Délit de sale gueule – Par Fary Ndao

 

L’expression « il/elle manque experience» est utilisée par les gérontocrates sénégalais comme l’est l’expression « ils/elles sont communautaristes » par les xénophobes sous d’autres cieux. Dans le monde professionnel, en politique, au niveau local comme national, le Sénégalais ou la Sénégalaise ne serait pas apte à diriger, donner son avis, avoir raison et être suivi par les anciens, avant ses 40 ou 45 ans. Au Sénégal, Emmanuel Macron aurait eu de grandes chances de diriger le mouvement des jeunes d’un grand parti. On aurait sans doute disserté sur son talent mais aussi sur le fait qu’il devrait être patient et « attendre son tour ». Dans la réalité, il dirige l’une des plus grandes puissances mondiales.

Le pire, c’est que ce discours est également tenu par des jeunes, par beaucoup de jeunes. On a mis dans nos têtes ce délit de sale gueule. Cette pensée qui affirme que nous ne pouvons pas bâtir ou manager de grandes entreprises, ni être les chefs de grandes ONG ou de grands partis, ni diriger de grandes localités ou le pays. Ma conviction, c’est « qu’ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » pour reprendre un célèbre essayiste. Ku foqartiwul li nga moom, kenn du la ko jox. Na ñu foqarti su nu reew. Ñoo fi ëpp !