FAIDHERBE S’INVITE DANS LA CAMPAGNE ÉLECTORALE AU SÉNÉGAL

Très occupé hier toute la journée, j’ai reçu beaucoup de messages me faisant savoir que le candidat Sonko a abordé dans son meeting de #Ndar la question de la dénomination des rues et des symboles coloniaux, notamment la fameuse statue de Faidherbe.

Il est heureux et normal qu’une question qui continue de préoccuper des citoyens soit abordée par les candidats durant cette campagne électorale.

L’époque actuelle n’autorise plus les faux-fuyants. La nouvelle conscience citoyenne exige un discours clair sur toutes les questions sérieuses touchant nos États. Les tabous comme la monnaie, les statues et symboles coloniaux, etc., seront de de plus en plus abordés par la jeunesse africaine, qui semble d’ailleurs être en avance sur ses dirigeants.

L’ami Boubacar Boris Diop disait que les Africains francophones sont effrayés par la perspective de leur propre libération. Il y a une peur qui est là, latente, qui consiste à faire l’autruche sur certaines questions au motif qu’elles pourraient fâcher l’ancienne puissance colonisatrice. Des questions qui concernent pourtant leur propre avenir.

Aborder ce type de questions, ce n’est pas, comme on le prétend souvent à tort, nourrir un antifrancisme primaire. Au contraire, c’est plutôt vouloir se réconcilier avec soi-même et prendre en main son propre destin.

Pour ceux qui l’ont lu, le candidat #Sonko le dit d’ailleurs très bien dans son livre-vision : “Certains adversaires auront vite fait, écrit-il, de nous taxer “d’anti-francisme primaire”. Loin s’en faut […]. Nous souhaitons que la France entende et comprenne notre message, celui d’une nouvelle Afrique, portée par une nouvelle génération politique, citoyenne, artistique, intellectuelle, citoyenne…qui n’aspire qu’à plus d’égalité et d’équité dans nos rapports avec elle, pour le progrès et le développement auxquels aspirent légitimement nos peuples. Si elle l’entend et le comprend, cela sera salutaire pour nos relations salutaires. Sinon, elle s’achemine vers une rupture brutale et inéluctable avec ses anciennes colonies qui s’orienteront définitivement et durablement vers d’autres partenaires privilégiés” (p. 148).

Ce message tombe sous le sens. Il est compatible au fond avec l’esprit de la Thorah, de la Bible, du Coran et de nos traditions : “Sama bopp a ma la gënël du bañ naa la” (Se préoccuper de ma propre personne ne veut pas dire que je te déteste pour autant).

C’est donc tout le mérite du candidat Sonko d’évoquer cette question qui a agité des devanciers célèbres comme Sembene Ousmane.

Les autres candidats sont aussi attendus sur cette problématique qui touche, au fond, notre imaginaire, notre être, et qui est cruciale pour aborder sereinement les autres aspects de la vie nationale : économie, politique, social, etc.