Guéguerre au sommet, des acteurs politiques !

Le refus de la main tendue du Président reflète la triste réalité des candidats qui visent uniquement le fauteuil.
En effet,
Sans même attendre d’en savoir davantage dans le contenu pour répondre, ils rejettent d’emblée l’appel du Président élu.
Accepter d’aller pour au moins écouter d’abord, ensuite poser des doléances et négocier des programmes et propositions dans le sens d’améliorer la qualité de vie et le sort des Sénégalais ne le intéresse donc pas !
Et pourtant, le million de Sénégalais qui ont pris la peine d’aller voter pour eux ont fait chacun cet effort dans l’espoir justement que leur candidat est le plus engagé à explorer toutes les voies et moyens qui permettraient au pays de régler les problématiques qui se posent et ne ménagerait aucun effort dans ce sens.
Leurs électeurs eux ne considèrent pas leurs adversaires comme des ennemis. Nous sommes tous des frères et sœurs avant et après tout. Ils auraient pu au moins accepter le principe et ensuite si besoin est, refuser les propositions du Président élu.
N’est-ce pas que les électeurs d’Idrissa, Issa, Ousmane, Madické auraient aimé si leur candidat était élu qu’il tende la main aux perdants pour apporter leurs contributions à la marche et au progrès du Sénégal ?
Malheureusement, les candidats qui refusent la main tendue considèrent que l’enjeu n’est pas d’aider aux intérêts du pays mais c’est une affaire d’orgueil. Un problème d’égo surdimensionné par un appétit gargantuesque du pouvoir qui hélas, s’avère plus important en réalité pour ces leaders que la nécessité de répondre à un appel pour la patrie.
Ils se comportent comme le soldat appelé qui fuit le front !
C’est vraiment dommage !
Mais ne l’ai-je pas toujours souligné, que le problème de l’opposition sénégalaise n’est pas les partisans de la base et des quartiers qui eux sont frères, sœurs, cousins tantes, oncles, copains qui boivent le thé et rigolent et travaillent ensemble dans la diversité d’opinion politique. Mais le mal c’est bel et bien leurs chefs qui ne roulent que pour leurs propres intérêts!

Et dire que c’est eux les plus grands et critiqueurs de la cité…