DAARA : La judiciarisation est une solution simple à un problème complexe

Par Khadim Ndiaye

Le problème récent survenu dans un daara de Coki montre que nous ne faisons pas beaucoup de psychologie sociale et n’apprenons pas de nos errements passés.

Quand un fait est vécu comme culturel, la répression s’avère inefficace. Je donnerai deux exemples pour illustrer ce que je veux dire.

L’ONG Tostan a eu des résultats probants dans la lutte contre l’excision grâce à une démarche participative consistant en la mise en place d’un programme de renforcement des capacités communautaires qui a permis aux femmes des communautés ciblées de mener leurs propres actions en faveur du changement.

Tostan ne condamnait ni ne critiquait les pratiques entourant l’excision. Les femmes pensaient en effet bien faire. Elles étaient étonnées que des personnes soient étonnées par leurs pratiques héritées d’une longue tradition. Tostan organisait plutôt des séances de dialogues durant lesquelles des échanges étaient faits sur les risques liés à la santé et les conséquences sociales pour les jeunes filles. Par cette méthode inclusive, Tostan obtenait des déclarations publiques de femmes allant dans le sens de l’abandon de l’excision. Des activités alternatives, génératrices de revenus, étaient également proposées pour éviter la récidive. Ainsi, Tostan révélait que le 11 novembre 2018, « 162 communautés Mandé, Pulaar, Soninké et Wolof des arrondissements de Bala, Koulor et Diankémakha se sont réunies pour déclarer publiquement l’abandon de l’excision et du mariage des enfants » à Goumbayel, une communauté rurale de la région de Tambacounda.

Par ailleurs, le gouvernement du Sénégal va sévir, nous dit-on, contre les encombrements à Dakar. Je veux rappeler ici un précédent historique qui montre que nous n’avons tiré aucune leçon du passé. Entre le 1er janvier 1977 et le 30 avril 1977, 541 marchands ambulants, 35 mendiants, 40 mineurs ont été appréhendés, raflés, conduits au Centre de triage de Thiaroye ou punis d’amende à Dakar. On venait de voter les lois N° 75–77 du 9 juillet 1975 sur la « Répression des vagabonds et mendiants » et 75-105 du 20 décembre 1975 modifiant la loi N° 6750 du 29 novembre 1967 sur la « Répression des banas-banas (marchands ambulants) ». On parlait déjà d’ « encombrements humains ».

À l’époque, le président Senghor, allant à l’encontre de toutes ses thèses humanistes formulées dans ses ouvrages, considérait, le 18 janvier 1975, les personnes ciblées comme des « déchets » humains. C’était à l’occasion du Conseil national de son parti.

L’expression « encombrements humains » avait d’ailleurs indigné Aminata Sow Fall qui publia en réponse son roman « La Grève des Bàttu ».

Au lieu de s’attaquer aux véritables causes de l’exode rural et de la misère, on incriminait le parasitisme des Sénégalais. On sait pourtant que c’est à cause de la mal gouvernance et des structures économiques, politiques et culturelles néocoloniales qui étouffent le pays qu’il y a exode rural. La population avait d’ailleurs réagi par une vigoureuse résistance populaire.

Ce que le gouvernement ne semblait pas comprendre, c’est que les populations incriminées ne vivaient pas leurs comportements comme délictueux. Comment incriminer des individus qui jugent leurs actes conformes à la morale?

Le même problème se pose avec les daaras. Au-delà de leur histoire heurtée avec l’administration coloniale, et de leur marginalisation, la résistance populaire observée à Louga se comprend par le fait que les populations sont outrées qu’un tel acte soit pénalisé alors qu’il est vécu comme non délictueux et conforme à l’usage. Les maîtres coraniques qui s’adonnent à cet usage pensent bien faire. Ils perçoivent leur méthode comme étant un « dressage noble » (expression utilisée par le philosophe français Alain dans sa philosophie de l’éducation), faite dans l’intérêt de l’enfant qui fugue.

Le problème est donc complexe et la judiciarisation n’est pas une solution efficace. Les faits incriminés sont passés dans le moule de la culture. Seule la méthode participative adossée à un programme de renforcement des capacités mettant à contribution les acteurs concernés peut aboutir à des résultats probants et durables.

Il urge également de créer les conditions pour la création d’une école unifiée sénégalaise qui prendrait en compte les spécificités des populations et inclurait les élèves de toutes les origines sociales. Elle pourrait même, puisque c’est une forte demande sociale, dispenser un enseignement religieux adapté aux membres de chaque communauté. Les maîtres coraniques, bien formés, seraient alors impliqués dans cette école nouvelle inclusive et les enfants seraient heureux d’avoir pu enfin sentir l’action bénéfique de leur État sur leur avenir.

La compréhension libère.