FRÉMIR PLUTÔT QUE RÉFLÉCHIR
LA SOCIÉTÉ DOIT OFFRIR D’AUTRES PERSPECTIVES QUE CELLE DE PLEURER ENSEMBLE

Par Cherif Salif SY

« Des émissions de divertissement à l’actualité médiatique en passant par les discours politiques ou les dénonciations des activistes, le recours à l’émotion est devenu l’une des figures imposées de la vie publique. Si les émotions, positives ou négatives, enrichissent l’existence, cette forme d’expression peut poser de redoutables défis à la démocratie lorsqu’elle se fait envahissante et tend à remplacer l’analyse ;

De l’invasion des faits-divers dans les journaux aux discours politiques transformés en prêches, en passant par l’engouement pour les figures victimaires, le rapport au réel est de plus en plus gouverné par des affects tels que la peine, la colère ou les larmes, mais aussi la compassion ou l’empathie ;

Les responsables politiques s’y adonnent également, notamment lorsqu’il s’agit de masquer leur impuissance ou de justifier, comme si elles relevaient de la fatalité, les mesures qu’ils s’apprêtent à prendre ;

Les chefs d’entreprise sont incités à faire de leur « intelligence émotionnelle » un outil de management, tandis que leurs salariés peuvent y recourir pour obtenir une augmentation ;

Ces processions des temps nouveaux sont à rapprocher de la valorisation omniprésente de la figure de la victime, parée de toutes les vertus et à laquelle on rend un hommage absolu, sans s’interroger, par un processus d’empathie ;

Toute catastrophe s’accompagne ainsi du déploiement théâtral de cellules d’aide psychologique. Les procès de la Cour pénale internationale prévoient désormais des espaces de parole pour les victimes, sans lien avec les nécessités de la manifestation de la vérité dans une affaire donnée, ni interrogation sur les chocs préjudiciables à la sérénité des délibérations que peuvent provoquer ces témoignages souvent aussi sensationnels qu’inutiles ;

L’émotion pose un redoutable défi à la démocratie, car il s’agit, par nature, d’un phénomène qui place le citoyen en position passive. Il réagit au lieu d’agir. Il s’en remet à son ressenti plus qu’à sa raison.

Pendant ce temps, les marches blanches n’ont aucune conséquence pratique : la justice demeure sans moyens, la société continue de se décomposer ».