles de responsabilité.

Afin donc de faire la preuve de la transformation Publique du Sénégal, par la Gouvernance d’abord, le Chef de l’Etat a décidé de poser un jalon décisif dans le pilotage de l’exécutif par le rapprochement du niveau d’instruction des dossiers, que constitue le Gouvernement, du centre de décision incarné par le Président de la République et ses services.

Autrement dit, le processus décisionnel, mais également le suivi et l’évaluation n’en sont que mieux ajustés : c’est cela le recentrage de l’Etat, et par le HAUT d’abord.

Pour cela, le Chef de l’Etat a jugé approprié de reconsidérer le niveau intermédiaire de transmission et d’animation Gouvernementale, que constitue la fonction de Premier Ministre, pour être lui-même au contact direct, avec les niveaux administratifs chargés de l’application, de l’exécution et de la mise en œuvre.

Dans cette perspective, la fonction de Premier Ministre sera provisoirement maintenue, afin de conduire à terme cette réforme.
Mais d’ores et déjà, le Chef de l’Etat a décidé, à la ferveur de la constitution de la nouvelle équipe qui devra faire démarrer son quinquennat, d’engager sa logique d’un resserrement du niveau décisionnel.
Il en résulte donc, que le président de la République a décidé de nommer un PREMIER Ministre qui, cumulativement avec cette charge, assumera les fonctions de secrétaire général de la Présidence de la République, le temps qu’aboutisse la réforme.