Beaucoup d’entre nous ont manifeste leur desarrroi apres la publication des resultats provisoires. C’est normal parce qu’ils avaient cru que le changement etait possible, mais je pense qu’ils ignoraient que les choses etaient plus profondes qu’ils ne les croiaient. Notre pays est traverse par beaucoup de problematiques si profondes qu’il serait hasardeux de les affronter sans intelligence. Il ne s’agit pas de les refouler , de les maintenir au loin , ou ne pas se consacrer des efforts pour se les poser ou bien les recuser, mais le probleme c’est que l’on distingue pas les questions et les modes de questionnement : il existe des modes de problematisation qui peuvent fonctionner , de fait, pour certains , comme la question de la monnaie, mais pas pour ceux qui vivent des problemes reels comme l’alimentation.

Le monde social du senegalais ordinaire n’est pas pareil que celui qui est dans le confort et peut se permettre beaucoup de choses. En cela , il ne faudrait jamais oublier le format et la forme non seulement de notre discours , mais la psychologie du senegalais ordinaire. L’on ne peut pas ambitionner de changer ce pays en l’oubliant. Les techniques, les tactiques doivent etres articulees à la psychologie sociale du senegalais ordinaire pour que le changement puisse prendre forme. Que signifie partir d’un monde intellectuel ou du confort pour changer les choses ?

A un moment des Damnes de la terre, Fanon propose une reflexion sur les activites spirituelles que l’on pourrait transposer aux activites symboliques et aux problemes d’eventuelle dimension fonctionnelles. Les experiences ethniques , religieuses, les rites , les pratiques constituent selon moi des domaines d’experience qu’il faudra dans l’avenir pour changer les choses. Et ce travail n’a pas ete fait ! Il nous s’inspirer des methodes de lutte dans nos ethnies, nos confreries ou à meme nos valeurs. Certes c’est un travail de longue haleine, mais le changement viendra de la bas, car il integre la psychologie du senegalais ordinaire. Tant que nous n’avons pas reussi à faire exploser les chaines mentales, ca ne marchera pas.

L’on a beau discourir, ecrire ou accuser l’autre, ca ne marchera pas. Et pour que ca marche , il faudra que les forces du changement puissent proceder par etapes , prudemment, parce que de nombreuses questions risquer de se croiser , de s’entrechoquer. Il faut de la negociation, du compromis, de la tactique, de l’intelligence, de l’echange, etc Il nous faut une mise en question de la societe senegalaise. Et celle ci ne s’agira pas de faire sa description, mais de poser ou de comprendre la maniere de fonctionnement du senegalais ordinaire.

Mouhammadou Moustapha Diop