Entre partisans et parti-pris – Par Badou Ndao

Ce pays vit une grande tragédie morale et intellectuelle. Une génération a été sautée par les humanités.
Si, à l’origine faire ses humanités, faire ses humanités consistait à étudier les langues, qui ont fait le lien entre les humanités. Par extension, les humanités, ce sont les règles, les leçons de choses de la vie, telles savoir discerner, avoir le libre – choix, savoir lire les expressions, manger, boire, s’asseoir, se lever, dire bonjour, merci, mais surtout, exister.

Les humanités servent à se départir de la partisanerie, à avoir son opinion propre et les arguments de ses vues. Aujourd’hui, avec la disparition des précepteurs et l’apparition des répétiteurs, le monde a grandement changé. Les gens ne se font plus d’opinions, ce sont les opinions des autres qui comptent.
Si les idéologies ont disparu dans la formation politique des individus, elles ont vite été remplacées par une société de consommation de slogans. Et par des hommes porteurs de slogans. Les slogans ont ceci de particulier, c’est qu’ils ne servent qu’à vendre. Les publicistes qui nous vendent des produits les utilisent à fond. Les politiciens, vendeurs de rêves, ne s’en privent pas. Et aujourd’hui, une génération de consommateurs se rue sur ces produits politiques sans discernement, victimes de la publicité.
C’est de cette façon que sont nés les partisans. Ils sont ailleurs des supporters du Barça. Des fans de Beyonce. Des adeptes de gourous. Des enrolés politiques. Leurs capacités de discernement sont noyées dans la vitesse de la communication. Pour ne pas être en reste, ils s’accrochent aux wagons de l’effet de mode.
C’est ce qui se passe aujourd’hui en politique aussi. Les militants forgés dans la doctrine ont fait place à des partisans formatés au culte de la personne. Les gens sont devenus des fans, pas des compagnons. Ils aiment la personne, mais pas ce qu’elle fait ou comment elle le fait. On ne le juge plus, on l’adoube. On l’accompagne dans ses erreurs. On ferme les yeux sur ses insuffisances.
Triste génération qui n’a pas eu les bagages pour tout remettre en cause pour chercher la voie. Cette voie qu’on cherche pendant tout un segment de vie et qu’on ne trouvera jamais, mais qui fait exister.
Pauvres partisans. Ce sont des loosers. Ils perdent à tous les coups. Ils ne sont pas des acteurs.