George Weah rejette le tribunal pour crimes de guerre

Le président libérien et ancien joueur de football, George Weah, a exprimé sa réticence à mettre en place un tribunal chargé des crimes de guerre, malgré les nombreux appels en faveur de sa formation pour juger les personnes impliquées dans une guerre civile qui a coûté la vie à 250 000 personnes.

S’exprimant après son arrivée à l’Assemblée générale des Nations unies mardi soir, M. Weah a déclaré: «Je ne comprends pas ce que vous voulez tous. Depuis que nous sommes au pouvoir, je n’ai pas un jour réclamé un [tribunal] des crimes de guerre. « 

Sous les applaudissements du groupe de supporters qui l’entouraient, l’ex-footballeur a demandé: «Pourquoi maintenant? Quand nous avons des problèmes économiques, nous essayons de développer notre pays, pourquoi se concentrer maintenant sur un tribunal pour crimes de guerre? « 

La position du président est une énorme déception pour les groupes de défense des droits de l’homme et les autres qui espéraient que M. Weah – en tant que personne qui n’était pas impliqué dans la guerre civile – prônerait la création d’un tribunal des crimes de guerre afin que les victimes obtiennent justice.

Des milliers de personnes ont été mutilées et violées lors du conflit entre groupes rebelles et forces gouvernementales.

M. Weah est le deuxième président élu du Libéria depuis la fin du conflit. Il a pris ses fonctions en janvier 2018 après avoir battu le candidat de l’opposition, Joseph Boakai, aux élections.

M. Weah était auparavant un footballeur qui a joué dans les clubs de football européens de premier plan, le Paris St-Germain (PSG) et l’AC Milan, avant de terminer sa carrière en Angleterre avec de brefs séjours à Chelsea et à Manchester City.

Il est le seul footballeur africain à avoir remporté à la fois le titre de joueur mondial de la Fifa et le prestigieux Ballon D’Or.