Décoloniser les rapports État/Cultes: enjeu phare de la Présidentielle de 2019

Le discours de Me Moussa Diop est intéressant pour comprendre le rapport que les élites dirigeantes ont entretenu avec les institutions religieuses à travers le temps. Il permet de tester à nouveau l’idée de ce qu’on peut appeler un “Islam nationalisé” par opposition à un Islam national(iste)”. La nationalisation de l’islam c’est précisément ce processus d’appropriation gouvernementale des identités, des pratiques et des organisations musulmanes et des demandes que portent ces communautés dans l’espace public, appropriation dont la logique est, sous prétexte de la construction nationale, de consolider l’assise politique du régime au Pouvoir. D’où l’idée l’exigence de reconnaissance que Me Diop, dominé par sa frustration, semble vouloir poser aux Mourides. C’est en effet cette rationalité qui se situe en toile de fond du discours utilitariste du Sieur Diop. La nationalisation de l’islam est l’une des caractéristiques organiques du système politique sénégalais, en ce sens que c’est une ligne de gouvernance qui s’inscrit dans une tradition que même le Gouvernement colonial a semblé avoir partagé avec certains régimes Ceddo qu’il avait finit par phagocyter. Tradition reprise et longtemps affectionnée par les dirigeants de l’État indépendant. La nationalisation est un processus qui renvoie au, et relève du fait que la construction de l’État et la gestion des affaires de la cité ne profitent au fond qu’au régime en place et à ses segments alliés.

Ce serait intéressant de faire un parallèle entre cette tradition et les propositions de certains candidats de l’Opposition allant dans le sens de créer une ligne budgétaire au profit des cultes et donc, dans une sorte de logique d’anti-système, de soustraire le rapport de l’État aux institutions du culte de la logique mercantile qui commande la tradition de nationalisation de l’islam.

Comme quoi cette élection présidentielle a pour enjeu fondamental la “décolonisation” de notre système politique par la refondation / reconquête radicale de notre infrastructure morale. Et c’est là à mon avis qu’il faut situer le succès électoral de la Coalition Sonko Président : la ligne de conduite de Pasteef et l’offre programmatique de cette coalition me semblent tout de même assez clairement imprégnées d’une ambition “décolonisatrice”.

Étant donné que l’électorat de Touba a semblé massivement voter pour la Coalition Idy 2019, on peut se demander si cette dernière n’apparaît pas aux yeux de cet électorat comme une volonté de “décoloniser” également.

Au-delà des Cultes, les offres programmatiques ont décliné des intentions pour mettre fin au caractère extraverti de notre politique extérieure et de notre économie nationale. Le thème de notre souveraineté monétaire s’est largement invité dans ces intentions gouvernementales de rupture tout comme celui du destin de l’héritage colonial.

Pour faire bref, le clivage Système vs anti-Système a beau être plus spécifiquement articulé dans le discours et l’offre de Pasteef, l’enjeu de la décolonisation dont il se fait l’écho pourrait bien être ce qui a structuré et soutenu la dynamique de rupture qui s’est manifestée dans les résultats tendanciels de la présidentielle.