C’est le rapport Brundtland rédigé en 1987 à la demande de la Commission mondiale pour l’environnement et le développement de l’ONU qui a popularisé cette notion. Depuis lors, elle représente une sorte d’étalon pour la mesure de toute démarche inscrite dans une perspective de durabilité.

Derrière cette expression il y a en filigrane l’idée d’héritage à transmettre – comme dans la fable du Laboureur et de ses enfants – aux citoyens qui vont naître demain, dans un an, dans cinq ou dans l’intervalle d’une génération. Au départ, ce legs a consisté en la transmission d’un capital naturel – grâce auquel les générations présentes ont satisfait leurs besoins essentiels – à des successeurs pour leur permettre de bénéficier de conditions de vie également profitables. Puis s’y est greffé un autre principe de précaution de la part des pays ayant accédé à une prospérité nouvelle qui vise à constituer des fonds souverains de réserve afin de répondre aux besoins de cette population future. Des droits sont ainsi reconnus à cette population virtuelle au même titre que les générations réellement vivantes. Est-ce juridiquement fondé ? Le débat n’est pas tranché par les spécialistes.

En tout état de cause, les projections démographiques donnent une image de cette population future. Elles indiquent pour la plupart des pays africains des probabilités de développement exubérant du fait des structures de la population et du poids des jeunes dans celle-ci. Un doublement d’effectif est attendu tous les quarts de siècle avec des taux d’accroissement de l’ordre de 3% par an.

Si rien est fait pour infléchir cette tendance lourde, il faudra consacrer de plus en plus de ressources budgétaires à l’alimentation,à la couverture médico-sanitaire,à l’éducation et à la formation, au logement, à l’offre de transport et à l’entretien des infrastructures existantes ou à créer. L’empreinte écologique liée à la poursuite de ces objectifs quantitatifs risque d’augmenter, et, les politiques censées apporter le bien-être pourraient ainsi laisser des impacts indésirables découlant d’une absence de politique explicite de population ou d’une inapplication de ses prescriptions.

Pour garantir une qualité de vie aux générations futures, il faudra inévitablement donc penser à des mesures de régulation de la croissance démographique actuelle. Le sujet est certes délicat du fait des pesanteurs socio-culturelles prévalant dans le continent. Cela nécessitera un effort accru pour vaincre les fronts de résistance au changement de comportement par rapport à la procréation avant d’obtenir l’adhésion du plus grand nombre.

De même il faudra éviter les détournement d’objectifs consistant à ponctionner les fonds dédiés aux générations futures pour les besoins des dépenses de fonctionnement de l’Etat. C’est pour quoi il paraît impératif de mettre en place un organe de surveillance de ces ressources à l’instar du dispositif mis en place pour la répartition des revenus pétroliers au Sénégal.