COUVERTURE MÉDICALE DANS LA LUTTE : PROPOSITIONS DE SOLUTIONS !

Par Mamadou Mansour Diop

J’ai récemment fait une expertise des conditions dans lesquelles le lutteur Eumeu Sene a été secouru et émis des critiques notamment sur l’intervention de l’arbitre qui ont fait couler beaucoup d’encre et de salive.
Le moins qu’on puisse dire est que je suis intervenu dans mon domaine de compétences.

Si un chroniqueur de lutte en l’occurrence Becaye Mbaye et un ancien lutteur reconverti en consultant, Moustapha Gueye (que j’ai adulé durant toute sa carrière du reste) se sont permis, après avoir reconnu mon expertise en la matière, « Borom kham kham nga», de m’envoyer paître (« Mais Yaw mayniou » et féliciter l’arbitre pour « avoir sauvé la vie » à Eumeu Sene d’un geste salué par tout le monde selon eux, alors n’importe qui peut se permettre de me faire la leçon.

Chinua Achebe n’avait que trop raison !

Puisque nous avons osé descendre dans leur arène acceptons de prendre leurs coups.
Dont acte.

Conformément à ma ligne de conduite qui consiste à faire de la critique constructive, après avoir mis à nu les failles dans la mise en œuvre des secours lors de ce combat de lutte, je propose à présent des solutions concrètes pour une couverture médicale de qualité qui garantit la sécurité des lutteurs.

Il y’a une équipe médicale (composée du médecin du CNG, de son infirmier assistant et d’une équipe de sapeurs pompiers) dont c’est le rôle de secourir les deux protagonistes en cas de besoin.
Si on a placé cette équipe à proximité immédiate de l’enceinte ce n’est pas un hasard.
C’est justement pour qu’elle puisse intervenir immédiatement en cas de besoin.

Cependant il y’a un véritable problème qui empêche cette équipe médicale de faire correctement son travail.
En effet jusqu’à récemment il s’agissait pour cette équipe de gérer des ouvertures d’arcades sourcilières ou des blessures mineures, de la routine en somme, l’arbre qui cache la forêt.

Le cas Eumeu Sene a eu le mérite de dévoiler une grosse faille dans l’organisation des secours qu’il va falloir corriger très rapidement :
c’est l’accessibilité de l’enceinte à tout ce beau monde qui gravite autour comme on entre dans un moulin !

Après une chute, l’enceinte est envahie en une fraction de seconde par toutes sortes de quidams : accompagnateurs et staffs techniques (qui se précipitent sur leurs lutteurs souvent pour des considérations mystiques), les reporters et cameramen, les forces de l’ordre créant une cacophonie et un désordre indescriptible.

Comment dans ces conditions l’équipe médicale pourrait-elle effectuer un secourisme de qualité pour un lutteur victime d’urgence vitale ?
C’est tout simplement impossible.

Il urge de trouver les moyens de sécuriser l’enceinte et d’en limiter l’accès par des barrières infranchissables ce qui permettrait aux secouristes de faire leur travail en toute quiétude à l’image d’un ring de boxe.
Sur un ring de boxe, en cas de K.O. ou d’urgence vitale, l’accès est bien contrôlé et les équipes de secours ont la latitude de mettre en œuvre leurs procédures en toute quiétude.

Concernant la question du plateau technique, la couverture médicale n’est pas de la figuration; il importe de disposer des équipements indispensables en matière de traumatologie du sport et de médicalisation des secours :
– matelas immobilisateur à dépression MID
– Attelles gonflables et orthèses pour membres
– Minerves et colliers cervicaux
– Plans durs et civières pour relevage
Et bien évidemment le sac d’urgence et de Reanimation, le DSA (défibrillateur semi-automatique), les couvertures de survie, canules de Guedel, obus d’oxygène et masques à haute concentration etc…
La liste n’étant pas exhaustive.

Bien évidemment tout ce matériel devrait être mis entre les mains d’un personnel spécialisé sachant le manipuler.
Dans ce cadre quoi de plus rationnel que de contractualiser avec des prestataires rompus à la tâche comme les structures de médecine d’urgence pré hospitalière telles SOS médecins, SAMU National, SUMA Assistance etc… (publicité gratuite)?

Maintenant se pose le problème de l’arbitre.
Pourquoi bon sang veut-on faire de l’arbitre un secouriste alors qu’il est là pour arbitrer ?
Peux-t-on envisager que le médecin s’aventure sur le terrain de l’arbitrage ?
Chacun doit faire ce pourquoi il est présent.

Certes n’importe qui peut se retrouver en situation d’être le premier à porter secours dans diverses circonstances de la vie lorsqu’on est à proximité d’une victime MAIS EN L’ABSENCE DE PERSONNES FORMÉES ET SPÉCIALISTES DU SECOURISME !
« Imam dou teew niou likhaam kenene di dem thi minebar bi pour djiter diouli gui ».
Cela doit être clair.

On a l’impression que les gens veulent accorder les prérogatives de l’équipe médicale à l’arbitre. Chacun a son rôle et l’arbitre ne saurait se substituer à l’équipe médicale.

Toute cette cacophonie et cette confusion des rôles sont dues à l’envahissement rapide de l’enceinte qui est incompatible avec la mise en œuvre d’un secourisme de qualité.

Si nous nous permettons de donner notre expertise en la matière, c’est d’une part parce que nous souhaitons apporter notre modeste contribution pour veiller à la sécurité et à l’intégrité physique des lutteurs, et d’autre part nous ne voulons pas être coupable de passivité au Tribunal de notre conscience.

La lancinante question de la formation des personnels des écuries de lutte aux gestes de premiers secours s’intègre dans le cadre plus global de la formation de la population générale au secourisme. C’est une autre paire de manches !

Pour finir imaginez maintenant, si par malchance Eumeu sene avait un traumatisme de la colonne vertébrale et qu’il se retrouve paralysé à vie et qu’on vous apprend par la suite que c’est le geste intempestif de l’arbitre qui a occasionné cela, vous féliciteriez toujours l’arbitre pour « son geste héroïque »?

En félicitant l’arbitre pour avoir pris une initiative grave et dangereuse vous incitez n’importe quel quidam à s’improviser secouriste face à une victime au risque d’aggraver des lésions et mettre en danger sa vie.

Patriotiquement votre !