De mes lectures de jeune normalien (Cours Normal de Mbour des années 60), j’ai gardé dans la tête une image du Paradis sur Terre tel que décrit dans les récits bibliques. Je revois encore un beau paysage de verdure avec, en arrière-plan, des collines boisées que survolent des nuées d’oiseaux de toutes couleurs, batifolant joyeusement dans les airs. Au premier plan, un pré couvert de gazon. Une rivière dont les flots paisibles sont habités par des poissons qui de temps en temps font de joyeuses pirouettes en l’air avant de retomber dans les flots, traverse ce beau parterre. Sur ses berges, en amont, des hommes et des femmes, légèrement vêtus, devisent tranquillement. Plus bas, de beaux agneaux blancs jouent avec insouciance avec de jeunes lionceaux, sous l’œil bienveillant de la maman brebis en pleine conversation amicale avec la mère lionne. L’air est doux et embaumé par des fleurs que butinent des abeilles, tandis que des papillons volettent gaiment de bosquet en bosquet.

Et je me prends à rêver de ce Sénégal que j’appelle de tous mes vœux, au lendemain de la proclamation provisoire des résultats provisoires de l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Ce Sénégal qui ne sera certes pas un paradis sur terre mais qui sera un Sénégal où il fera bon vivre.

Ce Sénégal où le candidat Macky Sall déclaré vainqueur, aura la sagesse de dire, hic et nunc, urbi et orbi, que ce mandat qu’il va entamer quand le Conseil Constitutionnel aura entériné sa victoire, EST SON DEUXIEME ET DERNIER MANDAT. Il l’avait dit les 31 décembre dernier. Qu’il le reprécise de façon claire, nette, sans équivoque. Qu’il ne se laisse surtout pas tenter de se dédire par tous ces courtisans qui commencent à distiller insidieusement l’idée qu’il pourrait encore briguer un autre mandat.

Je rêve de ce Sénégal où le Président élu avec un score de 58%, saura décoder le message que la Nation lui envoie en lui signant un nouveau bail. Ce n’est pas un blanc-seing, loin de là! Qu’il pense qu’il doit respecter tous les engagements qu’il a pris avec ceux qui l’on élu. Mais qu’il pense également que ceux qui ont choisi de ne pas lui faire confiance font 42% des électeurs, ce qui n’est pas négligeable! Ce sont des sénégalais à part entière. À lui de tenir compte de toutes les raisons pour lesquelles ils ont reporté leurs suffrages sur d’autres candidats.

Je rêve de ce Sénégal où le Président élu, qui sait clairement qu’il en est à son dernier mandat, aura à cœur de sortir par la grande porte. Ce Président va s’atteler à entrer dans l’Histoire en faisant preuve de grandeur sur tous les plans.

Ainsi, la première chose que je rêve de le voir faire c’est d’initier un dialogue national, inclusif, et surtout, sincère, avec tous les acteurs de la scène politique, en particulier l’opposition. Pour y arriver, lui et ses partisans doivent d’abord se garder de tout triomphalisme grandiloquent. Ensuite, ils peuvent utiliser, pour renouer les fils du dialogue, les bons offices des organisations de la Société Civile et capitaliser sur l’influence bénéfique de nos chefs religieux. Sur ce plan, les prémisses sentent bon, car Idrissa Seck et Madické Niang, depuis Touba, prônent la paix, tandis que Sonko tient un discours similaire en se préparant pour les prochaines échéances. Ce que Président élu doit retenir donc, c’est que ce n’est pas intelligent de narguer une opposition qui s’estime spoliée, mais qui consent, malgré tout, à pacifier l’espace public. Au contraire il faut saluer cette attitude républicaine de l’opposition, quand on sait que, les heures qui ont suivi la proclamation des résultats, toute la nation a retenu son souffle de crainte que la rue ne s’embrase.

La deuxième chose que je rêve de voir faire le Président c’est, après le dialogue national, et toujours dans le souci de décrisper l’atmosphère politique du pays, de prendre des mesure d’amnistie à l’endroit de Karim Wade et de Khalifa Sall qui seront invités à prendre part à cette concertation nationale. Bien évidemment, Abdoulaye Wade sera au cœur de la concertation. Nous lui devons cette marque de considération pour tout ce qu’il a fait pour la Nation. Nous le lui devons eu égard à sa stature d’icône de la vie politique sénégalaise et africaine.

La troisième chose que je rêve de voir le Président faire, et qui est d’ailleurs, un préalable incontournable pour réussir les deux points précédent, c’est museler les ardeurs intempestives de tous ces «faucons» qui l’entourent et qui l’incitent à la confrontation avec ses adversaires. «Ku lay wutal noon, mooy sa noo bu jëkk» dit l’adage populaire. En clair, il doit considérer que son premier ennemi est celui qui lui attire l’inimitié de ses semblables.

Dans le même ordre d’idée, je rêve de voir le Président remettre au pas ses troupes qui commencent à s’étriper pour, chacun, essayer de s’attribuer le mérite de sa victoire et qui, d’ores et déjà, manœuvrent pour récolter les dividendes de leur prétendu engagement. Maintenant qu’il en est à son dernier mandat, il a les coudées franches. Et son seul objectif doit être de remplir en son contrat avec la Nation et de finir en beauté. Qu’on ne lui mette surtout pas en tête qu’il peut faire du «wax-waxeet» en tentant d’obtenir un autre mandat. Et quand il partira au terme de son bail, qu’il ne s’avise pas de chercher à nous imposer un remplaçant de son choix. Nous le peuple, nous sommes assez matures pour nous choisir nos dirigeants, selon les critères que nous aurons définis en fonction de ce que voulons que notre pays soit.

Autre chose que je rêve de voir le Président faire, c’est d’initier et de mener à bon port, de concert avec toutes les forces vives de la Nation (opposition, société civile) les réformes institutionnelles que le peuple appelle de ses vœux et qui sont susceptibles de civiliser les rapports sociaux et de pacifier définitivement l’espace public. Faire en sorte que la séparation des pouvoirs ne soit plus une formule creuse, mais une réalité qui fonde la vie des institutions de la République. Autre chose qui serait bon pour la stabilité du pays c’est une large concertation autour d’un code électoral consensuel et qui serait donc libre et transparent, et ainsi, fiable à tout point de vue.

En fin je rêve de voir l’opposition s’engager à ne pas gêner l’action gouvernementale pour les cinq prochaines années. La raison est simple : puisque le Président Macky Sall en est à son dernier mandat, il est à peu près certain que le prochain président sortira de ses rangs. Il y a de fortes chances que ce soit, ou Idrissa Seck, ou Ousmane Sonko. En toute logique, ce futur Président aura tout intérêt à hériter d’un pays stable, inscrit dans une dynamique de progrès, doté d’infrastructures fonctionnelles, avec des finances saines. Un pays qui produit ce qu’il mange, un pays qui se développe avec le savoir-faire, le génie et les compétences de ses ressortissants. Bref un Sénégal qui, certes, ne sera pas replié sur lui-même, mais qui sera, surtout et avant tout, un Sénégal pour les sénégalais.

Alors, terminons en souhaitant que le Président saura gérer au mieux des intérêts de la Nation nos ressources pétrolières et gazières et que les secteurs de l’Agriculture, de la Santé et de l’Éducation qui, sont en crise, soient mieux pris en compte.

Yalla na jaamm ag xeewal sax!