DOSSIER : Les comptes, les milliards et les sociétés d’Idrissa Seck par Demba Diallo

La bonne gestion des finances publique est revenue à plusieurs reprises dans le discours du candidat Idrissa Seck. Il dit promouvoir la bonne gouvernance absolue une fois élu. Le président du conseil départemental de Thiès est pourtant lui-même au cœur de plusieurs nébuleuses dans lesquelles tout se compte en terme de milliard.

“Les grands bandits ont un code d’honneur. Ils ne se disputent qu’à l’heure du partage du butin”.

C’est ainsi que s’exprimait Idrissa Seck en direction de Me Abdoulaye Wade lorsqu’en 2005 il était écroué dans le cadre de l’affaire des chantiers de Thiès. On saura plus tard que cette affaire n’était qu’une façade puisque les deux s’étaient embrouillés à cause de l’argent. Du contribuable ? On ne le saura jamais.

A Me Nafissatou Diop qui représentait Idy et à son plénipotentiaire Me Ousmane Séye, Wade évoquera le chiffre de 74 milliards de Fcfa. Un montant que niait Idrissa Seck lorsque la notaire et l’avocat venaient lui faire part des propositions du Vieux nuitamment…à la prison de Rebeuss. Une grave entorse à l’indépendance de la Justice qui ne semble plus choquer personne.

Idrissa Seck, qui tente aujourd’hui de se présenter comme un modèle de transparence, n’a jamais nié l’existence de ce différend financier dont on dit qu’il a empoisonné ses relations avec Karim Wade.

A preuve, selon les Pv retrouvés par Libération, c’est l’ancien Premier qui avait, à l’époque, révélé l’existence d’un mystérieux compte, qui échappait à tout contrôle, aux juges de la commission d’instruction de la Haute cour de Justice.

L’ancien chef du Gouvernement qui avait clamé que l’argent qui l’oppose à Wade ne «concerne pas les deniers publics», avait indiqué aux magistrats que ce compte, numéro n° 30003 03002 000 526 384 84/87, ouvert au nom du secrétariat général de la Présidence à la Société Générale Boulevard Haussman , fonctionnait sous les signatures de Idrissa Seck ou de Abdoulaye Wade ; ou d’Idrissa Seck et Abdoulaye Wade.

Pour justifier l’ouverture de ce compte à l’étranger, en dehors de toute procédure légale, l’ancien maire de Thiès avait convoqué certaines transactions urgentes, allant même jusqu’à donner un exemple aux magistrats.

En effet, il a expliqué sur Pv que, lors de la deuxième phase de qualification des Lions à la Coupe du monde 2002 de football, c’est à partir de ce compte que des fonds ont été puisés face à certaines lourdeurs administratives.

En vérité, il est aujourd’hui établi que ce fameux compte était le réceptacle de tous les abus. N’avait-on, à partir de ce compte, 2 milliards de FCfa offerts en don par le Koweit au Sénégal pour rembourser un prêt fait à la Cbao par Bibo Bourgi ?

Un don de 2 milliards de Koweït viré à Attijari pour… Bibo Bourgi

Un fait attesté par l’ancien Directeur général de cette banque, Patrick Mestrallet, devant les juges de la Haute Cour, selon les Pv en notre possession.

Combien le compte de la société Générale Haussmann a t-il accueilli ? Mystère et boule de gomme. Pour autant, le chiffre de 74 milliards de FCfa avancé n’est pas une nouveauté. Me Wade, lui-même, avait affirmé à Abdoulaye Bathily que Idrissa Seck avait pris «ses» 74 milliards de FCfa. Il répétera sans cesse cette même accusation devant Me Nafissatou Diop et Ousmane Sèye, les deux principaux acteurs du fameux «Protocole de Rebeuss».

Certes, il nie tout «arrangement» financier mais pourquoi donc Idrissa Seck a t-il fait mandat officiel à Me Nafissatou Diop pour le «représenter» dans les discussions avec Wade comme en témoigne l’attestation en date du 29 décembre 2005 déposée chez le notaire Me Papa Sambaré Diop (voir fac simulé) ?

Ito sera placé en garde-à-vue, puis sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent. Le dossier s’arrêtera là.

Les documents obtenus par Libération révèle que le Président du Conseil départemental de Thiès était bien le bénéficiaire économique de ses sociétés. Mieux, pour brouiller les pistes, l’argent avait été remis en liquide à Ito, avant que ce dernier ne monte les sociétés pour les… rétrocéder à Idrissa Seck. Un système complexe que plusieurs documents en notre possession permettent de cerner.

De quelles sociétés parle t-on ?

Il s’agit de Tempo Surl, spécialisée dans la location de matériel, montée le 10 avril 2000, alors que Wade venait de conquérir le pouvoir avec son fidèle compagnon aussitôt bombardé ministre d’Etat, Directeur de Cabinet du Président de la République. Le gérant sur le papier est Pape Djibril Touré, qui n’est personne d’autre que le frère de… Ito.

Le même jour, la société de sécurité, Force One, était créée. Une semaine plutôt, le 03 avril 2000, Net Africa, spécialisée dans la fourniture de matériel informatique, voyait le jour. En clair, ces trois sociétés ont été montée en l’espace d’une semaine par Ito.

Un an plus tard, le 12 février 2001, le fameux prête-nom de Idrissa Seck sortait de sa manche la Société anonyme immobilière du Cap (Saica Sa), propriétaire du Cyber Campus de Thiès et du complexe Les Délices.

Ensuite, le 18 juin 2003, c’était autour de «Les Réserves de Kagnes». «Evasion» bouclait la liste, une société spécialisée dans la location de véhicules adjudicataires par la suite de plusieurs marchés à l’époque. Sur les statuts, ces sociétés appartiennent donc à Ibrahima Touré.

En fait, il faut aller plus loin que ces statuts pour tomber sur Idrissa Seck qui s’est rétrocédé les actifs. La preuve par Saica qui a été rétrocédé à l’ancien Premier ministre – son propriétaire réel – le 16 janvier 2007, comme l’atteste le document de cession enregistré par Abdou Faye, le Receveur à l’époque. «Par acte passé le 16 janvier 2007, Monsieur Ibrahima Touré a cédé à Monsieur Idrissa Seck l’intégralité des actions composant le capital de la Société anonyme immobilière du Cap (Saica Sa).

Cette opération s’analyse en une section d’entreprise passible du droit prévu à l’article 496 du Code général des Impôts (…)». Selon des documents en notre possession Saica a vendu à David Attal- de la célèbre famille libanaise proche de Seck-un terrain de 3612 mètre carré sis à Thiès.

En résumé, Ito a tout monté, avant de tout céder à Idrissa Seck qui évitait que son nom apparaissent dans les statuts. En vérité, Ito avait déjà vendu la mèche devant les enquêteurs de a Brigade des affaires étrangères (Bag) de la Division des investigations criminelles (Dic) en informant avoir crée ces sociétés à la demande de Idrissa seck qui lui a remis, exactement, la somme de 1 milliard 346 millions 500 mille FCfa.

Le montage de ces sociétés a été suivi par l’achat, en France, du bien immobilier revendu, le 24 mai 2004 (date de conclusion de la promesse de vente), juste un mois après son limogeage de la Primature, le 22 avril 2004). Toutes ces enquêtes ont été “gérées” après le sinistre protocole de Rebeuss qui a consacré l’effondrement, à l’époque, de la justice.