Hommage à un héros: Bachir Diawara!

Beaucoup d’entre-vous ne le connaissez pas mais son nom est gravé en diamants de gratitude dans mon cœur. C’est un ami d’enfance que j’avais perdu de vue depuis 40 ans. La magie de l’Internet m’a fait le retrouver, en même temps que ceux avec lesquels j’ai passé mes vertes années sur les rues chaudes et sablonneuses de Kaolack. Peu avant mon illégale, arbitraire arrestation, me faisant prisonnier politique au milieu de détenus de droit commun dans une chambre sur-bondée, c’est avec eux que je m’étais retrouvé dans un Groupe, dénommé SunuBiir, nous dans nous, ensemble. Malgré l’exceptionnelle qualité des membres qui le composent, Bachir en était devenu le sage, le guide spirituel, l’inspirateur. Un homme généreux. Affable. Disponible.
Je ne fus donc pas surpris de le voir venir à la prison de Rebeuss pour y projeter ce sourire d’espoir et d’amitié que je n’avais plus revu depuis des décennies. Il avait gagné en embonpoint mais surtout en religiosité. Ses propos, transmis depuis le parloir carcéral où je le retrouvais, séparé de lui par une vitre, furent parmi les meilleurs remontants que je pouvais escompter. Il rendit mes moments de solitude dans la pénombre plus supportables.
Il était revenu me voir une seconde fois avec toujours la même perche, en un prêche doux: Dieu te sortira d’ici! Le tout était enrobé des prières qu’il orchestrait avec enthousiasme sur tous les espaces -physiques et virtuels.
Quand ma liberté fut retrouvée, mes pensées se tournèrent naturellement vers lui. Pas plus tard que dimanche dernier, c’est lui qui m’aida, organisa, mon déplacement à Kaolack pour remercier, à travers son président, François Diagne, le Groupe SunuBiir.
Le soir même, revenant tard de Touba, c’est encore lui qui me parla au téléphone. Et nous étions convenus de nous voir le lundi ou le mardi, de cette semaine qui s’achève.
Ce roc qui s’est tant dévoué pour m’apporter son soutien, y compris en me faisant livrer des fruits lors de sa dernière visite, ne savait pas qu’un décret divin, porté par l’ange Gabriel, était à l’œuvre. Moi, non plus.
Au réveil, ce lundi 30 septembre 2019, la nouvelle, dévastatrice, est tombée: celui qui venait me consoler dans mon réduit carcéral recevait la convocation fatidique du Seigneur.
Ce matin, vous comprendrez que je lui consacre cet hommage en plus de mes prières ferventes.
À toi, Bachir, frère et ami, je dédie mon passage ce jour à SenJotaay sur la SenTv. Parce que nous devons rester unis où que tu te trouves.
En toi, je célèbre la grandeur d’un peuple sénégalais dont les pépites les plus brillantes s’incarnent en ton souvenir éternel.
Je te dois de continuer le combat pour les idéaux que tu n’as eu de cesse de propager jusqu’à ton dernier souffle. Merci d’avoir pesé sur mon destin -avec classe, grâce et générosité.
Que Dieu t’ouvres les portes de Son meilleur paradis.
Adama Gaye, ce 7 octobre 2019.

Ps: ci-dessous le défunt: Mohamed Bachir Diawara