CONSEILS PRATIQUES A L’OPPOSITION SÉNÉGALAISE EN VUE D’UN ÉVENTUEL 2nd TOUR

Comme je vous le promettais, permettez-moi de vous donner, sans prétention aucune, quelques conseils pratiques relatifs aux enjeux de cette Présidentielle 2019. Pour faire mal au Candidat de BBY, que je considère mieux équipé que vous (d’où cette contribution dans le but de rééquilibrer les forces), il faut l’attaquer dans ses fiefs, que sont le « pays Peulh Tekrour ou Fouta » (région de Matam, départements de Podor et Linguère) et le « pays Sérères ». Ces territoires, je les considère comme les « Swing Areas » de cette Présidentielle. Et je pense que si vous parvenez à y faire baisser (rien que de 3 à 4 points) les pourcentages de BBY, même avec un taux de participation identique à 2017, le 2nd tour deviendra inévitable.

Le « pays Peulh Tekrour ou Fouta » (étendu à Linguère) est le territoire qui vote plus BBY. En 2017, BBY y avait obtenu des « scores soviétiques » (79% à Matam, 84% à Kanel, 74% à Podor et 74% à Linguère : seul Ranérou, seulement 21.235 électeurs, avait voté avec ses 50% de façon proche à la moyenne nationale de BBB, càd 49%). Donc, vous conviendrez avec moi que Macky y sera accueilli et voté comme Poutine. Toutefois, je vous suggère d’y perdre moins de temps, car « Pulaar ak mbokam, ni buur ak jamaam, walla laye njoboor ak ndelam », pour parler comme « Xuman dans « Maan ak hip-hop » (damay kaaf rek de, waye kafu wolof ndiaye koi!)

Le Sine-Saloum (étendu au « pays Sérères ») : il symbolise le pacte durement scellé entre APR, PS et AFP. Au Sénégal, le « Sine Saloum » est pour moi le « Swing Area » par excellence. La preuve, les 2 fois où il s’est démarqué du candidat sortant (2000 avec Niasse 3ème au rôle du faiseur principal de roi) et en 2012 (avec Macky 2ème et Niasse 3ème), le 2ème tour a été inévitable. Or, BBY y a obtenu les 2èmes plus gros scores en 2017 (68% en moyenne dans la Région de Fatick, 60% à Kaolack et 60% à Kaffrine). D’ailleurs, comme je le dis souvent pour rigoler, ce sont les « Jeunes Vieux » (tous nés entre 1958 et 1962) issus de ce terroir qui gouvernent le Sénégal depuis 2012. Le Président et tous les 1ers Ministres de son magistère sont nés ou originaires d’ici (Abdoul Mbaye, Fils du notable du terroir Kéba Mbaye ; Mimi Touré et Boun Dionne). Et que dire de l’Assemblée Nationale présidée par le Patriarche Niasse de Keur Madiabel. Il a même réussi à s’y renforcer dans la perspective de 2019 en recevant Ndéné Ndiaye et en faisant revenir au bercail Me Elhadj Diouf, pourtant candidat en 2017. Je ne sais pas si vous avez remarqué aucun autre candidat « vraiment politique » n’est issu de ce vaste terroir, certainement pour ne pas que les voix se dispersent. Saviez-vous que les voix obtenues par BBY en 2017 dans le Sine-Saloum (327.305 soit 20% de ses voix) sont supérieures à celles obtenues même à Dakar (294.194 soit 17%) concentrant pourtant 30,5% de l’électorat sénégalais (environ 14% pour le Sine-Saloum) et où environ 63% des Sénégalais avaient voté contre BBY. Ceci pour dire que tout ce que BBY avait perdu à Dakar, qui depuis le code consensuel de 1993 ne donne pas la majorité absolue à un candidat (excepté en 2007 où elle avait voté 55% Wade, lui assurant une réélection dès le 1er tour : d’ailleurs au même scrutin Wade avait aussi siphonné Niasse dans le Sine-Saloum – en attirant dans son parti les pontes de ce terroir comme Abdoulaye Diack du PS – le réduisant à 6%), l’avait récupéré dans le Sine-Saloum. Le Sine-Saloum est un réservoir conséquent de voix. On a tendance à oublier, qu’avant sa 1ère scission en 1984, il était la région la plus peuplée du Sénégal devant le Cap-Vert ou actuelle Dakar (1.006.138 contre 940.920, données Recensement Général 1976).
J’étends ici l’analyse au « pays Sérères » (qui touche déjà une bonne partie du Sine-Saloum), parce le 3ème fief de BBY se situe dans les départements de Mbour (département de Tanor et 54% en 2017), Diourbel (département de Madame Faye Sall et de Aminata Tall Présidente du CESE : 55%) et Bambey (Prolongement du terroir de Mme 55%).

Autre remarque concernant le Sine-Saloum (même le « pays Peulh »), c’est que ça y participe bien, plus même qu’à Dakar où le taux de participation de 50,5% en 2017 était nettement inférieur à la moyenne nationale (54%). Donc vaut mieux aller y grignoter des voix et donner plus enjeu au scrutin. Et pourtant j’ai déjà constaté des « couacs » dans les campagnes des candidats de l’opposition qui l’ont fait : Sonko y a accusé des retards monstrueux (Kaolack, Guinguinéo…) et Idy y a quasiment fait un déplacement éclair (parcourir en 1 journée plusieurs localités dont la principale Kaolack). Ce que je vous conseille, c’est d’y retourner, notamment dans les villes comme Kaolack, Fatick, Nioro, Kaffrine ou demander aux militants de ces localités d’y faire du « porte à porte ».

D’ailleurs « cette connexion pays Peulh – pays Sérères » rappelle celle de Senghor-Mamadou Dia (BDS) qui avait eu raison de Lamine Guèye et son PSS en 1948 et qu’il était obligé, 10 ans plus tard (1958), de fondre dans l’UPS qu’était devenu le BPS, successeur du BDS.

Enfin, quand j’entends certains analystes situer les enjeux des scrutins sur les régions de Dakar, Thiès, Diourbel, parce qu’elles représentent 53% des inscrits, « je suis mort de rire ». En effet, ces régions ne votent jamais ou votent très rarement pour un seul candidat ; ce qui « neutralise » ou annule leur poids électoral. Si la région de Dakar vote intello ou occidental (càd ne votant presque jamais « binaire », en donnant plus de 50% à un candidat), Thiès, Mbour, voire Tivaouane se neutralisent généralement entre opposition et pouvoir et pareil à Diourbel où Mbacké (fief des Libéraux « wadiens ») est neutralisé par Diourbel et Bambey, tous 2 situés dans le « pays Sérères », fief de BBY.

Dr Christian N. MINGOU

Précision. Prière à toute personne reprenant les idées ici développées de citer son auteur conformément à la législation en vigueur sur les publications d’idées sur les réseaux sociaux. Cette analyse rentre, en effet, dans un cadre plus vaste que ce scrutin.