ÉDITORIAL : 2019, LE TOURNANT, UN VIRAGE DECISIF !

2019, LE TOURNANT, UN VIRAGE DECISIF !

Une année riche en événements politiques s’achève. Une autre commence. Ainsi est fait le cours de l’histoire qui, tel un fleuve éternel, coule insensible au temps charriant tout sur son passage. Ainsi, ne dérogerai- je pas à la règle, ni ne renoncerai à l’agréable devoir et plaisir de présenter à nos lecteurs, nos meilleurs vœux.

Avec le mois de décembre, finit une année 2018 singulière à bien des égards, dans l’évolution du paysage médiatico-politique au Sénégal. Assurément, 2018 aura annoncé moult innovations majeures, toutes aussi révolutionnaires les unes que les autres. Le réseau radiophonique et télévisuel s’est enrichi de nouvelles stations offrant ainsi aux auditeurs et téléspectateurs davantage de choix. La presse écrite, avec plus d’une vingtaine de quotidiens, abat un travail remarquable pour le renforcement de la démocratie malgré un contexte difficile. Dans la même veine, la presse en ligne connaît une explosion qui dépasse toutes les prévisions. Cet état de fait, oblige le CNRA que dirige le journaliste diplomate, Babacar Diagne, ancien Directeur Général de la RTS, à veiller davantage sur l’audiovisuel public et privé, ce qui doit augurer d’une gestion plus démocratique de l’accès à tous les médias d’État des partis de l’opposition.

Une équation loin d’être résolue aujourd’hui. Regards, votre magazine préféré a bénéficié de la grâce qui souffle sur 2018 et a pu se tailler une place de choix dans le cœur de dizaines de milliers de Sénégalais, au demeurant férus de lecture. Malgré un contexte de morosité avec énormément de contraintes, je reste convaincu, à l’image d’une icône de la presse, Ahmed Bachir Kounta, un homme multidimensionnel, rappelé à Dieu le jeudi 17 janvier 2019, que les médias ont un bel avenir dans notre pays.

Sur un tout autre registre, est-il besoin de rappeler qu’en cette année 2019, le rendez-vous politique phare de notre pays, qui servira d’opportunité au Sénégal pour renforcer la crédibilité de sa démocratie, est la tenue de l’élection présidentielle, le 24 février 2019. Un événement majeur qui suscite des éclairs chargés d’espoirs mais aussi et surtout de réelles craintes pour la stabilité de notre pays.

Sur les starking blocks, le candidat à sa propre succession Macky Sall, Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Issa Sall, et Madické Niang. Cinq prétendants pour le trône présidentiel.

• Macky Sall se comportera-t-il en habile tacticien pour déjouer les pièges des quatre autres candidats à la présidentielle qui sont aux aguets et qui affinent leurs stratégies ?

• La campagne de 2019 sera-t-elle une campagne hyperclassique ou une campagne à grand renfort de dérapage ?

• La campagne et le vote seront-ils un rejet de la gouvernance Sall ?

• Notera-t-on un décalage dans le discours des candidats à la présidentielle de 2019 et le peuple sénégalais ?

• Macky Sall, Directeur de campagne de Wade réélu en 2007 au 1er tour va-t-il s’appliquer la même recette ?

• Sera-t-il contraint à un deuxième tour ?

• Les résultats seront-ils un coup de pied de nez à tous les « sachants » ?

• Sera-t-il réélu ?

• Perdra-t-il le pouvoir ?

• Auquel cas, qui sera son successeur ?

• Une période d’incertitudes va-t-elle s’ouvrir dans notre pays ?

Ces questions qui agitent le landerneau politique plongent les observateurs dans une forêt de points d’interrogations. Car, l’espoir immense est là ; les craintes, si minimes soient-elles, sont aussi là. Alors, la pirogue «sunugaal» peut sombrer ou, comme le souhaitent ceux qui ont le Sénégal à cœur, surnager.

Abdoulaye Fofana SECK