Au début des années 2000, d’éminents spécialistes travaillant pour l’Organisation Mondiale de la Santé avaient conclu, à la suite de leurs travaux, que presque 90% de la dépense globale pour la santé est ciblée sur 10% des pathologies, qui intéressent le plus les nations développées. C’est le fameux « gouffre 90/10”. Autrement dit seules 10% des dépenses sont consacrées à 90% des maladies. Ce n’est donc pas un hasard si les recherches sur la calvitie reçoivent plus d’argent que celles consacrées au paludisme.
Quelques années au paravant, des firmes pharmaceutiques avaient attaqué le Gouvernement de l’Afrique du Sud qui avait décidé d’invoquer une clause d’exception aux Accords de l’Organisation mondiale du commerce pour autoriser la production et la commercialisation de médicaments génériques pour soigner ses milliers de malades du SIDA. Car pour ces firmes, les milliards de dollars de profit à amasser avaient plus de valeur que la vie des personnes, surtout si ce sont celles de pauvres africains. N’eut été la formidable mobilisation des sociétés civiles du monde et des États en Développement, le commerce aurait définitivement enseveli la santé publique.
Je fais ces rappels pour vous dire que nous ne sommes toujours pas sortis de ces enjeux. La pandémie du COVID 19 et la bataille entre les États développés et émergents, les firmes pharmaceutiques et les laboratoires de recherche nous rappellent, plus que jamais, que l’Afrique doit impérativement trouver une voie originale, pour prendre en charge la santé de ses populations sans complexe et sans attendre le parrainage des autres.
Pourquoi faut-il que ceux qui avaient critiqué et rejeté la Chloroquine du Prof. Raoult, avant de l’adopter en catimini, nous disent comment nous devons nous comporter vis-à-vis de l’Artemisia Annua ou Afra, une plante déjà utilisée avec succès depuis fort longtemps?
Si la Chloroquine qui soigne le paludisme a un effet sur le COVID 19, ne serait-il pas raisonnable de croire que l’Artemisia qui soigne aussi le paludisme pourrait avoir le même effet? Que perd t-on à essayer cette thérapie à base d’Artemisia comme le font déjà les Malgaches?
Sait-on que beaucoup de molécules qui servent à fabriquer des médicaments parmi les plus sophistiqués sont tirées de plantes qui existent en Afrique. Elles sont souvent prélevées à l’insu des communautés africaines, ou en tout cas sans leur consentement explicite et en connaissance de cause.
Le COVID 19 doit nous faire voir le monde autrement. Il doit nous faire voir l’Afrique autrement. Nous sommes à la croisée des chemins. À nous de choisir le bon. Nous ne devons pas seulement choisir de vivre. Nous devons choisir de vivre dans la dignité.
Pour ma part, mon choix est fait. Je n’attendrai aucune autorisation d’une quelconque autorité internationale pour consommer ma tisane d’Artemisia. On dit qu’elle a une vertu préventive et curative. Je ne crois être malade. Mais au moins elle me préservera in cha Allah. Bonne dégustation!

Dr Cheikh Tidiane Dieye