ÉTHIQUE ET POLITIQUE – PAR KHADIM NDIAYE

On veut nous faire croire en réalité que la parole donnée n’a plus d’importance. C’est cela au fond le sens de ces multiples revirements et reniements.

Dire en Afrique que « Les promesses des hommes politiques n’engagent que ceux qui les reçoivent », c’est procéder à une décontextualisation vite démentie par les faits.

Il faut refuser cette mutation pernicieuse imposée.

Notre histoire culturelle et politique regorge d’hommes et de femmes qui ont su concilier éthique et politique. Abdoulaye Ly et Cheikh Anta Diop étaient de ceux-là.

J’évoquais ici en 2016 l’importance de la parole donnée : https://www.facebook.com/khadim.ndiaye.9406/posts/10206212191887235

C’est parce qu’il avait un grand sens de l’éthique, de la vérité et de la justice, que le Bour Sine Coumba Ndofene avait tenu son fameux témoignage à l’égard de Cheikh Ahmadou Bamba.

Bour Sine aurait brisé ses repères s’il avait « transhumé » chez le colon et avait tenu des paroles autres que celles que recommandait l’éthique.

Aussi loin que l’on remonte dans le temps, la morale traditionnelle a toujours abhorré le mensonge et valorisé le respect de la parole donnée, y compris dans le champ politique.

Une charte régissant le Mandé fut rédigé lorsque l’on a voulu mettre l’éthique et les principes au cœur des lois de la cité du Mali.

On évoque aujourd’hui Thierno Sileymane Baal parce qu’il a su mettre de l’avant, dans le cadre de la fondation ou de la refondation d’un État, de hautes valeurs morales et éthiques.

Nos épopées, en tant que témoins, nous rappellent ces hauts faits d’armes et d’autres encore plus illustres.

L’écrivain Seydou Badian, retiré à notre affection il y a quelques jours, avait insisté sur l’importance de cette parole qui prend l’allure d’un DON suscitant adhésion et confiance.

Dans son célèbre roman, « Sous l’orage », il nous dépeint un père Benfa très préoccupé parce qu’ayant promis la main de sa fille Kany à Famagan. « Je suis entêté, lui faisait dire l’auteur, parce que j’ai donné ma parole à Famagan. C’est aujourd’hui la seule chose qui me préoccupe ».

Le père Benfa n’a connu le soulagement et n’a vraiment été « libéré » que lorsque Famagan s’est retiré de lui-même. C’est que le père Benfa tenait fermement à sa dignité et à son honneur.

Pour revenir sur l’affaire #AïssataTallSall et en y réfléchissant un peu plus en profondeur, on peut dire deux choses.

Premièrement, si un leader politique, pour expliquer sa « transhumance » – qu’il a toujours bannie -, laisse entendre qu’il a cédé à la pression d’un marabout, eh bien, c’est parce que l’éthique n’est plus omniprésente dans les valeurs du leader et du marabout. Un exemple pourrait permettre d’expliquer cette sorte d’entente commune dans le déshonneur.

Lors des élections législatives de 1983 auxquelles participa le RND, Cheikh Anta Diop obtient le seul siège de député du parti. Il refusa de siéger toutefois à l’Assemblée nationale pour protester contre ce qu’il considèrait comme des élections frauduleuses. Sachant le lien de parenté qui les lie, le Président Abdou Diouf appela au téléphone le khalife des mourides, Serigne Abdoul Ahad Mbacké, pour lui demander de convaincre Cheikh Anta Diop d’occuper son poste de député. Appelé à Touba par le marabout, Cheikh Anta Diop s’y rendit. Le marabout lui explique les raisons pour lesquelles il le fit appeler. Il lui dit d’aller prendre ce qui lui revient de droit, c’est-à-dire son siège de député. Mais, pour montrer au marabout qu’il ne désirait pas siéger à l’Assemblée nationale pour les raisons déjà données, il répondit qu’il préférait acheter une lame, se découper tout le corps avant d’y aller. Le khalife comprit, à travers cette image, qu’il avait en face de lui un homme avec un grand sens de l’honneur. Il lui dit alors que dans ce cas, par rapport au lien qui les lie, il ne devrait pas y aller.

Il ne pouvait en être autrement. Le khalife lui-même, dans une de ses déclarations, rappelée hier par Nicole Faye, magnifiait les valeurs de l’éthique et de l’honneur : « Am ngor nimu nexee; ku jaay sa ngor dafa fekk mësoo ko am » (Il est tellement exquis d’avoir de la dignité que celui qui la perd ne l’a jamais possédée en réalité.)

À l’entente dans le déshonneur il est donc possible d’opposer un accommodement dans l’honneur.

Deuxièmement, on peut dire que la responsabilité de la dévalorisation de la parole donnée dans le champ politique, revient en premier au président de la République. Il a créé en effet le cadre adéquat, le terreau fertile qui a permis de tels reniements.

Rappelons-nous ses paroles en 2012.

Il disait déplorer la « transhumance » et tenait un discours sévère à l’endroit des politiciens qui s’adonnaient à cette pratique. Vous pouvez venir, leur disait-il, mais seulement « avant la victoire ».

Il déplorait ces « rats qui quittent le navire parce que le naufrage est imminent ». Il trouvait ignoble que « certains attendent que d’autres se battent et gagnent pour venir ensuite les bousculer ».

Il rajoutait : « On ne peut pas continuer à faire la transhumance telle qu’elle se pratique aujourd’hui parce qu’il faut mettre de l’éthique dans tout cela. Il faut que les gens reviennent aux valeurs. C’est extrêmement important parce que nous ne pourrons pas changer positivement notre pays si nous restons dans le « bul faale » et le « masla » où chacun peut faire ce qu’il veut et, après, on se tapote l’épaule entre camarades ».

Tout dépend donc du prince en fin de compte. Il est au cœur de cette crise de l’éthique par le cadre néfaste qu’il propose.

La qualité du leadership est fondamentale pour l’action transformatrice que nous appelons de nos vœux.