Grand Prix du Festival de Cannes: Atlantique de Mati Diop, l’Afrique est honorée

“Mille Soleils”, documentaire hommage à son oncle Djibril Diop Mambéty, surnommé le « Godard de Dakar”, l’a fait connaître. Avec “Atlantique”, son premier long métrage présenté à Cannes en compétition, la Franco-Sénégalaise Mati Diop reprend le flambeau avec la même ardeur.

La jeunesse africaine montera les marches de la sélection officielle. C’est suffisamment rare pour qu’on le signale. Elle sera, qui plus est, invitée par une cinéaste au patronyme de légende. Mati Diop, qui présente en compétition Atlantique, son premier long métrage, est la nièce de Djibril Diop Mambéty, qu’on surnommait le « Godard de Dakar » et qui reçut le Prix de la critique à Cannes en 1973 pour Touki Bouki.

Djibril était un rêveur, un enfant de Colobane et de Gueule Tapée, quartiers sud de la capitale sénégalaise, un conteur des arrière-salles de la Médina, un poète engagé et enragé : « Le cinéma a la chance d’avoir l’Afrique pour penser au futur », déclarait-il. Il portait ses ambitions très haut, et ses films avaient le goût de l’aventure. L’histoire n’a pas défilé dans le bon sens, il est mort jeune, à 53 ans, à Paris, et n’aura pu réaliser que deux longs métrages. La révolution qu’il fomentait s’est abîmée, comme beaucoup de futurs de l’Afrique. Sa nièce Mati reprend le flambeau à 36 ans, avec une même rage et un même esprit de liberté formelle.